Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Vingt-quatre heures de la vie d'une femme

de Stefan Zweig , date de sortie le 01 mai 1992
Vingt-quatre heures de la vie d'une femme

Scandale dans une pension de famille « comme il faut », sur la Côte d'Azur du début du siècle : Mme Henriette, la femme d'un des clients, s'est... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le jeudi 16 juillet 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Vingt-quatre heures de la vie d'une femme

Scandale dans une pension de famille « comme il faut », sur la Côte d'Azur du début du siècle : Mme Henriette, la femme d'un des clients, s'est enfuie avec un jeune homme qui pourtant n'avait passé là qu'une journée... Seul le narrateur tente de comprendre cette « créature sans moralité », avec l'aide inattendue d'une vieille dame anglaise très distinguée, qui lui expliquera quels feux mal éteints cette aventure a ranimés chez elle. Ce récit d'une passion foudroyante, bref et aigu comme les affectionnait l'auteur d'Amok et du Joueur d'échecs, est une de ses plus incontestables réussites.

Enfin de volume, « Stefan Zweig et le monde d'hier », par Isabelle Hausser.

Caractéristiques

Titre Vingt-quatre heures de la vie d'une femme
Auteur Stefan Zweig
Collection Le Livre de poche
Date de parution 01 mai 1992
Nombre de pages 158 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 105 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-253-06022-2 - 9782253060222

L'offre du moment

4/5

Jmlyr

Le 03/11/2017

24 heures sur toute une vie, ce n'est rien si la vie est longue, et c'est tellement à la fois. Si le temps s'est arrêté, si l'on fait «#8201;pause#8201;» sur le film de sa vie et que plus rien ne compte ni les scènes d'avant ni celles d'après, mais alors, quelle souffrance#8201;! Combien de femmes ont rêvé de se soustraire, sur un coup de pure folie, à leur vie réglée comme du papier à musique, entre responsabilités familiales et professionnelles, entre corvées essentielles répétées à l'infini, et plaisirs trop rares#8201;? Combien sont-elles, prêtes à suivre un inconnu pour qui elles ont un coup de coeur insensé, pour une heure, 24 heures ou pour toute une vie#8201;? Combien d'entre elles l'ont vraiment rencontré#8201;? Combien ont réellement commis la pure folie, sans la moindre hésitation, de suivre leur instinct, de foncer dans l'inconnu, de prendre l'amour à bras le corps#8201;? Quand d'autres pleurent dans le soir leur projet avorté, la peur viscérale d'être jugée, l'impossibilité totale de passer à l'action#8201;? Ah#8201;! Monsieur ZWEIG, encore une fois vous avez exploré au plus profond le coeur des femmes, à une époque où le deuil se portait sur le vêtement noir pendant de longs mois, et la bienséance dictait la conduite sans discussion possible. Vous avez su dépeindre les mille couleurs des sentiments passionnels, de la folie d'un geste insensé, d'une étreinte exaltée, d'un combat contre la violence de la culpabilité. Vous avez fait parvenir le lecteur jusqu'à l'extase, après avoir fait monter le désir par la puissance de l'interdit, puis vous l'avez fait tomber dans l'enfer du piège de l'addiction aux jeux, dans les casinos. Contre toute attente, une femme peut tout donner pour sauver un homme : passer outre ses pires défauts, par amour pardonner son addiction, ses faiblesses, ses bassesses, mais souffrira toute sa vie de n'avoir pas été aimée comme elle l'aurait souhaité. Souffrance sentimentale infernale, torture qui marque à vie. J'avais d'abord rencontré "Le joueur d'échecs", puis lu cette " Lettre d'une inconnue" jusqu'à en éprouver " La confusion des sentiments" et vivre " 24 heures de la vie d'une femme", comme si c'était une seule et même histoire ! Etonnante rencontre !