Prêt à feuilleter

Lettres à Anne : 1962-1995 : choix

de François Mitterrand , date de sortie le 01 novembre 2018
Lettres à Anne

1962-1995

Choix

« Je vous écris tandis que s'éteignent les dernières notes de notre "Alléluia". Souvent j'écoute ce chant. Il me parle de vous, Ann... Lire la suite

En stock en ligne

 RETRAIT GRATUIT
en magasin E.Leclerc

Livraison gratuite à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Lettres à Anne

1962-1995

Choix

« Je vous écris tandis que s'éteignent les dernières notes de notre "Alléluia". Souvent j'écoute ce chant. Il me parle de vous, Anne. Je pense qu'il vous ressemble, ou du moins, à une certaine Anne, la plus secrète, la plus vraie, la plus exigeante. J'aime que cette Anne-là existe. Pour l'atteindre il faut du silence et de la force. Ce n'est pas commode. Mais passionnant. »

En 1962, un homme politique français de quarante-six ans rencontre à Hossegor une jeune fille de dix-neuf ans. Il lui écrira, jusqu'à la veille de sa mort, plus de mille lettres témoignant d'un amour secret et indéfectible. Ce recueil nous dévoile des aspects totalement inconnus de celui qui fut deux fois président de la République.

Caractéristiques

Titre Lettres à Anne : 1962-1995 : choix
Collection Folio
Editeur Gallimard
Date de parution 01 novembre 2018
Nombre de pages 1004 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 504 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-07-276388-5 - 9782072763885

4/5

kiki23

Le 21/01/2019

1962 : François MITTERRAND a quarante six ans, il est sénateur de la Nièvre, marié, père de deux enfants. Il rencontre à Hossegor, Anne PINGEOT, dix neuf ans. C’est le début d’une histoire d’amour, dont le point d’orgue se prénomme Mazarine et qui ne finira que par la mort de l’homme illustre après quelques 1.200 lettres d’amour. On parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître… celui de la correspondance, un temps désuet avec ses attentes, ses codes. Je pense à la chanson de Liane FOLY « Au fur et à mesure »…. Un temps où, les amoureux prenaient le temps…ou malgré des fonctions prenantes et un emploi du temps harassant, MITTERRAND savait se poser pour écrire, se raconter, avoir de l’attention pour l’autre. Une autre chanson me vient à l’esprit en miroir de l’époque actuelle : celle de Benjamin BIOLAY « Brandt Rhapsodie » Nous avons tous en tête un François MITTERRAND, séducteur invétéré. Dans ces lettres, c’est un homme sincèrement amoureux, délicat, présent, romantique. Anne est l’héroïne de ces lettres ; et pourtant son absence se fait sentir : ses réponses sont rares ; seulement des annotations relatives au contexte et aussi un projet de rupture… car cette histoire « interdite » n’est pas si rose et le lecteur ressent la souffrance qui a dû être celle d’Anne PINGEOT, qui a accepté l’inacceptable par amour.

Lune

Le 04/01/2019

J’ai beaucoup hésité… J’ai toujours un malaise devant l’intimité dévoilée de contemporains. Mais telle était la volonté d’Anne Pingeot : publier, choisir elle-même ce qui devait l’être et permettre à ce prodigieux amour de continuer à vivre et d’exister enfin pleinement au grand jour. Les lettres sont très belles, un amour fou, profond, des déclarations bouleversantes, la recherche d’une profondeur d’âme, d’esprit, de beautés partagées. La politique est juste évoquée (fait-elle partie des coupures effectuées par la destinataire?), un homme dont on ne connaît que le visage médiatisé apparaît dans sa vérité d’homme. De 1962 à 1995, simples, vraies, amoureuses, avec des fulgurances dans l’art de vivre, avec des interrogations, des doutes, des regards complices sur la nature, des observations humaines et lucides, des descriptions de lieux et de voyages, ces centaines de lettres conduisent de la genèse à la fin d’un amour arrêté par la disparition de François Mitterand. La durée… Le vrai et bel amour sans conditions, espéré et rencontré. La langue est juste, envolée, parfois lyrique, souvent poétique avec de jolies métaphores. Je ne doute pas que cet amour intense demeure profondément enfoui à jamais dans le coeur de la destinataire. « Je crois aux forces de l’esprit » a déclaré François Mitterand. En voici une illustration. Editées vingt ans après sa mort, elles contribuent à mieux entrevoir un des brillants esprits du XXème siècle.

SylvieBelgrandReims

Le 21/11/2018

Le bouquin du jour : Lettres à Anne, de François Mitterrand. Je suis de la Génération Mitterrand. J'ai placé tellement d'espoir en cet homme lors de son élection en 1981, que j'ai eu du mal par la suite à lui pardonner ses erreurs, ses renoncements, ses échecs. Pourtant, je lui ai toujours gardé une certaine affection pour son intelligence, sa culture, et son humour. C'est cet homme-là qui se dévoile à travers plus d'un millier de lettres à celle qui fut, malgré ses travers de séducteur invétéré, sans aucun doute l'amour de sa vie. Les mots qu'il lui adresse touchent parfois au sublime. #FrançoisMitterrand #AnnePingeot #Lettre #Amour #Folio Le quatrième de couverture : «Je vous écris tandis que s’éteignent les dernières notes de notre "Alléluia". Souvent j’écoute ce chant. Il me parle de vous, Anne. Je pense qu’il vous ressemble, ou du moins, à une certaine Anne, la plus secrète, la plus vraie, la plus exigeante. J’aime que cette Anne-là existe. Pour l’atteindre il faut du silence et de la force. Ce n’est pas commode. Mais passionnant.» En 1962, un homme politique français de quarante-six ans rencontre à Hossegor une jeune fille de dix-neuf ans. Il lui écrira, jusqu’à la veille de sa mort, plus de mille lettres témoignant d’un amour secret et indéfectible. Ce recueil nous dévoile des aspects totalement inconnus de celui qui fut deux fois président de la République.