camion
Livraison garantie avant Noël sur tous les produits en stock
nouveau
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

My hero academia

Volume 21, L'étoffe des héros
de Kohei Horikoshi , date de sortie le 07 novembre 2019
Pour Endeavor, enfin officiellement numéro un, c'est la consécration... Cependant, s'il est premier dans les chiffres, il ne l'est pas encore dans le coeur de la population ! Conscient du problème, Hawks,... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le lundi 16 décembre 2019

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Pour Endeavor, enfin officiellement numéro un, c'est la consécration... Cependant, s'il est premier dans les chiffres, il ne l'est pas encore dans le coeur de la population ! Conscient du problème, Hawks, le nouveau numéro deux, lui propose d'enquêter avec lui sur de possibles apparitions de Brainless...

Mais, une fois sur place, ils se retrouvent aux prises avec un adversaire monstrueux, bien plus fort que les précédents ! Gravement blessé, le héros incandescent saura-t-il reprendre le flambeau du symbole de la paix ?

Retrouvez les super-héros du manga phénomène My Hero Academia !

Caractéristiques

Titre My hero academia - Volume 21, L'étoffe des héros
Traducteur David Le Quéré
Collection Shonen
Editeur Ki-oon
Date de parution 07 novembre 2019
Nombre de pages 181 pages
Dimensions 18,00 cm x 12,00 cm
Poids 196 g
Support Broché sous jaquette
ISBN / EAN 979-10-327-0501-8 - 9791032705018

3/5

gwendal

Le 01/12/2019

Bon comme prévu on fini par tourner un peu en rond. Après un début de tome que j'ai trouvé prometteur, un Endeavor plus humain, avec des doutes et un double twist en deux pages sur Hawks, je pensais que j'allais enfin avoir un épisode au top. Et puis le soufflé est retombé, retour à l'école et nouvel entrainement des futurs héros .... Allez, le point positif c'est la mise en avant des personnages secondaires, leurs pouvoirs et leurs personnalités. Ce n'est pas complétement nul, j'ai souris, j'ai tout lu (est pas en diagonale comme ça m'arrive avec certains titres à rallonge) mais ça manque vraiment de souffle, de passion. Par contre j'imagine que les producteurs de l'animé doivent se frotter les mains, ça va faire un bon paquet d'épisodes à délayer ! Comme j'emprunte les tomes à mon fiston, je sais que je lirai la suite, mais il va falloir faire beaucoup mieux pour me redonner la flamme des débuts.

Rickola

Le 20/11/2019

Souvenez-vous, il y a deux mois, je vous expliquais à quel point le tome 20 de My Hero Academia m’avait plu, du fait d’une grande richesse, d’un travail émotionnel et thématique de qualité. Il s’achevait notamment en mettant l’accent sur Endeavor, aux prises avec un brainless dopé aux emphets alors qu’il avait amorcé un changement pour devenir lui-aussi un symbole, comme l’était All Might. Un changement bienvenu pour un personnage passionnant. Voyons donc si le tome 21 continue sur cette excellente lancée. Pour Endeavor, enfin officiellement numéro un, c’est la consécration… Cependant, s’il est premier dans les chiffres, il ne l’est pas encore dans le cœur de la population ! Conscient du problème, Hawks, le nouveau numéro deux, lui propose d’enquêter avec lui sur de possibles apparitions de Brainless… Mais, une fois sur place, ils se retrouvent aux prises avec un adversaire monstrueux, bien plus fort que les précédents ! Gravement blessé, le héros incandescent saura-t-il reprendre le flambeau du symbole de la paix ? Comme l’indique le résumé, le tome précédent s’était achevé sur un Endeavor blessé, et même vaincu en apparence par le brainless. Sauf que s’il est mis en avant sur la couverture, ce n’est pas pour rien, vous vous en doutez. Et il trouvera au début de ce tome les ressources en lui pour prendre le dessus et vaincre son adversaire. Cette fin de combat, très intense, m’a surtout plu pour la façon dont le héros est mis en avant, dressant un parallèle avec All Might afin de montrer son changement et le fait qu’il commence à devenir le nouveau symbole dont les gens ont besoin. Et même si cela ne se fera sûrement pas en un jour, c’est un énorme pas en avant pour Endeavor, qui continue d’être un des personnages les plus passionnants de la série à mes yeux. Et par chance, cet excellent début est confirmé par les séquences suivantes, qui continuent de le mettre en avant et de souligner son évolution, mais dans un contexte bien différent. Je vous laisse le plaisir de découvrir ce qu’il en est, mais sachez que c’est encore un développement qui m’a bien plu, et qui accompagne très logiquement l’évolution globale du personnage. Malheureusement, une fois quitté notre héros, je dois dire que le reste du tome fut bien plus laborieux. On se retrouve chez les élèves, avec une épreuve qui voit s’affronter les seconde A et B en équipes. Et en l’occurrence, ça n’a vraiment pas réussi à me passionner. Le but d’Horikoshi semble être de remettre un peu en avant des personnages délaissés, mais cela fait surtout une grosse pause dans le récit, et lorsque l’on est dans le cadre scolaire, je préfère largement mettre l’accent sur la vie quotidienne et les sentiments des personnages que sur des affrontements dénués d’enjeux. Ainsi, si tout cela peut quand même se révéler sympa afin de voir des alters connus ou non en action, et les stratégies mises en place pour les contrer, je me suis quand même un peu ennuyé à la lecture de cette deuxième partie de tome, qui a finalement créé un sentiment mitigé en moi. Pour moi, on se retrouve finalement face à un tome anecdotique dans la série, et je serai même tenté de dire qu’il s’agit là de celui qui m’a le moins plu depuis le début. Ce qui n’est pas grave en soi, même les grandes séries ont des coups de mou, et ça ne m’empêche pas d’attendre encore le volume suivant avec impatience, mais j’espère que l’on va vite reprendre le fil de l’intrigue, d’autant plus qu’un nouvel élément en particulier a été mis en avant dans ce tome. En résumé, ce nouveau volume de My Hero Academia est en deux temps à mes yeux. Dans un premier temps, il est passionnant et intense, avec tout le traitement d’Endeavor, alors que dans un second, il m’ennuie un peu avec des événements dénués d’enjeux. Un gros coup de mou pour ce qui est à l’heure actuelle le volume le moins convainquant de la série à mes yeux. Mais garder un niveau constant de qualité n’est pas toujours facile, et je fais confiance en Horikoshi pour relancer son histoire rapidement afin de retrouver le niveau qui fait que je suis fan de sa série !

Tachan

Le 12/11/2019

Comme cela arrive parfois dans la série, voici un tome sympa à lire mais qui n'a rien de bien transcendant car il reprend encore et toujours la même structure ultra classique, ce qui peut désespérer un peu le lecteur au bout de 21 tomes... Nous avions laissé Endeavor, Hawks et les autres héros en plein affrontement contre les Brainless qui ont envahi la ville. Comme souvent avec l'auteur, il ne s'éternise pas avec ce combat et va à l'essentiel. Le but étant de montrer toute la bravoure du héros Endeavor, en dépit des horreurs qu'il a pu commettre en tant que père. On veut nous montrer un héros qui s'acharne et travaille dur, au péril de sa vie, pour aider les autres. C'est réussi mais c'est très casse gueule comme sujet, parce qu'il n'y a aucun repentir possible à mon sens pour ce personnage et que l'idée d'un pardon, du moins de la part de ses enfants, m'est insoutenable. Mais l'accompagne heureusement Hawks, l'élément le plus intéressant ici quand on découvre ce que les autorités lui ont demandé. Cela permet de faire le lien avec les arcs précédents et c'est le bienvenu. De la même façon, les courtes pages où l'on s'attarde sur l'origine des pouvoirs de Deku m'ont beaucoup plu. Elles m'ont mis l'eau à la bouche et j'attends vraiment qu'on en reparle. C'est pour cela que ma déception fut grande dans le seconde moitié de ce tome où l'on repart sur un entraînement à Yuei tel qu'on connait si bien. C'est lassant. On voit à nouveau les héros bosser en équipes dans de nouvelles tenues, pour montrer leurs nouveaux pouvoirs, face à de nouveaux contradicteurs. Rien de neuf sous le soleil. En prime certaines scènes sont peu lisibles et ajouter encore et toujours des personnages peut finir par vraiment nous perdre, surtout que les pouvoirs de certains semblent vraiment plus sortir de l'imagination des lecteurs que de l'auteur... Je déplore donc un vrai problème de découpage et de renouvellement de l'auteur. Il fait toujours la même chose, fait monter la tension jusqu'à un climax avant de brusquement tout relâcher pour nous ressortir des scènes d'une banalité affligeante. C'est vraiment dommage. A ce stade-là de la série, j'attends désormais autre chose !

Alfaric

Le 12/11/2019

L’illustration et le résumé de ce tome 21 intitulé L’Étoffe des héros sont mensongers. Car on nous vend un combat epicness to the max entre Endeavor et le prototype des nouvelles générations de créatures de cauchemar d’All for One, et c’est vite torché en fait avec l’arrivée en renfort de Hawks. Cela devient même putassier avec Crématorium qui vient faire un petit coucou avant l’arrivée de Mirko ! Finalement le côté dramatique est beaucoup plus intéressant et beaucoup plus réussi. Endeavor a toujours voulu être le numéro 1 des super-héros, et maintenant qui l’est pas défaut il s’aperçoit qu’il n’a pas peut-être l’étoffe dont sont faits les véritables. C’est pour lui le temps de la remise en cause, et le premier chantier auquel il s’attelle est celui de sa propre famille qu’il a laissée en ruines… Après tant de souffrances, y a-t-il place pour le pardon ? Ensuite il y a un passage WTF ! [masquer]ATTENTION SPOILERS On veut faire du suspens et du foreshadowing en montrant qu’en fait Hawks était de mèche avec Crématorium, et qu’il serait une taupe des méchants au sein des gentils. Sauf qu’on montre juste après qu’il joue les agents infiltré donc qu’il serait une taupe des gentils au seins des méchants. C’est un classique du polar asiatique, sauf que balancer un contre-twist aussi peu de temps après un twist ça annule l’effet de l’un et de l’autre donc c’est n’importe quoi ! Je mémoire il y avait un truc du même genre dans "One Piece" du même éditeur, mais cela s’étalait sur 10 tomes et non 10 pages… FIN SPOILERS[/masquer] Une fois que le mangaka a atteint son quota d’épique pour le mois, il peut continuer à gratter des pages en retournant aux exercices et aux entraînement. Alors c’est toujours aussi bien, et c’est cool de faire revenir sur le devant de la scène les personnage de Hitoshi Shinso de Seconde C transféré en filière super-héroïque pour les besoin de la cause. Le gars a clairement un super-pouvoir de méchant, et il aurait parfaitement eu sa place entre deux méchants de chez DC / Marvel Comics, mais au fond de lui il a toujours voulu défendre la cause de la justice… Par contre je n’ai pas compris pourquoi on avait transformé Ibara Shiozaki en bigote qui débite constamment des sermons religieux ! Izuzu Midoriya est un héros campbellien, autrement dit après Luke Skywalker un avatar du Héros aux mille et un visagse. C’est donc normal qu’on ait une phase apprentissage (l’école), une phase formation (les stages en entreprise), la perte du mentor (All Migh, Sir Nighteye), et la confrontation avec le dure réalité du monde (à savoir son émule du Côté Obscur), mais on a dépassé les 20 tomes donc les chapitres de remplissage ça suffit ! Il ne faudrait par que les marketeux du Weekly Shonen Jump transforme la série en shonen mainstream à rallonge, autrement dit en poule aux œufs d’or qu’on finit forcément par tuer à force de l’exploiter, où on peut zapper 1 tome sur 2 voire 1 arc sur 2 tellement on la fait durer artificiellement au lieu de se contenter de raconter une bonne histoire… J’ai l’air blasé en écrivant cela, et effectivement la passion n’est plus là !