Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

La cabane dans la vigne : journal : 1945-1948

Journal
de Ernst Jünger , date de sortie le 09 janvier 2014
Renvoyé dans ses foyers
avant la fin de la guerre,
Jünger assiste à l'agonie du
Troisième Reich dans un vieux
presbytère bondé de réfugiés,
fuyant les bombardements ... Lire la suite

Livraison estimée le lundi 20 avril 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Renvoyé dans ses foyers
avant la fin de la guerre,
Jünger assiste à l'agonie du
Troisième Reich dans un vieux
presbytère bondé de réfugiés,
fuyant les bombardements et
l'arrivée des Russes. Les villes
allemandes flambent dans le
feu du phosphore et quelques
fanatiques voudraient voir le
monde disparaître avec eux.
Jünger ordonne de cesser
toute résistance à l'arrivée des
premiers chars américains ;
ému, à l'exemple du prophète
Isaïe, par l'image de la
«Cabane dans la vigne» cernée
par les ennemis victorieux, il
tente de puiser dans les limites
de son univers familier la
force de surmonter l'épreuve.
La vie reprend petit à petit ;
il y a le bois à casser pour
l'hiver, le jardin à cultiver, les
survivants à revoir. Refusant de
désespérer devant l'ampleur
du désastre, Jünger espère
que notre monde, parvenu
au point zéro du nihilisme,
saura le dépasser et connaîtra
une nouvelle naissance.

Caractéristiques

Titre La cabane dans la vigne : journal : 1945-1948 - journal
Auteur Ernst Jünger
Collection Titres
Editeur Bourgois
Date de parution 09 janvier 2014
Nombre de pages 503 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 362 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-267-02611-5 - 9782267026115

5/5

Comme Junger l'indique lui-même, le titre de son ouvrage est emprunté à la Bible (Isaïe). Publié dix ans après la période dont elle rend compte, l'oeuvre se situe directement après les "Feuillets de Kirchhorst". Désormais à l'écart de toute activité militaire, l'écrivain continue la chronique de la débâcle de son pays. Son approche reste double : d'une part, il rend compte de l'histoire immédiate, telle qu'il en subit l'expérience au jour le jour dans son environnement proche; et, d'autre part, il réfléchit sur les grandes constantes des désastres historiques, tout en cherchant à dégager les caractères propres à notre modernité.

Henri-l-oiseleur

Le 10/12/2015

Après tout, le prophète hébreu Isaïe fait partie du patrimoine culturel humain et l'on ne doit pas s'étonner de le voir cité dans ce contexte, où l'Allemagne traverse une forme d'apocalypse. Jünger a su, par l'exil intérieur, se distinguer des bouchers et des assassins nazis, dès 1939 et "Sur les falaises de marbre", et si son journal témoigne de la rencontre de la grande Histoire et de son histoire personnelle, il montre aussi, de manière fascinante, quelles peuvent être les stratégies de survie d'un individu libre au milieu de la fin du monde. En ce sens, ce tome ne fait que continuer les précédents du journal de guerre, puisque n'ayant à souffrir rien de ce que les victimes du Reich avaient à subir, Jünger en est néanmoins, lui-même, une sorte de victime, désapprouvant ce qu'il voit sans pouvoir le dire, supportant de prêter son nom, son corps et sa personne à la destruction d'un monde qu'il aime.