Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Son corps et autres célébrations

de Carmen Maria Machado , date de sortie le 19 septembre 2019
Une femme porte en permanence un ruban vert autour du cou et refuse que son mari le touche, quelle que soit la situation.

Une autre fait l'« inventaire » de ses amant(e)s tandis qu'autour d'el... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le lundi 10 août 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Une femme porte en permanence un ruban vert autour du cou et refuse que son mari le touche, quelle que soit la situation.

Une autre fait l'« inventaire » de ses amant(e)s tandis qu'autour d'elle un fléau plonge les États-Unis dans l'angoisse.

Une autre encore fait une curieuse découverte dans une boutique de robes de bal : les objets familiers et usuels recèlent peut-être une vérité terrifiante...

Les nouvelles de Carmen Maria Machado ne sont d'aucun genre : tour à tour fantastiques, fantaisistes ou proches de la science-fiction, elles préfèrent le trouble à la certitude, l'ombre à la clarté, l'inventivité au classicisme. Elles partagent cependant une ambition commune : dire la réalité de l'expérience des femmes et la violence qui s'exerce sur leurs corps.

Caractéristiques

Titre Son corps et autres célébrations
Traducteur Hélène Papot
Date de parution 19 septembre 2019
Nombre de pages 317 pages
Dimensions 21,00 cm x 14,00 cm
Poids 320 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-8236-1411-4 - 9782823614114

4,3/5

JustAWord

Le 16/02/2020

Pose-toi, ici. Voilà, comme ça. Entre l’ombre et la lumière devant toi, regarde. Un livre repose devant ta main qui frissonne, impudique et légère, le long des pages ternes de cet ouvrage si clair. Clair-Obscur. Obscur et noir. L’américaine Carmen Maria Machado est là, quelque part, derrière ses lignes. C’est son premier recueil de nouvelles que tu tiens entre les doigts. Ton cœur s’étrangle, ta gorge palpite. Pourquoi ? Huit textes. Huit histoires. Autant de corps et davantage encore. Célébrée par la presse, célébrée par tour, Carmen Maria Machado arrive sans prévenir aux éditions de l’Olivier. Huit fois. Huit première fois. Huit fois étranges. Bienvenue dans la chair et l’extraordinaire, la femme et le corps. Dans Son corps et autres célébrations, l’américaine explore nos sensations. Tactiles. Visuelles. Gustatives. Sexuelles. Tout commence par l’histoire surréaliste de cette femme au ruban, un simple ruban qui lui entoure le cou, un secret, son secret, sa part à elle d’intime qu’elle ne veut pas laisser à d’autre. Dans Le point du mari, une femme épouse un homme…et elle aurait pu trouver pire. Elle lui donne un fils, elle lui accorde tous les plaisirs sexuels qu’il désire, tous les fantasmes. Elle lui donne tout, sauf ce ruban qui finit par obséder le mari. Ce mari prêt à recoudre le vagin de sa femme après une épisiotomie pour son propre plaisir. Mais la femme l’accepte, car elle l’aime. Entre deux, elle raconte des histoires, des contes cruels et authentiques où la princesse ne finit pas avec le prince. Son corps exulte, ses histoires grincent. Puis son fils devient un homme aussi et comme tous les hommes, il pose des questions à propos du ruban. Carmen Maria Machado livre là un conte d’une subtilité magistrale où le féminisme embrasse le fantastique et l’horreur voilée, pour une chute qui fait mal. Un ruban, c’est tout ce qu’elle demande mais même là, l’homme refuse. Malgré l’amour et la vie derrière. Le corps, dernier secret inviolable ? Ou le secret du corps de cette femme au ruban qui voulait garder son ruban, handicap ou prodige, personne ne le saura jamais. Du corps des femmes et des hommes, il est toujours question dans Inventaire. Journal d’une apocalypse où la narratrice énumère ses expériences sexuelles et raconte son ressenti charnel. Où la virginité perdue devient une chose horrible et une note mélancolique. Où la femme rencontre à nouveau la femme, plus douce et moins auto-centrée…ou presque. Postulat inventif et glaçant, certainement la narration d’une apocalypse la plus originale jamais offert au lecteur ces dernières années, ici, le sexe devient le dernier moteur humain devant la fin des temps et une prodigieuse façon de parler de nos expériences intimes. Puis, viennent les Mères. Deux femmes qui s’aiment et dont Carmen Maria Machado imagine l’avenir avec chaleur et lumière, empoisonné par la question de l’enfant, de la conception, de ce poids fantôme qui pèse sur la femme. Dieu merci, nous ne pouvons pas faire d’enfant. Et si en fait…si ? Qui sera cet enfant ? Les pistes se brouillent et l’écriture de l’américaine s’envole. On ne sait plus bien si la narratrice est folle ou si le monde l’a trahi mais on connaît la fin avant le début. On s’émeut devant la vie de Mara en sachant qu’elle n’existe pas, ou trop. L’histoire d’amour tourne à la déroute, le plaisir des corps féminins s’étiole et l’on reste orphelin à la fin d’une vie que Carmen n’a fait pourtant qu’effleurer. « Je crois à un monde où l’impossible se réalise. Où l’amour surpasse la violence, la neutralise comme si elle n’avait jamais existé, ou la transforme en quelque chose de nouveau, de plus beau. Où l’amour peut l’emporter. » Des vies effleurées, gaspillées, ce recueil en est plein. Dans À corps perdus, une étrange maladie transforme les femmes en fantômes, spectres translucides dont on ne sait pas vraiment si elles existent encore ou non. La femme invisibilisée, la femme-objet incapable de survivre autrement que par les choses de sa vie d’hier. Cousues dans des robes, les femmes s’accrochent et c’est à nouveau l’histoire d’amour de deux d’entre elles qui capotent. Parce que l’une s’efface et l’autre reste. C’est beau, doux, subtil, formidable. À travers ce texte, la femme devient esclave de la mode et prolonge son calvaire dans Huit bouchées, où une nouvelle narratrice décide de recourir à la chirurgie bariatrique pour être aussi mince et fine que ses sœurs, fatiguée d’un monde qui la juge sur ses kilos et sur son apparence physique. Mais que reste-t-il de ce conte où les sœurs maigrissent et trouve chez elle un corps qu’elles ont laissé en pâture au Diktat de la société moderne ? Que reste-t-il de cette mère incapable de dire à sa fille qu’elle sera toujours belle malgré ses kilos et que ce n’est pas ce qu’elle veut en vérité, au fond, dans les replis de son corps où huit bouchées suffisent maintenant. Grandiose encore cette lesbienne-clichée-gothique qui vit en dehors d’elle-même jusqu’à cette résidence d’écrivain qui semble faire rejaillir les souvenirs cruelles de son enfance où la propre découverte de son corps est devenu un Enfer refoulé loin, très loin dans sa mémoire. En résidence raconte une communauté d’artistes d’où pourrait jaillir un Frankenstein mais cette Mary Shelley-là s’appelle Lucille, ou peut-être pas. Elle aime les filles et on s’est moqué d’elle, devenue esclave et lutin dans un conte cruelle, piégé dans sa propre prison mentale. Enfin, on peut être Pénible en soirée chez Carmen Maria Machado. Pénible parce qu’on cache les bleus de son mari ou d’un autre, parce que l’on entend des voix dissonantes dans les films érotiques et pornos pour couples que personne d’autre n’entend et qui nous rappelle des choses terribles, horribles. Dans la cassette vidéo, le corps devient un objet pour passion et pour fusion, dégueulasse et excitant, amoureux et langoureux. Mais…mais, Carmen Maria Machado atteint le sommet de son art étrange avec Particulièrement monstrueux, monument de weird fiction où horreur, science-fiction, thriller, policier, féminisme et séries télé entrent en collision sans prévenir. Imaginez ça un peu : un texte écrit comme une série télé, séparé en douze parties comme douze saisons. Dans chaque partie, des sous-parties où chaque paragraphe est nommé par le titre de l’épisode de…New York Unité Spéciale correspondant. Oui, vous connaissez New York Unité Spéciale, cette série d’enquêtes sur des crimes sexuels particulièrement monstrueux. Avec Benson et Stabler, la femme et l’homme, les deux policiers. Et les personnages annexes : les criminels, les procureurs, les stagiaires… Carmen Maria Machado commence par donner le pitch de quelques enquêtes sordides puis les choses se tordent. Benson et Stabler croisent leur double maléfique et parfaits, Benson et Stabler entendent des secousses qui annoncent violence et carnages. Benson voit des filles-aux-yeux-en-clochette qui sont des victimes de viols et d’autres atrocités et qui cherchent à la posséder. Benson tente de tuer son double. Stabler découvre que sa femme a été enlevé par des extra-terrestres…à moins qu’elle n’ait été elle aussi violée et torturée. Stabler veut Benson mais il ne peut pas. Et les choses empirent, avec un arrière-goût de la folie cryptique et glauque de 300 millions de Blake Butler. En moins incompréhensible et en plus retors. C’est prodigieux, scotchant, épatant. Une expérience littéraire totale où l’écriture de Machado explose et où votre pauvre cerveau de lecteur finit en compote. Célébrez Carmen Maria Machado. Célébrez le corps féminins libéré des contraintes masculines, apaisé par la douceur d’autres femmes. Ce premier recueil à la fois terrifiant, doux, renversant, féministe, intelligent et subtil, ce premier recueil est un délice où le masculin se conjugue au féminin. Un tour de force littéraire, rien de moins.

ledevorateur

Le 23/09/2019

J’ai pris énormément de plaisir à lire ces nouvelles ! C’est un des livres les plus innovants, les plus surprenants que j’ai lu depuis un moment. Certaines de ces nouvelles touchent au génie. Une seule d’entre elles m’a laissé dubitatif (Particulièrement monstrueux), mais je pense que c’est aussi parce que je manquais les codes (pop culture américaine) pour l’apprécier véritablement. Toutes les autres sont à mes yeux parfaites ! Mes préférées sont Inventaire, À corps perdu, Le point du mari et Pénible en soirée. Son corps et autres célébrations est le premier livre de l'autrice américaine Carmen Maria Machado. C'est un recueil de huit nouvelles innovant, jouant avec les codes littéraires, à rebours de ce qu'on a l'habitude de lire en matière de littérature contemporaine. Mais c'est aussi un recueil politique et féministe : en interrogeant les corps féminins et le désir – vers des hommes ou vers d'autres femmes – Machado a écrit un très bon premier livre. Il n’y a pas une histoire, mais huit. Ce serait sans doute fastidieux de revenir sur toutes les histoires. D’autant que ce qui fait la force des nouvelles, c’est l’effet de surprise. Donc je vais taire les intrigues de chacune des histoires. Ce que je peux faire en revanche, c’est parler des thèmes qu’on retrouve dans chaque nouvelle, et qui vous donneront peut-être envie de les lire. Dans plusieurs nouvelles, Carmen Maria Machado interroge le désir féminin. Chaque narrateur ou presque est une femme, beaucoup vivent en couple (avec des hommes ou des femmes), et Machado nous fait nous poser des questions sur les relations amoureuses, hétérosexuelles ou lesbiennes. Quand la narratrice part s’isoler un moment, ou qu’une autre rêve une vie qui n’a pas existé, quand une autre n’est pas épanouie, et qu’une autre encore voit sa compagne disparaître. Ce qu’on retrouve aussi beaucoup, c’est le thème de la fuite, de la perte, des rencontres et des ruptures. Tout ça m’a plu, parce que c’est très proche de nous, ça nous touche toutes et tous. Mon avis complet se trouve sur mon blog :

TmbM

Le 20/09/2019

Si ce n'est que sa couverture pique salement les yeux et que j'ai rêvé d'être daltonien à chaque fois que j'ai posé le regard dessus, le premier livre de Carmen Maria Machado est plutôt réussi. C'est une littérature propre, un brin formatée - on sent que l'auteur sort d'un atelier d'écriture - mais qui montre une capacité à varier les thématiques, à adopter un style différent à chaque nouvelle et à s'adapter à son sujet. L'article complet sur Touchez mon blog, Monseigneur...