Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Contre Venise

de Régis Debray , date de sortie le 04 novembre 1997
Ne consommez pas du Venise, drogue qui n'est douce qu'au premier voyage, recommande R. Debray aux jeunes générations sur un ton de médecine préventive.
Lire la suite

Indisponible

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Ne consommez pas du Venise, drogue qui n'est douce qu'au premier voyage, recommande R. Debray aux jeunes générations sur un ton de médecine préventive.

Caractéristiques

Titre Contre Venise
Auteur Régis Debray
Collection Folio
Editeur Gallimard
Date de parution 04 novembre 1997
Nombre de pages 94 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 70 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-07-040353-X - 9782070403530

2,8/5

dictus

Le 30/11/2019

LA TENTATION DE NAPLES Alain Juppé n'avait pas succombé à « La tentation de Venise ». Régis Debray, lui, se déclare franchement contre. Préférerait-il pour autant « Voir Naples et mourir » ? Rien n'est moins sûr. En attendant, il nous gratifie d'un défoulement littéraire débordant d'érudition normalienne qui ferait presque oublier qu'il s'agit d'un énième pamphlet sur l'exploitation touristique de la cité des Doges, tête de gondole des voyagistes. [A moins d'y voir le contre-pied de “La Fête à Venise” écrite antérieurement par son vieil ennemi, Philippe Sollers*, en écho aux “Fêtes vénitiennes” peintes par Watteau ?]. * Selon Philippe Sollers (Forum Le Monde 08/01/2009) “Régis Debray est indubitablement un intellectuel au plus mauvais sens du mot et il est clair qu’il rêve d’être écrivain, ce qui ne lui sera jamais accordé par manque de dons vérifiables. C’est donc une personnalité majeure de notre temps, qui évidemment a passé son temps à m’attaquer. Un seul titre de lui pourra rester comme exemple de gaffe, c’est Contre Venise.”

pasiondelalectura

Le 21/08/2015

Pamphlet contre l'engouement du tourisme de masse vers la fragile et décadente Venise. C'est caustique, parfois drôle, parfois spirituel et parfois ridicule. Je cite ceci : "Venise est la vulgarité de gens de goût". Le paradoxe de Debray qui donne dans l'ellipse.

Lismonde

Le 03/10/2014

écrit avec brio, comme d'habitude, un manifeste contre Venise, la belle endormie du Nord un peu mortifère, mais résolument pour Naples, la rigolote jubilatoire du Sud - soit une nouvelle version de la vieille querelle entre Apollon et Dionysos qui a pour théatre ici les antagonismes de la peninsule

Marti94

Le 10/11/2013

Provocateur, c'est un Régis Debray égal à lui-même ici qui nous régale avec un essai qui dénonce les pratiques mercantiles du voyage à la mode qui met sous verre l'objet convoité, Venise. Il est plus contre la façon dont Venise est vécue que contre la ville, comme le titre semble l'indiquer. C'est quand même un cri contre le dépeuplement de la cité et une forme d'admiration car Régis Debray n'est pas indifférent! Lu en octobre 2012