Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Grey

de E.L. James , date de sortie le 28 juillet 2015
Christian Grey contrôle tous les aspects de sa
vie : son monde est ordonné, organisé et désespérément vide,
jusqu'au jour où Anastasia Steele tombe la tête la première
dans son b... Lire la suite

Livraison estimée le mardi 06 octobre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Christian Grey contrôle tous les aspects de sa
vie : son monde est ordonné, organisé et désespérément vide,
jusqu'au jour où Anastasia Steele tombe la tête la première
dans son bureau. Il tente de l'oublier, mais il est emporté dans
un tourbillon d'émotions qui le dépassent. À l'inverse des autres
femmes, Ana l'ingénue semble lire en lui à livre ouvert, et deviner
un coeur d'homme blessé derrière l'apparence glacée du magnat
des affaires.

Ana pourra-t-elle effacer les horreurs que Christian a connues
dans son enfance et qui ne cessent de le tourmenter ? Ou
est-ce que la face sombre de la sexualité de Christian, son goût
exacerbé du pouvoir et son peu d'estime de soi auront raison
des sentiments de la jeune femme ?

Caractéristiques

Titre Grey
Auteur E.L. James
Editeur Lattès
Date de parution 28 juillet 2015
Nombre de pages 556 pages
Dimensions 21,00 cm x 13,00 cm
Poids 494 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-7096-5056-4 - 9782709650564

2,7/5

LanaTurner

Le 13/09/2016

Grey, Lui alors... Ce roman est à mes yeux une réussite notable ! J'ajouterais sans aucun remord, qu'il est même supérieure au premier tome de la saga. Sans blague, .... qu'est-ce-qui nous a autant « excités » dans ce roman ? C'est LUI ! Ecrire ce livre n'offrait pas simplement une occasion de prolonger l'aventure, mais aussi et surtout, la possibilité de sonder l'esprit de Christian. Comparer au roman intitulé « QUATRE » de Véronica Roth, .... « Grey », est une pépite. Car si le personnage de Tobias, fut sympathique celui de Christian a tellement plus à offrir. Plus besoin d'analyser ses attitudes, ses phrases si courte et directe. Non ! Tout état là, le secret de ses pensés, l'explication de ses humeurs, la conduite de sa sexualité exacerbée par ses émotions ! Oh, oui... tout était là, écris noir sur blanc. Ne restait plus alors qu'à ouvrir le roman... et entrer dans son esprit pour découvrir la face caché/gardé, de Monsieur C.Grey. La seule et unique chose que je regrette, non que je pleure ! C'est que l'auteur n'ait pas également écrit la Trilogie complète de son point de vue à lui. Cela aurait été: Plus animal, plus excitant, plus.... INTENSE ! PS: Cela étant, j'ai du mal à saisir pourquoi ceux qui n'on pas aimés du tout les premiers tomes de cinquante nuances, se sont risqué à lire celui-ci. Cela ne pouvait être qu'une déception. Pourquoi juger un roman épistolaire, si de base nous n'aimons pas cela? Je dis ça... je dis rien, c'est un exemple. Quand je lance ma critique sur ce roman, je ne parle pas du style travaillé ou non de l'écriture de ce roman, mais bel et bien du contenu en lui-même. Et je crois que quand "juste" un personnage, un simple personnage, arrive à capter des millions de gens, de façon aussi irrépressible, hé bien il faut admettre certaines qualités à l'auteur.

gwenleen

Le 05/08/2015

La curiosité est un vilain défaut! La preuve regardez ce qu'elle m'a fait lire ... Après avoir beaucoup ri sur différents articles de la blogosphère et de la presse concernant le phallus de C. Grey, je me devais d'y jeter un oeil. D'autant plus que lorsque l'on parle d'un bouquin réimprimé en urgences (oui rien que ça) à 500.000 exemplaires (toujours rien que ça) peu de temps après sa sortie, nous nous trouvons face à un phénomène, je me devais d'explorer cette contrée quasiment inexplorée en ce qui me concerne. Ah je ne regrette pas le voyage ... Bon sang que c'est bon de rire! Qui est le personnage principal ? J'hésite entre ce frappé de Grey, la cruchissime Anastasia, ou encore la queue (ouaip ça commence ouvrons le débat). Commençons par Grey si vous le désirez (ou "qu'est ce que Jamie fout là dedans bon sang?!"). Je m'étais représentée le monsieur comme étant certes douteux, mais aussi beau, séduisant, surdoué, charismatique. A la lecture? Un frappadingue pas très net qui ferait bien de consulter (ah je suis mauvaise langue c'est vrai il y a le docteur Fynn ou du moins un nom du genre), et qui parfois s'apparente plus au membre du "CaraPils club" au vocabulaire limité (bébé-travail-baiser) que du bel homme d'affaire à l'intelligence exceptionnelle (je veux bien qu'il a été traumatisé mais tout de même!). Anastasia est demandée pour sa petite description. Dieu merci on nous épargne sa déesse intérieure dans ce tome (mais c'était pour nous offrir pire j'y viens j'y viens), mais elle se mordille toujours la lèvre (chouette alors). Toujours aussi cruche en même temps on parle toujours de la même nana, l'auteure ne pouvait donc pas faire de miracles. Le troisième perso arrive et il s'agit de ? De ? Oui n'ayons pas peur des mots : la queue de Christian Grey (le voilà le pire qui arrive). J'en suis sans voix ... Elle donne son avis, elle aime la musique, elle vit des expériences uniques, ... Oui j'ai bien lu. Non je ne confonds pas avec Anastasia qui elle n'ose pas donner son avis sur le coup (la queue au moins si ...), ni avec Christian pour qui de toute façon n'a pas besoin de le donner vu qu'il a raison (la queue au moins aurait-elle une capacité de se remettre en question?). Tout un programme ? Oh yeah 406 pages de fou rire et de grands yeux éberlués sur le thème du "mais pourquoi?". Et j'avoue j'ai ri, beaucoup ri et c'est ce qui m'a fait tenir jusqu'au bout (alors que j'ai lâché la série originale après la lecture du contrat). Sauf que voilà le but premier est d'éveiller une forme de sensualité pas de se marrer ... Après, je me demande: et certains sont vraiment émoustillés par ça ? Ca pimente vraiment la vie sexuelle de la ménagère ? Comment après ne pas avoir un premier rapport post lecture sans se foutre à rire ? Parce que mine de rien on se trouve face à un festival! Il est temps je pense de nous unir en pensée pour soutenir tout un tas de gens ... Au point de vue fiction, unissions nos pensées pour : - La queue parfois coincée dans des fringues qui l'étouffent et l'empêchent de s'exprimer librement mais heureusement, Grey est bon seigneur et peut aussi la laisser donner son opinion librement ... - Ana qui doit sérieusement avoir des blessures à la lèvre à force de la mordiller et qui, on l'espère a un bon beurre de cacao, et pour info l'arnica ne guérit pas tout! - Leur entourage qui doit quand même sacrément avoir pitié pour ceux qui savent, et qui serait sacrément surpris pour ceux qui ne savent pas. AU point de vue de "la vraie vie", unissons-nous pour penser: - Au personnel des urgences qui pensait sans doute avoir tout vu suite à la première trilogie et qui va devoir maintenant affronter du gimgembre - Aux victimes consentantes qui tenteront des expériences "inédites" (hum hum) - Aux victimes des ratés de ces mêmes expériences - Et aux psys qui ont de chouettes jours devant eux ah ah ah (vive nous!) Dites y'en a vraiment qui sont émoustillés par le livre ?

mellemars

Le 30/07/2015

Je pensais qu'on ne pouvait pas faire pire que "50 nuances de Grey", que j'avais classé 1er dans mon top des livres les plus nuls du monde : je m'étais trompée. Vous me direz : mais pourquoi s'infliger cette lecture si tu as eu envie de vomir avec "50 nuances" ? (On me l'a prêté, déjà, hein, faut pas exagérer.) Deux raisons : la première, parce que les discussions avec les potes autour de ce bouquin sont hilarantes. La seconde : parce que j'avais naïvement espéré que Mrs James sauverait son personnage en lui donnant des pensées intelligentes. ERREUR ! Prenez le premier tome de la trilogie, gardez tous les dialogues, effacez ce qu'il y a entre et remplacez les pensées d'une gamine énamourée et niaise par celle d'un gros pervers psychopathe jaloux, macho et homophobe, et vous comprendrez à peu près de quoi est fait ce bouquin. Remplacez les déesses intérieures par la bite à Dudule, saupoudrez-le tout de cauchemars pseudo-psychologiques d'un gosse de trois ans et voilà, vous avez le pire étron littéraire du siècle !