Prêt à feuilleter

La deltheillerie

de Joseph Delteil , date de sortie le 01 mai 1978
Les événements littéraires et intimes de la vie de cet écrivain original mort en 1978.
Lire la suite

Momentanément indisponible

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Les événements littéraires et intimes de la vie de cet écrivain original mort en 1978.

Caractéristiques

Titre La deltheillerie
Editeur Grasset
Date de parution 01 mai 1978
Nombre de pages 250 pages
Dimensions 19,00 cm x 12,00 cm
Poids 196 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-246-00180-3 - 9782246001805

4,5/5

nadejda

Le 01/05/2016

J'avais entre 20 et 25 ans quand j'ai découvert Delteil grâce au recueil Les livres de ma vie de Henry Miller dont je dévorais les livres à cette époque. J'y reviens après la lecture des Affinités extrêmes de Kenneth White et je retrouve intacte ce bonheur, cette bouffée d'air frais, l'éternelle jeunesse de cet homme qui, comme il le dit lui-même caracole, ferraille "toutes syllabes au vent" avec "une imagination qui pisse au naturel". Lisez, relisez Delteil en particulier cette "Deltheillerie" et, en vous laissant emporter assaillir, par "un jaillissement de phrases, d'images, d'idées, une armée de mots en marche", vous vous sentirez redevenir pleinement vivant, dans un dérèglement de tous les sens. Vous en sortirez lavés, nus, les yeux écarquillés comme au premier matin du monde. "J'avais mis en épigraphe à mes "Cinq sens" : Je suis sens, et rien de ce qui est sensation ne m'est étranger." N'ayant jamais lu Freud ni ses fameux refoulements et méprisant la morale puérile et honnête, je peignais toute la gamme, tout l'orchestre, nommant naïvement un lis un lis et un cul un cul." Et, nous dit Henry Miller, après sa lecture : "Je ne pouvais pas m'arrêter de rire, je me suis couché en riant"

maylibel

Le 01/12/2013

Né en 1894, fils de paysans audois, Joseph Delteil est monté à Paris en 1920. Il s’y lie d’amitié avec Louis Aragon, les surréalistes, Robert et Sonia Delaunay… Devenu célèbre à même pas 30 ans grâce à ses ouvrages Choléra (1923) et Jeanne d’Arc (1925), il fuit Paris pour aller vivre dans le sud avec son épouse Caroline. La Deltheillerie, c’est donc la maison située à quelques kilomètres de Montpellier où il s’est installé en 1937, mais aussi « toutes les Deltheillades, la Detheillasserie, l’ensemble des faits et gestes, façons et sans façons de vivre, us et coutumes, la conception du monde, les opinions, sentiments, goûts et dégoûts, mœurs et humeurs, manies, fatrasies et foutrasies, colères, passions, tics, tout le bric-à-brac Delteil, les parages, les palabres Delteil, la famille, la smalah, la dynastie Delteil, les accoutrements, les histoires, les légendes, les affaires Delteil, les choses Delteil » (p. 18). Bref, un récit autobiographique, sorte de mémoires de l’auteur construits comme un joyeux foutoir. Le tout écrit avec un style truculent, anticonformiste, volontairement provocateur par moments, mais plein d’une ironie subtile. Joseph Delteil modèle ainsi l’ouvrage à son image. Il ne cherche pas à être aimable. Il n’hésite pas à émailler son texte de mots rares (savez-vous ce qu’est la baresthésie ?) et d’expressions occitanes. Il nous offre ainsi un texte plein de verve, d’une actualité surprenante. C’est très agréable à lire si on accepte de se laisser emporter par la voix et le franc-parler indéniable de l’auteur. Mais cela ne plaira pas à tout le monde. Lire La Deltheillerie, c'est donc une expérience surprenante, qui ne laisse pas indifférent. Pour moi, ce fut une très belle surprise. Et un excellent moyen de découvrir un écrivain à part, aujourd’hui trop oublié.