Prêt à feuilleter

La petite amie imaginaire

de John Irving , date de sortie le 10 septembre 1997
Une autobiographie qui décrit les rapports de l'auteur avec la lutte et l'écriture (le parallélisme est plus étroit qu'on ne l'imaginerait), la façon dont il a appris puis enseigné les deux arts, une... Lire la suite

En stock en ligne

 RETRAIT GRATUIT
en magasin E.Leclerc

Livraison gratuite à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Une autobiographie qui décrit les rapports de l'auteur avec la lutte et l'écriture (le parallélisme est plus étroit qu'on ne l'imaginerait), la façon dont il a appris puis enseigné les deux arts, une réflexion sur le cours de sa vie et la naissance de ses centres d'intérêt. Au fil de ses récits et de ses digressions, il évoque ses rencontres avec les entraîneurs ou les professeurs.

Caractéristiques

Titre La petite amie imaginaire
Auteur John Irving
Collection Points
Editeur Seuil
Date de parution 10 septembre 1997
Nombre de pages 174 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 105 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-02-032428-8 - 9782020324281

2,5/5

Under_The_Moon

Le 17/02/2019

" Un esprit sain dans un corps sain " dit-on. Dans ce court récit, qu'on pourrait apparenter à des mémoires, John Irving tente de nous montrer comment la discipline dont il a fait usage dans le sport (la lutte) et l'écriture sont similaires : un quart de don, les trois autres de travail. A la fin il montre également le rôle fédérateur de la lutte grâce aux liens qu'il a permis de créer entre lui et ses fils, et lui et les jeunes qu'il entraînait. Cet aspect existe aussi avec les étudiants qu'il encadrait dans les cours d'écriture et les écrivains qu'il rencontre. On s'amuse parfois de voir qui Irving a croisé. L'idée était vraiment intéressante, mais j'ai trouvé ce récit bien trop décousu, et à la construction très inégale. Et le pire : la traduction poussive, avec des calques affreux. Quelle déception ! au point que je me refuse à le commenter davantage Challenge USA Challenge multi-défis 2019

Luniver

Le 06/07/2014

John Irving nous dévoile une tranche de sa vie dans cette autobiographie : ses débuts dans l'écriture, et sa carrière dans la lutte (beaucoup). Ses lecteurs fidèles ne seront pas surpris de voir que ce sport a eu une grande importance dans sa vie, étant un thème récurrent dans ses romans. En tant que sportif d'abord, sans grand génie de son propre aveu, mais très travailleur, jusqu'à choisir son université en fonction de l'entraînement qu'il y recevra. Plus tard entraîneur, avec un palmarès plus conséquent, en menant deux fils au titre de champion de leur état. Entre deux séances au gymnase, l'auteur nous parle de ses débuts en tant qu'écrivain, les professeurs qui l'ont encouragé ou au contraire freiné dans sa vocation. On a parfois l'impression qu'Irving s'est rabattu sur l'écriture, faute de perspectives de carrière suffisantes dans la lutte. Les lutteurs seront peut-être intéressés par les comptes-rendus détaillés des matches importants qu'a vécu l'auteur. Les autres s'ennuieront probablement un peu avec cette autobiographie.