Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

My hero academia

Volume 18, Un avenir radieux
de Kohei Horikoshi , date de sortie le 04 avril 2019
Épisode 18

Alors que lemillion, à bout de forces et privé de son alter, s'écroule, Izuku s'engage dans une lutte désespérée contre un Overhaul plus puissant que jamais ! Mais avec Erased... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le jeudi 27 février 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Épisode 18

Alors que lemillion, à bout de forces et privé de son alter, s'écroule, Izuku s'engage dans une lutte désespérée contre un Overhaul plus puissant que jamais ! Mais avec Erased Head et Sir Night Eye hors de combat, ses chances de l'emporter sont plus que minces...

Heureusement, au moment où tout semble perdu, le pouvoir d'Eri se déclenche ! Grâce à son aide, Le jeune apprenti héros peut enfin utiliser le One for All à 100 %... Arrivera-t-il à changer le cours du destin ?

Caractéristiques

Titre My hero academia - Volume 18, Un avenir radieux
Traducteur David Le Quéré
Collection Shonen
Editeur Ki-oon
Date de parution 04 avril 2019
Nombre de pages 152 pages
Dimensions 18,00 cm x 12,00 cm
Poids 177 g
Support Broché sous jaquette
ISBN / EAN 979-10-327-0402-8 - 9791032704028

4/5

Syl1984

Le 07/09/2019

Ici on assiste à la fin de l'arc sur les huit préceptes avec une bataille épique puis à un épisode plus humoristique autour des recalés de l'examen, obligés de mater une bande de sales gosses. Cette alternance entre épisodes intenses et plus légers sert très bien la série que je trouve toujours aussi agréable à lire.

Rickola

Le 08/06/2019

Autant le dire tout de suite, j’ai été étonné de voir que l’affrontement tant attendu a finalement tourné court. Izuku étant beaucoup trop puissant pour son adversaire, il le met rapidement au tapis. J’aurai pu être déçu sur ce point si l’auteur n’avait pas compensé ceci par un développement émotionnel de la situation et des conséquences de cet arc de toute beauté. Je vais éviter de spoiler, mais il y a ici de réelles conséquences à ce qui s’est passé et ça fait du bien ! Car un des reproches que je ferai à la série jusque là, est le fait que les gentils s’en sortent toujours bien, avec de menues blessures au maximum. Là, cet événement laissera de vraies traces, et c’est la façon d’aborder ces conséquences qui est importante. Mirio nous montre son caractère décidément très fort sur ce point en restant positif et en se disant que la perte de son alter n’est pas la fin de tout. Il s’affirme encore une fois comme un très beau personnage. Mais une fois cet arc terminé, on peut de nouveau passer à quelque chose que j’aime beaucoup dans cette série, à savoir le quotidien. L’occasion ici de voir les personnages qui avaient été mis de côté depuis quelques tomes, en particulier Shoto et Katsuki qui doivent suivre des cours particuliers afin de repasser l’examen de permis provisoire auquel ils ont échoué la fois précédente. Ils ne sont d’ailleurs pas seuls dans cette galère car Inasa et Kemi du lycée Shishikura sont également contraints d’effectuer des cours de rattrapage. Ceci est l’occasion de les voir affronter une épreuve aussi compliquée qu’amusante, qui sera également l’occasion pour eux de comprendre davantage ce qu’être un héros signifie. C’est d’autant plus intéressant que Endeavor et All Might assistent à cette épreuve, et en profitent pour avoir tous les deux une conversation. Cette dernière sera l’occasion de constater une évolution bienvenue dans le caractère du nouveau numéro 1 des super héros. Impossible de dire à ce stade le rôle qu’il va avoir par la suite, mais j’ai l’impression que Endeavor risque d’être mis davantage en avant, ce qui est à mes yeux une très bonne chose tant le personnage a un potentiel très intéressant. En dehors de ça, on peut déjà commencer à ressentir les répercussions de ce qui s’est passé avec Overhaul. D’un côté, l’alliance des super-vilains revient rapidement dans la partie, d’autant plus que l’on découvre un nouveau méchant qui semble doté d’une puissance impressionnante pour le peu qu’on le voit. Mais surtout, on remarque chez les élèves de Yuei ayant participé à l’assaut contre Overhaul une évolution, à la fois dans la façon dont ils sont perçus par les autres mais aussi du point de vue de ce qu’ils pensent au fond d’eux. Sur ce point, de très menus détails concernant Izuku, Eijiro et Ochaco en disent vraiment beaucoup en très peu de mots, c’est vraiment encore une fois un travail très intelligent et subtil de la part d’Horikoshi. Intelligent et subtil, ce sont d’ailleurs certainement les deux mots qui caractérisent ce nouveau tome pour moi. On a quitté le côté épique de l’arc précédent pour revenir à quelque chose de plus léger, mais la façon dont l’auteur arrive à mêler l’humour, le développement émotionnel des personnages sans oublier de relancer son intrigue force une fois de plus le respect. On sent comme toujours dans cette série qu’il a toujours de la suite dans les idées et sait où il va, et ça fait vraiment un bien fou. En résumé, c’est encore et toujours un sans faute pour My Hero Academia avec ce nouveau tome qui confirme une fois de plus le talent de son auteur pour mettre en scène des situations épiques, drôles ou touchantes, en ne sacrifiant jamais son intrigue ou le développement de ses personnages. J’aime le soucis du détail constant qu’il a, et comment en très peu d’images et de mots, il arrive à faire passer beaucoup d’idées et d’émotions. Définitivement MON shonen actuel !

Tachan

Le 17/04/2019

Voilà un tome comme j'aime en lire dans cette série. Kohei Horikoshi est un mangaka qui n'épargne pas ses lecteurs et ça fait vraiment plaisir. Le tome s'ouvre sur la suite de l'affrontement épique entre Deku et Overhaul. C'est dantesque à regarder. Les coups pleuvent et on sent toute la puissance qui s'en dégage. Deku utilise à fond ses pouvoirs et ceux d'Eri, ce qui fait craindre le pire. Le lecteur se sent du coup vraiment impliqué dans ce combat et tremble avec eux, tandis qu'on découvre aussi un pan du passé d'Overhaul et ses motivations, ce qui en fond un personnage attachant tout de même. En parallèle, on n'oublie pas ceux restés à terre et on comprend vite que certains ne seront pas épargnés. C'est ce qui fait la force de ce titre aussi, on nous montre que tout combat a des conséquences. Alors certes, les victimes sont rarement les personnages principaux, mais ce sont quand même des personnages importants et ça marque. Ici, c'est l'occasion pour l'ancienne génération de passer le relai à la nouvelle. Ce passage de relai, nous le retrouvons dans la seconde partie plus légère du tome. Comme souvent, le mangaka apporte une histoire un peu plus légère, brève et anecdotique après qu'un drame se soit produit. Cette fois, c'est la suite de l'entraînement forcé de Shoto et Katsuki pour obtenir leur permis. Pour autant, on ne s'y ennuie pas. On retrouve même une certaine dose d'humour qui fait du bien et on s'amuse de voir Endeavor vouloir jouer les bons pères pour se racheter auprès de son fils. Cependant, on n'oublie pas ce qu'il vient de se passer et ici aussi, il est question de la nouvelle génération et de l'évolution de leurs pouvoirs. On sent donc que l'auteur prépare bien son prochain arc, et l'Alliance des super-vilains étant toujours en pleine forme, on peut craindre le pire. J'en tremble d'impatience.

Alfaric

Le 07/04/2019

Ce tome 18 signe la fin de l'Arc des Huit Préceptes et on retrouve une fois de plus le défaut important et récurrent de la série… - D'un côté l'aspect super-héroïque est très réussi car il respecte tous les codes du shonen nekketsu avec des bastons épiques [masquer](Izuku vs Overhaul)[/masquer], des sacrifices héroïques [masquer](Lemillon)[/masquer], et des morts tragiques [masquer](Sir Night Eye)[/masquer], le tout sur fond de droit de quota de flashbacks bien dosé… - D'un autre côté l'aspect school life est de moins en moins réussi et même de plus en plus gonflant… Ici les recalés l'examen du permis d'utiliser son alter comme super-héros professionnel doivent aider une institutrice en échec à remettre dans le droit chemin un groupe de petits cons prétentieux et de petites connes capricieuses allergiques aux notions d'effort, de contrainte et de vie en collectivité, en plus persuadés que les adultes ne sont que des teubés car ils se considèrent comme l'aboutissement de l'évolution de l'humanité… Déjà confier des enfants asociaux à des adolescents mal dans leur peau bonjour le boulot, mais quand en plus la solution trouvée est d'apprendre en s'amusant en trouvant des activités ludiques qui transforment l'école en parc d'attraction permanent je me pose des questions (d'autant plus qu'on enchaîne avec le caractère malsain de l'élitisme japonais, puisqu'on oblige à nos apprentis super-héros en classe de seconde à maîtriser des intégrales définies qui sont des opérations auxquelles ils ne comprennent rien puisque bien au-dessus de leur niveau et de leurs capacités) Et je passe sous silence le fanservice fait autour de Kemi Utsushimi : attention on commence comme cela, et on finit dans le porno soft de "Fairy Tail" ! Reste donc pour rattraper le coup le foreshadowing avec l'Alliance des super vilains qui récupère les travaux des Huit Préceptes sur la suppression et la récupération des super-pouvoirs, Gigantomachia l'autre héritier d'All For One, ou le comportement de plus en plus étrange de Yuga Aoyama...