Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

La locomotive ivre

de Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov , date de sortie le 19 mai 2010
La Locomotive ivre

À dix heures du soir, la veille du dimanche de Pâques, notre maudit couloir s'est enfin calmé... Je me suis assis dans le fauteuil défoncé et j'ai ouvert un petit vo... Lire la suite

Livraison estimée le vendredi 19 juin 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

La Locomotive ivre

À dix heures du soir, la veille du dimanche de Pâques, notre maudit couloir s'est enfin calmé... Je me suis assis dans le fauteuil défoncé et j'ai ouvert un petit volume de Mark Twain... Et puis, à dix heures et quart, dans notre couloir, un coq chanta trois fois.

Un coq, rien d'étonnant en soi. Tenez, chez la Pavlovna, il y a bien eu un cochon qui vécut six mois dans sa chambre.

La Locomotive ivre rassemble des textes pour beaucoup inédits. Ces nouvelles dépeignent avec une ironie mordante la société soviétique et nous plongent dans l'atmosphère de la Russie des années 1920, celle du communisme de guerre et de la NEP. Chroniques lucides et sensibles, journal d'un monde qui bascule, à la frontière de la réalité et du fantastique...

De la rébellion « drôle » à la bouffonnerie « tragique », toute la palette du génie de Boulgakov.

Caractéristiques

Titre La locomotive ivre
Traducteur Renata Lesnik
Date de parution 19 mai 2010
Nombre de pages 218 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 140 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-253-12977-6 - 9782253129776

5/5

Gustave

Le 26/06/2014

Mettez en arrière-fond du Chostakovitch, compositeur soviétique contemporain de Boulgakov, et laissez-vous envoûter... L'esprit espiègle, railleur et guilleret de ce pot-pourri folklorique de courts récits tranche éloquemment avec la réalité souvent peu reluisante de la vie soviétique qu'ils décrivent, même si l'on est encore à dix mille bornes des grincements sinistres des barbelés du goulag stalinien. Lorsqu'il s'agit d'écrire une réalité sociale, historique, économique, etc. qui est en elle-même sombre (guerres, dictatures, systèmes totalitaires, crises économiques...), l'écrivain a deux choix: celui du recul qu'introduit un recours immodéré à la plume alerte et légère de la satire, ou celui de retranscrire cette réalité telle qu'elle est, y compris dans ce qu'elle a de plus affreuse. Boulgakov a choisi à l'évidence la première option. Il est vrai que la Russie soviétique des années 20 demeure encore suffisamment tolérante, même s'il s'agit déjà d'une dictature, pour admettre une certaine insolence, que favorise un climat d'optimisme croissant au fur et à mesure que s'éloignent les années de terreur de la guerre civile russe. L'ancien médecin monté à Moscou fut à l'évidence contaminé par cette atmosphère. On surprend même Boulgakov le Blanc, le tsariste contre-révolutionnaire, auteur d'un premier roman dont le titre est à lui seul un programme, la Garde Blanche (et qu'il a eu le culot de publier en 1925, la censure l'ayant laissé passer malgré ses réserves), écrire une nouvelle dépeignant en termes très élogieux la femme de Lénine, Nadejda Konstantinovna Kroupskaïa...La dernière phrase de ce récit est quand même, excusez du peu: "Nadejda Konstantinovna, je vous remercie" (sic!) Il faut se pincer pour y croire, et pourtant je vous assure que pour une fois, le narrateur, derrière lequel Boulgakov n'est jamais très loin, était sincère et s'exprimait sans l'ombre d'une intention railleuse. Il faut dire qu'elle était très humaine pour une bolchevik, tentant même de protéger des victimes des Grandes Purges, à tel point que Staline la détestait à cause de cela et l'a peut-être même fait empoisonner, en 1938... Les autres bolcheviks dépeints dans cette nouvelle apparaissent plus stupides que réellement dangereux. Point n'est question ici de purges, d'arrestations nocturnes et de délations...Il y est en revanche question d'orateurs communistes qui s'expriment en des termes incompréhensibles pour ces mêmes prolétaires qu'ils prétendent défendre (quel ouvrier russe moyen aurait pu comprendre les allusions à la Révolution française faits par ce camarade du Parti?) On assiste aussi à la naissance d'un écrivain: par rapport aux Récits d'un jeune médecin, d'où tout fantastique était absent et qui demeuraient très autobiographiques, Boulgakov accorde désormais une place accrue à cet imaginaire fantastique qui progressivement deviendra la marque incontournable de son écriture (certaines nouvelles sont de manière évidente des déformations satiriques voire fantastiques de la réalité...). Un ensemble révélateur d'une symbiose heureuse entre la vie d'un écrivain et la réalité de son temps.