Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

My hero academia

Volume 22, L'héritage
de Kohei Horikoshi , date de sortie le 02 janvier 2020
Alors qu'Izuku vient d'avoir une étrange vision du passé, un entraînement pas comme les autres commence ! Les élèves de seconde A vont en effet devoir affronter leurs camarades de seconde B lors d'une... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le lundi 10 août 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Alors qu'Izuku vient d'avoir une étrange vision du passé, un entraînement pas comme les autres commence ! Les élèves de seconde A vont en effet devoir affronter leurs camarades de seconde B lors d'une série de matchs. Objectif : mesurer les progrès de chacun et décider du transfert de Hitoshi Shinso en Filière super-héroïque...

Après une première victoire des seconde A, c'est au tour de Momo et d'Itsuka de confronter leurs stratégies sur le terrain ! Qui, des deux tacticiennes, saura tirer son épingle du jeu ?

Caractéristiques

Titre My hero academia - Volume 22, L'héritage
Traducteur David Le Quéré
Collection Shonen
Editeur Ki-oon
Date de parution 02 janvier 2020
Nombre de pages 187 pages
Dimensions 18,00 cm x 12,00 cm
Poids 180 g
Support Broché sous jaquette
ISBN / EAN 979-10-327-0578-0 - 9791032705780

3,4/5

Tachan

Le 12/01/2020

N'eut été les derniers chapitres, j'aurais qualifié ce tome de lecture d'un ennui profond, mais heureusement un bon gros bouleversement intervenu au dernier moment pour me réveiller. Parce que soyons honnête, le reste du tome je l'ai lu en étouffant un bâillement. Pas qu'il n'y ait pas d'action, ça on en a, mais plutôt parce que celle-ci est inintéressante et lourde à lire. On se retrouve encore avec un entraînement entre membres de l'Académie où ils testent leurs nouveaux pouvoirs. Sauf que l'auteur raconte ça de façon absconse, en ayant sans cesse besoin de cadres explicatifs, ce qui fait vraiment peiner la lecture alors que les combats devraient au contraire être un moment fluide et léché. Passer après Black Clover, dont je viens de lire un tome, fait vraiment mal à MHA, on en voit encore plus les défauts... Alors oui, c'est sympa d'essayer de voir certains pouvoirs en action mais on ne se mentira pas, il n'en restera sûrement pas grand-chose en mémoire à part pour les personnages principaux... C'est surtout cool de voir Katsuki enfin évoluer et apprendre à tenir compte des autres et à compter sur eux. C'est chouette aussi de voir Shoto repousser ses limites et de développer enfin un peu le personnage de Tenya qui a été tellement délaissé. Mais tout ça est fait trop rapidement et sans finesse. Heureusement comme je le disais au début qu'un bouleversement survient en pleine épreuve concernant Deku et son One for All. Ça fiche tout en l'air, ça met tout le monde sur le qui-vive et ça réveille le lecteur un peu endormi depuis quelques temps, lui promettant, on l'espère, une suite où on reviendra aux genèses de la série. Allez, on croise les doigts.

Rickola

Le 09/01/2020

On reprend donc une structure identique à celle de la seconde moitié du tome précédent, ce qui ne me tentait pas des masses, je dois l’avouer. Mais j’ai pourtant trouvé ce tome bien plus digeste que le précédent. En effet, le tome 21 avait pour lui un début d’excellente qualité avec un bon développement du personnage d’Endeavor, mais tout le reste pêchait un peu du fait d’un manque d’enjeux réels, comme je l’ai expliqué en introduction. Et si ici, tout le tome est du même acabit, à savoir que l’on n’a aucun frisson pour nos personnages qui ne peuvent logiquement pas être en situation de danger, Horikoshi a la bonne idée de profiter de ces affrontements pour apporter quelques développements parfois bien sentis à des personnages secondaires. Car tout l’intérêt de cette partie du récit réside je pense dans le fait de faire revenir des élèves que l’on n’avait pas vu depuis un petit moment. Je pense aussi bien à Tenya qu’à Shoto, Katsuki, Momo ou même Ochaco finalement. Si le premier affrontement met en avant Momo de façon relativement timide selon moi, les combats suivants permettent au contraire de développer intelligemment les autres élèves et leur progression. On assiste ainsi à une belle montée en puissance de Tenya, qui redouble d’efforts pour être à la hauteur de son frère et mériter son nom d’Ingenium. Mais surtout, Shoto a l’occasion d’être développé davantage, en particulier par rapport à l’évolution de ses relations avec son père qui essaie enfin de faire honneur à son rôle de père. De même, Katsuki montre qu’il a bien changé depuis le début du manga, et c’est certainement pour moi le point le plus remarquable de ce tome. On voit enfin le personnage devenir plus héroïque et plus altruiste, et ça m’a fait un petit quelque chose, je dois l’avouer. Même si il garde sa nature de mec hargneux et tout le temps énervé, on constate qu’il évolue et il est possible que cela ait même des conséquences sur sa relation avec Izuku par la suite. Enfin, le volume se termine alors que l’équipe d’Izuku et Ochaco commence un nouvel affrontement, ce qui est l’occasion de revenir sur l’alter de notre héros, et en même temps d’évoquer un peu le passé d’Ochaco. Une idée bien sentie qui, je l’espère, sera exploitée par la suite car c’est un personnage qui mérite d’être davantage mis en avant. En résumé, ce volume m’a finalement plutôt convaincu alors que j’avais hâte qu’on passe à la suite. Car s’il n’y a pas d’enjeux réels, Horikoshi profite de ce moment plus léger pour mettre en avant l’évolution de certains personnages qui étaient trop en retrait. Ainsi, la lecture fut tout à fait plaisante, même si j’ai hâte qu’on revienne dans le vif du sujet !

Alfaric

Le 05/01/2020

Buichi Terasawa avait écrit que dans le monde merveilleux du shonen tu pouvais raconter tout et n'importe quoi du moment qu'il y avait un bon cliffhanger qui t'obligeait à lire la suite : il pointait du doigt un détestable cahier des charges rendu obligatoire par le magazine Weekly Shonen Jump, et on retrouve exactement cela dans ce tome 22 intitulé "L'Héritage"… (comme dans les tomes précédents d'ailleurs, mais ou mois on ne racontait pas forcément tout et n'importe quoi) Donc on suit des combat entre des équipes de la Seconde A et des équipes de la Seconde B : on déjà vu ça dans dans les premiers tomes de la série, et cela aurait sans doute été bien si cela avait eu lieu avant le tome 10, mais là on est au-delà du tome 20 et on veut voir des super-héros en action pas des adolescents à l'entraînement ! En plus les alters de "My Hero Academia" ressemblent de plus en plus aux stands de "JoJo's Bizarre Adventure" (ben oui, pourquoi innover quand on peut plagier ?), et il y a encore de vieux relents fascisants de samouraïs du Shogun / de soldats de l'Empereur : non on ne blesse pas et on ne se blesse pas à l'entraînement, sinon à l'heure du combat tout le monde est à l'infirmerie et les adversaires gagnent sans combattre faute de combattants. Recovery Girl expliquait cela à Izuku parce qu'il ne maîtrisait pas son super-pouvoir, là tout le monde fonce tête baissée en bastonnant tout le monde et en détruisant tout quitte à crever (genre la Miss Champignon qui détruit les poumons de Fumikage Tokoyami, à l'entraînement je le rappelle). Bon on a 2 pages où All For One rigole quand il entend parler de Gigantomachia, on a 2 pages sur un droit de quota de flashbacks sur Ochako, et le fameux clifhanger où Izuku perd le contrôle de son pouvoir avant de le retrouver et de parler à son prédécesseur qui ressemble à Hellboy… To Be Continued ? C’est le 5e tome moyen d’affilée donc je déclare officiellement la série à marée basse : c’est triste quand une série passe de hype à OSEF... PS : en fin de volume on nous offre 8 pages de bonus encore plus OSEF que le reste du tome

Komorebimanga

Le 05/01/2020

C'est loooong. Des affrontements mous et pas forcément lisibles pour a peine quelques évolutions de personnages pas forcément cohérents. Heureusement, on approche de la fin et des découvertes sur le all for one.

Goki

Le 02/01/2020

Juste un petit mot mes chers spectacteurs : magnifique.