Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

The promised Neverland

Volume 7
de Kaiu Shirai , date de sortie le 03 avril 2019
The promised neverland

Décision

A près avoir survécu aux dangers de la forêt et découvert l'existence des deux « territoires », les fugitifs arrivent enfin au point B06-32.... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le lundi 13 juillet 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

The promised neverland

Décision

A près avoir survécu aux dangers de la forêt et découvert l'existence des deux « territoires », les fugitifs arrivent enfin au point B06-32. Là, ils découvrent le refuge souterrain tant recherché mais, loin d'y trouver un allié, l'homme qui les accueille se révèle aussi sombre que déséquilibré ! Se pourrait-il que ce soit William Minerva ?

Caractéristiques

Titre The promised Neverland - Volume 7
Auteur Kaiu Shirai
Traducteur Sylvain Chollet
Collection Shônen
Editeur Kazé Manga
Date de parution 03 avril 2019
Nombre de pages 192 pages
Dimensions 18,00 cm x 12,00 cm
Poids 132 g
Support Broché sous jaquette
ISBN / EAN 978-2-8203-3537-1 - 9782820335371

4,8/5

AnneClaire29

Le 25/12/2019

Emma, Ray et le reste du groupe arrivent sain et sauf au refuge B06-32. Il y découvre un homme qui comme eux pensait y trouver William Minerva mais cela fait treize ans qu'il attend. L'Inconnu, lui ne veut qu'une seule chose, c'est qu'ils partent tous. Après avoir passé un marché avec lui, Emma, Ray et lui partent vers le nouvel indice laissé par Minerva. Mais rien ne dit que l'Inconnu va les aider comme ils le souhaitent. Depuis le tome 6, L'action est constante et l'intrigue d'épaisseur et devient de plus en plus prenante. Pourquoi William Minerva n'est pas reparu depuis treize ans dans le refus ? Qu'attend nos petits héros vers le nouveau point de chute ? Quel est le passé de l'Inconnu ? Et que sont devenus ses compagnons de route ? Autant de questions qui restent en suspense à la fin de ce tome.

Shan_Ze

Le 02/09/2019

Le suspens remonte un peu, Emma et Ray veulent partir à la recherche de William Minerva, de leur monde qui leur permettra d'être tous à l'abri. Emma est assez confiante dans son opposition à ce "vieux briscard" pas commode. Une guerre psychologique commence entre les deux enfants et ce drôle d'adulte, veut-il vraiment s'en débarrasser ? Emma et Ray vont-ils réussir à lui résister ? à trouver William Minerva ? Le tome 8 apportera bientôt des réponses...!

Rickola

Le 05/06/2019

*Cette critique concerne les tomes 5 à 7* Comme je l’ai dit, la donne change à partir du tome 5 pour une raison toute simple : l’évasion est un succès, malgré le fait que Norman ait été envoyé en pâture aux démons (Est-il réellement mort ? Voilà une nouvelle question qui secoue les fans, une simple recherche google vous montrera que beaucoup cherchent à savoir ce qu’il en est). Ainsi, une nouvelle partie du récit est amorcée ici, se basant sur les éléments mis en place dans les précédents volumes tout en apportant son lot de nouveaux questionnements. J’ai évité de trop en dire jusqu’à présent, mais les premiers tomes ont notamment mis l’accent sur un certain William Minerva, qui aurait disséminé des indices à l’intérieur de Grace Field à l’intention des enfants, avec notamment des coordonnées où le rejoindre une fois ces derniers à l’extérieur de l’orphelinat. Plus facile à dire qu’à faire cependant car le monde extérieur est peuplé de démons, et l’écosystème est totalement différent de ce que nos héros connaissaient jusqu’alors. De ce fait, on passe d’une première partie de l’histoire clairement axée récit d’évasion, à une ambiance survie des plus réussies. Je disais dans la première partie de mon article que c’est à partir de là que Posuka Demizu démontre toute l’étendue de son talent, car ce monde extérieur est l’occasion pour elle de dessiner des environnements et des créatures très différents de ce à quoi on est habitués. Ainsi, au-delà des démons que l’on avait déjà eu l’occasion de voir dès le premier tome, nous découvrons une faune et une flore très originales. Et le style de la mangaka met tout cela parfaitement en valeur et contribue à instaurer une ambiance encore plus pesante que dans la première partie de l’histoire. Car l’ambiance s’assombrit encore à partir du moment où les enfants sortent de l’orphelinat. Ils découvrent la réalité du monde dans lequel ils vivent, qui n’est pas des plus reluisantes, et comprennent que leur survie va être difficile. Cependant, ça ne les empêche pas de garder espoir, et ils ne perdent pas de vue leur objectif qui reste de trouver William Minerva et le reste de l’humanité. Nous aurons donc l’occasion dans cette partie de voir la dureté du monde dans lequel ils vont devoir évoluer, mais également d’en apprendre davantage sur le système de fermes mis en place pour nourrir les démons, sur les événements qui ont amené le monde à évoluer de la sorte. Nous en apprendrons également plus sur les démons eux-même et sur leur mode de vie. Mais comme dans la première partie, Kaiu Shirai ménage ses révélations, apportant autant de réponses que de nouvelles questions. Encore une fois, c’est une des forces du récit, car on avance et on découvre toujours de nouvelles choses, mais on reste maintenus en haleine par toutes les autres questions qui se posent encore. Je suis resté volontairement assez vague concernant l’évolution du récit, et les révélations qui sont faites justement pour éviter de gâcher le plaisir à celles et ceux qui n’en seraient pas encore arrivés là. Mais ce que je peux vous dire, c’est que cette seconde partie du récit m’a totalement conquis. Je trouve que les auteurs ont eu raison de faire sortir rapidement les enfants de l’orphelinat, car cela aurait fini par devenir lassant. En renouvelant les environnements et les enjeux, la série a monté d’un bon cran d’un point de vue qualitatif selon moi (quand bien même elle est excellente depuis le début). Ainsi, je suis plus que jamais à fond dans cet histoire et j’ai hâte d’obtenir des réponses aux nombreuses questions laissées en suspens (même si je me doute que d’autres vont arriver dans le même temps).

garrytopper9

Le 26/04/2019

Déjà le septième tome de The Promised Neverland et la qualité est toujours au rendez-vous ! Je dirais qu’avec ce tome, le titre rentre dans son rythme de croisière, avec des nouveautés, mais un humour un peu plus présent et une certaine routine dans la gestion des personnages. À la fin du tome précédent, nos jeunes rescapés découvraient un abri, avec à l’intérieur un homme, que l’on pensait être le mieux Minerva. Au final, ce n’est pas du tout le cas puisque ce dernier s’avère être lui aussi un évadé, mais d’un autre orphelinat. Lui aussi a su se sortir de sa condition avec d’autres orphelins, mais voilà, c’était il y a 13 ans, et il est bizarrement tout seul. Ce personnage est très énigmatique, on se demande s’il n’aurait pas sacrifier tout le monde pour sa propre survie, ni même si ce qu’il dit est vrai. En tout cas, son abri est une vraie bénédiction pour Emma et les siens, qui entendent bien s’installer là quelques temps. On perd un peu la tension permanente qu’il y avait dans les 4-5 premiers tomes, mais du coup, on se retrouve avec plus d’action, et un manga plus imprévisible qui multiplie les rebondissements, et qui laisse surtout enfin les personnages se developper. Plus classique, mais plus efficace, j’ai une très nette préférence sur ce manga, depuis que Emma et ses compagnons ont quitté l’orphelinat. Seul bémol, le personnage de Maman me manque un peu, j’aimais beaucoup son aura machiavélique ^^

Lesvoyagesdely

Le 12/04/2019

Un terrible et passionnant tome nous attend, le plus difficile est de se faire laisser en plan à la fin. A lire que pour les gens ayant au moins lu les 6 premiers tomes. Comme j’avais dit la dernière fois : Attention, si dans Fûka je peux jouer sur les mots sur le gros évènement. Ici on enchaîne trop de choses. Donc les tomes précédents seront jugés connus. Les enfants ont trouvé le refuge, et un drôle de bonhomme, qui semble froid, ne pas vouloir s’attacher et en a déjà vécu des choses. Mais William Minerva reste hors de portée pour le moment. Où est-il ? Est-il toujours en vie ? Y a-t-il de nouveaux indices dans le refuge ? Comment a survécu cet homme ? Qui est-il ? Où sont ses compagnons ? Comment lui faire confiance, le pousser à les aider ? Il ne révélera pas son nom, il comprendra d’où vienne les enfants, il sera écœuré par leur amitié, leur solidarité. En a-t-il toujours été ainsi ? Le refuge est étonnant, il dispose de pas mal d’éléments et bien plus encore que nous penserions. C’est un endroit où il pourrait faire bon vivre. Mais le groupe n’oublie pas qu’ils veulent trouver Minerva, qu’ils veulent sauver les autres enfants. La bibliothèque pourra continuer à révéler des informations. Comment le confort quotidien peut-il être assurer ? Nourriture, eau, électricité, etc. ? C’est un redoutable jeu de stratégie et de survie qui se livre entre cet homme désabusé et ces jeunes enfants qui veulent y croire. Il leur faut trouver la vérité, d’un homme qui ne veut pas leur parler, pas les aider, s’en sortir vivant, continuer leur quête. Ce tome où nous avons plein de questions, de doutes, où il faut rester prudent, a un côté insoutenable, qui est calmé avec les rires des enfants, les petites histoires à côté, le plaisir de la sécurité du refuge et de le découvrir, leur belle solidarité. Nous finissons par une sortie en nombre limité avec quelqu’un dont ils ont besoin mais en qui ils ne peuvent pas croire. Nous finissons en pleine action, en plein doutes, avec de nouvelles découvertes. L’attente du prochain tome sera très longue. PS : Je fais partie des gens avec qui cette série rencontre un grand succès, a beaucoup d’effets, depuis le début ^^’ PS2 : Pour les gens ayant lu le tome. [masquer] Alors oui, le nouveau a un comportement des plus exécrables, après il cherche peut être à ne plus s’attacher, en a trop vu. S’il a survécu en sortant, ce n’est pas pour rien non plus. J’aime beaucoup comment ils recoupent les informations de lui et ceux qu’ils ont rencontré avant de trouver le refuge. Il ne veut pas savoir leur vrai prénom et donner le sien, pareil, pour ne pas s’attacher. C’était intéressant d’en apprendre plus sur les autres sites d’élevage. [/masquer]