Prêt à feuilleter

The promised neverland

Volume 4
de Kaiu Shirai , date de sortie le 24 octobre 2018
The promised Neverland

Je veux vivre !

Le compte à rebours est enclenché pour Norman : Maman va le livrer aux démons ! Emma et Ray n'ont que très peu de temps devant eux pour... Lire la suite
Graphisme à couper le souffle et scénario à rebondissements, pas étonnant que ce titre hors-norme soit le manga best-seller 2018 !

Davantage de conseils dans notre Guide BD 2018.

En stock en ligne

 RETRAIT GRATUIT
en magasin E.Leclerc

Livraison gratuite à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

The promised Neverland

Je veux vivre !

Le compte à rebours est enclenché pour Norman : Maman va le livrer aux démons ! Emma et Ray n'ont que très peu de temps devant eux pour tenter de contre-carrer l'implacable Isabella. Une seule solution, mettre à exécution leur plan d'évasion au plus vite ! Parviendront-ils à sauver leur ami ?

Caractéristiques

Titre The promised neverland - Volume 4
Auteur Kaiu Shirai
Traducteur Sylvain Chollet
Collection Shônen
Editeur Kazé Manga
Date de parution 24 octobre 2018
Nombre de pages 190 pages
Dimensions 18,00 cm x 12,00 cm
Poids 132 g
Support Broché sous jaquette
ISBN / EAN 978-2-8203-3284-4 - 9782820332844

4,9/5

Calimero25

Le 02/04/2019

Emma se retrouve alité suite à sa jambe que Maman a cassé. Et on pense que tout espoir est perdu puisque Norman est décidé à se livré. Mais ils sont tous bien plus malin qu'il n'y paraît et tout est dévoilé dans la fin de ce tome. Vraiment super à lire.

Elodie-Liseuse-Lifestyle

Le 02/03/2019

Manga coup de coeur de 2018, c'est avec un grand plaisir que je poursuis cette année, cette aventure captivante et intrigantes. Ce tome est rempli de retournement de situation, de déclaration surprenante, et d'action. Les personnages nous montrent toute l'étendue de leurs stratégies, leurs savoirs et leurs courages. Et avec tout ce qui se passe dans ce tome, le petit cœur du lecteur est malmené, piétiné et dévasté. La situation se débloque et commence à prendre une tournure bien différente des précédents tomes. L'action est présente du début à la fin, la tension palpable et oppressante. Du grand art, tenir en haleine le lecteur comme ils le font, frôle le génie. On commence à en apprendre plus sur le monde extérieur et certains points font penser à de très connues films de Dystopie. Parfait pour une fan de ce genre. Ce manga a réellement tout pour me plaire, et j'attends de lire la suite avec grande impatience. Je piétine de connaitre la suite et de poursuivre chaque semaine l'animer. A découvrir de toute urgence !!

Que d'action dans ce tome !!! Un de mes favoris je crois. J'ai poussé des "nooooooon" (je suis inconsolable) et des "ouiiiii". Je tremble pour ces enfants. Le suspens est insoutenable et ma bibliothèque n'a pas les tomes suivants. L'horreur !! Le scénario est vraiment un régal.

Titteuf

Le 01/03/2019

J’ai adoré ce tome 4. Pour le moment le meilleur pour moi. L’intrigue y est insoutenable tant les émotions sont multiples et variées. Des moments de conquêtes au môme de doute voir même de désespoir. De la tristesse. Des interrogations. Des suspicions. Des rebondissements. De la domination et de la soumission. Le tout bien orchestré par un graphisme à la hauteur du drame qui se joue devant nos yeux.... Et par rapport aux tomes précédents les expressions des émotions du visage sont beaucoup moins caricaturaux. En revanche j’etais moins fan des pages bonus qui pour moi, contrairement aux tomes précédents, n’apportent pas grand chose à l’intrigue.

Alfaric

Le 13/02/2019

Si vous ne savez pas encore ce qu’il y a au-delà du portail de Grace Field House, fuyez pauvres fous ! Quant aux autres, préparez vos mouchoirs à l’avance car nous allons tous beaucoup pleurer dans ce tome 4 intitulé "Je veux vivre !" Après avoir livré Sœur Krone à sa démoniaque hiérarchie, Maman casse la jambe d’Emma et précipite la date d’exécution de Norman moins pour épargner Ray (car SPOILER) que pour éliminer le cerveau de l’Opération Grande Évasion qui est aussi le cœur et l’âme des 38 enfants en sursis permanent… Emma et Ray que tout opposent ont 24 heures pour sauver Norman, et Norman qui refuse de s’avouer vaincu a 24 heures pour sauver tout le monde !!! Mais quand il découvre ce qu’il y a de l’autre côté du Mur, c’est de lui-même qu’il se livre à Maman [masquer](Grace Field House est séparée du reste du monde par un gouffre infranchissable, il n’y a pas 1 orphelinat mais 5, et le seul moyen de rejoindre l’extérieur est de passer par l’abattoir rempli de démons)… [/masquer] Début de la zone plus spoiler tu meurs... [masquer]Norman veut vivre à tout prix, ses amis veulent qu’il vive à tout prix, mais pour lui c’est fini : ça y est, vous pouvez sortir vos mouchoirs ! Emma et Ray restent prostrés dans leur chagrin, et pensant les avoir définitivement brisé Maman les abreuvement de sophismes reagano-thathéro-macroniens remplis de « loup est un loup pour l’homme » (le TINA, There Is No Alternative) et va même jusqu’à proposer à Emma de sauver sa vie en abandonnant les siens et les générations à venir à leur triste sort en devenant « maman » à son tour (oh on dirait les techniques totalitaires de management du sinistre Jack Neutron). Tout ce qui ne te tue pas te rend plus fort : l’épreuve ne les a pas éloigné mais elle a soudé, l’épreuve ne les a pas affaibli mais elle les a renforcé… Sauf que Madame Feu qui a gagné en maturité se met à analyser froidement les choses comme Norman, et que Monsieur Glace qui a gagné en résolution est prêt à s’immoler par le feu pour offrir à ses camarades de lutte une chance de s’échapper à leur enfer hypercapitaliste et ultralibéral… J’exagère ? Pourtant c’est bien les auteurs qui qualifient Isabella la Directrice de « dame de fer » comme cette sorcière de Margaret Thatcher, la plus grosse imposture du XXe siècle avec Adolf Hitler ![/masquer] Fin de la zone plus spoiler tu meurs... La fin du tome n’est que twist et cliffhangers de qualité premium et les auteurs jouent avec nos émotions comme du violon dans une œuvre de haute intensé… Quand je pense à ces inquisiteurs culturels, à ces commissaires littéraires, à ces prescripteurs d’opinion, à ces Jean-Kevin Sacdefiel et à ces Darksasuke69 qui disent que c’est peu ou prou de la merde, et bien ça me file une fois de plus la gerbe mais je me dis que ces petits cercles intellos prout prout même « de beau quartier » ça reste « de caniveau »...