Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Journal d'un tueur sentimental : et autres histoires

Journal d'un tueur sentimental | Yacaré | Hot line
de Luis Sepulveda , date de sortie le 16 avril 2002
Dans le Journal d'un tueur sentimental, un homme épris d'une belle Française néglige le contrat pour lequel il a été payé et part dans une course effrenée, de la Turquie au Mexique, à la poursuite... Lire la suite

Livraison estimée le vendredi 30 octobre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Dans le Journal d'un tueur sentimental, un homme épris d'une belle Française néglige le contrat pour lequel il a été payé et part dans une course effrenée, de la Turquie au Mexique, à la poursuite d'une «cible amoureuse» insaisissable.

Hot Line met en scène un inspecteur rural, muté à Santiago, qui enquête sur les téléphones roses, non sans causer quelques aigreurs aux hommes politiques qu'il ose défier... Quant aux yacarés, ces petits crocodiles d'Amazonie dont la peau est si recherchée par les maroquiniers milanais - commerce qui met d'ailleurs en péril la vie des Indiens Anarés -, ils sont au centre de l'intrigue qui mène un inspecteur de police jusqu'en Italie.

Trois histoires, sur des thèmes chers à Luis Sepúlveda, pour un plaisir de lecture jamais démenti.

Caractéristiques

Titre Journal d'un tueur sentimental : et autres histoires - Journal d'un tueur sentimental | Yacaré | Hot line
Traducteur Jeanne Peyras
Collection Points
Editeur Points
Date de parution 16 avril 2002
Nombre de pages 145 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 94 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-02-054175-0 - 9782020541756

3,5/5

bilodoh

Le 16/03/2015

Trois nouvelles, trois atmosphères très différentes, mais le même humour incisif qui allie tendresse et dénonciation sociale. La première nouvelle est celle du titre, quelques jours dans la vie d’un tueur professionnel qui, faisant fi des règles de son métier, est tombé amoureux d’une jeune française. C’est aussi l’histoire d’un homme qui se regarde dans le miroir à un moment de sa vie… La seconde nouvelle se passe au Chili, avec un inspecteur d’origine Mapuche qui est muté dans la capitale pour avoir porté atteinte au siège de celui qu’il ne fallait pas. Affecté à une brigade des mœurs, qu’arrivera de la franchise du policier face aux magouilles du pouvoir#8201;? C’est en Italie que se déroule la troisième, un assureur suisse délègue un enquêteur pour constater le décès d’un riche maroquinier italien. Contrebande et maléfices, des ramifications écologiques internationales. C’est un petit recueil de moins de 150 pages, un intermède agréable que j’ai parcouru avec grand plaisir.

Dionysos89

Le 04/01/2013

Avide de nouvelles expériences de lecture et sur les conseils de mon nouveau guide ès littérature contemporaine, je me suis aventuré, le temps d’une simple nouvelle, au creux des mots de Luis Sepulveda, auteur chilien dont le nom me disait vaguement quelque chose. Ce Journal d’un tueur sentimental nous emmène sur les traces d’un tueur à gages qui commence doucement, mais sûrement, à glisser sur la mauvaise pente. Il réfléchit au pourquoi de tuer ses victimes désignées ! Mais alors, quelle aberration, mes pauvres amis ! Luis Sepulveda, que je ne connais donc que par ce court roman, utilise là des rythmes hachés et des tournures de phrase simples pour augmenter la vitesse de l’action. L’expérience de lecture est d’ailleurs un petit peu détériorée par des oublis de ponctuation ou des tournures qu’on peut justement juger trop simples ; toutefois c’est écrit tambour battant et c’est le souffle court qu’on finit cette histoire charmante et, au fond, amusante. Des détails d’un goût douteux, un cynisme assumé et un sérieux penchant pour la schizophrénie ont terminé de me convaincre sur cette ambiance pimentée à souhait ! Dur bonheur meurtrier en très peu de pages, en somme. Finalement, voilà une intrigue qui se dénoue facilement et donne peu d’indices sur le style de l’auteur, mais permet de passer un bon moment. C’est là l’essentiel !