Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

La vie sexuelle de Catherine M. : récit | Précédé de Pourquoi et comment

de Catherine Millet , date de sortie le 02 janvier 2020
Éminente personnalité de l'art contemporain, Catherine Millet a surpris le monde entier en publiant le récit de sa vie sexuelle. Avec une distance troublante et un sens du détail étonnant, elle pose un... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le lundi 06 avril 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Éminente personnalité de l'art contemporain, Catherine Millet a surpris le monde entier en publiant le récit de sa vie sexuelle. Avec une distance troublante et un sens du détail étonnant, elle pose un regard tour à tour froid, amusé mais toujours littéraire, sur ses nombreuses expériences érotiques. Ce livre est, à coup sûr, l'un des plus audacieux que la tradition érotique ait donnés à la littérature française.

Caractéristiques

Titre La vie sexuelle de Catherine M. : récit | Précédé de Pourquoi et comment
Collection Points
Editeur Points
Date de parution 02 janvier 2020
Nombre de pages 233 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 150 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-7578-8315-0 - 9782757883150

1,6/5

Alarica

Le 20/03/2017

L'auteur nous raconte sa vie sexuelle de femme hétéro. Elle estime avoir une vie sexuelle hors du commun car elle a un nombre particulièrement élevé de partenaires, habituée de soirées échangistes. En réalité, sa sexualité est tristement banale... elle avoue ne pas y prendre de plaisir, n'agir que pour le plaisir des hommes, être particulièrement "malléable", ce qui fait la joie de ses partenaires. Et donc la sienne. La première partie du livre "Le nombre" est la pire, on assiste à des description de ses actes sexuels dans un style morne. Viennent ensuite des parties où elle insère un peu de réflexions sur cette sexualité échangiste... mais alors qu'on s'attendrait à une remise en cause de la place de la femme soumise, qui fait passer son plaisir après celui de l'homme et ne sait même pas où se trouve son clitoris... on assiste à une réflexion sur l'espace, le lieu (variation sur l'expression "s'envoyer en l'air"), qui a au moins le mérite d'être la partie la plus originale du livre, l'auteure étant spécialiste des arts visuels, elle est un peu plus dans son domaine. Ne surtout pas s'attendre à une vraie réflexion sur la sexualité... Je ne pourrais même pas dire qu'elle a au moins le mérite d'initier une parole où le désir féminin chercherait à se dire, puisqu'il ne s'agit pas de son propre plaisir, mais de celui des hommes qui se pose sur elle. POur finir, et c'est sûrement le point le plus important, car on peut sans doute écrire sur le sujet le plus ennuyeux tant que la langue est au rendez-vous... mais l'écriture de Catherine Millet, peut-être déformée par la pratique d'un journalisme académique, est juste insupportable. On aurait l'impression de lire un article "sérieux", mais sans les idées, bref sans l'intérêt... Aucune personnalité dans cette voix, aucune subjectivité, à l'image de ce corps qui passe de main en main en croyant peut-être suivre ses propres désirs. Un livre sans profondeur, que j'ai lu jusqu'au bout parce que j'espérais qu'advienne un "contrepoint", pour me heurter finalement à une énorme déception littéraire.

anlixelle

Le 09/01/2017

Catherine Millet, critique d'art, commissaire d'exposition et écrivaine parisienne a publié le récit de sa vie sexuelle libertine. Ce livre est à mourir d’ennui. N’est pas écrivain qui veut.

frandj

Le 20/11/2015

Elle a osé écrire ce livre. Son titre lui-même est une provocation lancée au futur lecteur. Mais l’amateur de pornographie sera sans doute assez déçu, même s’il y a du sexe, beaucoup de sexe, dans ce livre. Ce qui me choque - pas sur le plan moral, mais sur le plan simplement humain - c’est ce besoin de s’exposer devant tout le monde, de s’exhiber en tant que "machine sexuelle" offerte à d’innombrables hommes. Narcissisme pervers ? Volonté de choquer le bourgeois? Publicité donnée à une pseudo-psychothérapie sauvage ? En tout cas, chez Catherine M. il n’y a évidemment pas de sentiments, il n’y a pas non plus l’exubérance de la jouissance, il y a seulement l’obsession du sexe, presque mécanique, sinon acrobatique. Cette confession, sincère ou non, est loin d’être convaincante; elle me semble d’inspiration masochiste. Elle n'excitera pas le lecteur moyen qui, tout bêtement, a une sexualité normale et garde ses secrets intimes pour lui et ses partenaires. J’ajouterai que l’écriture de Catherine M. n’a rien d’attachant. Franchement, j’ai été satisfait d’atteindre enfin la dernière page.

pierre86000

Le 07/02/2015

J'ai connu (pas au sens biblique du terme !) Catherine Millet dans cette excellente émission de Public Sénat "Bibliothèque Médicis" où elle venait parler de son dernier ouvrage, "Une enfance de rêve". Elle m'a plu, du charme, un beau visage, une souffrance à peine voilée, une expression claire et spontanée. L'animateur n'a pas manqué de faire allusion à son précédent livre "La sexualité de Catherine M." et, naturellement, ne n'ai pas pu m'empêcher d'aller y voir... Non, ce n'est pas "cochon", malgré la débauche de sexes et de descriptions anatomiques. Ce n'est pas plus "cochon" qu'une séance de psychanalyse. Et c'est bien l'impression qu'en a le lecteur : celle d'être assis dans le fauteuil du psychanalyste, derrière le divan où se trouve allongée Catherine M. Et elle écrit bien, dans un style parfaitement classique malgré le sujet qu'elle développe. Sans doute sa sexualité doit elle beaucoup à son enfance "de rêve" Un livre à lire, sans aucun dégoût.

Epictete

Le 13/02/2014

Était-ce bien nécessaire ? Que l'auteur ait souhaité une thérapie par l'écrit, on peut le concevoir. Qu'un éditeur, vu le nombre de publications déjà disponibles chaque année ait misé sur ce texte me laisse plus dubitatif. A moins qu'il n'ait juste cherché à jouer sur les instincts (un peu bas) d'un lectorat potentiel.... Pas d'autres commentaires, et il n'y aura pas non-plus de citations...