Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

My hero academia

Volume 14, Overhaul
de Kohei Horikoshi , date de sortie le 05 juillet 2018
Son permis provisoire de super-héros en poche, Izuku est sur un petit nuage... Mais Katsuki, qui n'pas été reçu à l'examen, entend bien mettre les choses au clair, car il a découvert la vérité sur... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le mercredi 23 septembre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Son permis provisoire de super-héros en poche, Izuku est sur un petit nuage... Mais Katsuki, qui n'pas été reçu à l'examen, entend bien mettre les choses au clair, car il a découvert la vérité sur l'alter de son rival. Et le voilà qui se met en tête de l'affronter !

Pour les seconde A, les vacances arrivent à leur terme : un second semestre tout aussi mouvementé commence, et de nombreuses surprises attendent encore nos apprentis héros...

Caractéristiques

Titre My hero academia - Volume 14, Overhaul
Traducteur David Le Quéré
Collection Shonen
Editeur Ki-oon
Date de parution 05 juillet 2018
Dimensions 18,00 cm x 12,00 cm
Poids 195 g
Support Broché
ISBN / EAN 979-10-327-0272-7 - 9791032702727

3,8/5

Syl1984

Le 22/03/2019

Ça continue sur une lancée un peu pépère. Après le combat "fratricide" plus que classique, on enchaîne avec une énième épreuve, une énième recherche de mentor et une énième occasion de prouver sa valeur. Je ne peux pas dire que je passe un mauvais moment mais très honnêtement je suis juste passé en mode consommation (à l'instar d un énième Naruto voire pire Boruto)

Tachan

Le 08/09/2018

Le mangaka nous avait laissé en plein affrontement de Katsuki et Deku, j’avais peur que celui-ci soit un peu poussif mais finalement ce ne fut pas le cas. J’ai bien aimé leurs échanges qui permettent de mettre en lumière les qualités de chacun et surtout de montrer un Katsuki qui n’est pas juste une machine à exploser tout et n’importe qui. Maintenant, Deku a un vrai rival avec qui il peut « échanger » et « dialoguer », si je peux dire, pour progresser. La suite du titre est toujours aussi classique, on repart sur le même schéma que dans les phases précédentes avec une nouvelle étape dans la formation des super-héros. Cette fois, il est question de l’apprentissage héroïque, c’est-à-dire de devenir apprenti dans une firme de super-héros. C’est l’occasion d’introduire de nouveaux personnages : les 3 meilleurs élèves de Yuei et l’ancien partenaire d’All Might. Les premiers ne paient vraiment pas de mine et ne m’ont pas convaincue pour le moment, même si l’un d’eux serait un ancien candidat à l’héritage d’All Might. En fait, je suis plus intéressée, comme toujours, par ce qu’il se passe du côté des méchants, avec le chef d’un gang de yakuza qui essaie de prendre le leadership sur Tenko et de récupérer sa bande à l’aide d’un alter assez impressionnant. J’espère revoir prochainement cette guerre des clans. Mais dans l’ensemble, le tome est encore une transition, il se laisse lire mais il n’y a rien de transcendant non plus.

Tachan

Le 21/08/2018

Le mangaka nous avait laissé en plein affrontement de Katsuki et Deku, j'avais peur que celui-ci soit un peu poussif mais finalement ce ne fut pas le cas. J'ai bien aimé leurs échanges qui permettent de mettre en lumière les qualités de chacun et surtout de montrer un Katsuki qui n'est pas juste une machine à exploser tout et n'importe qui. Maintenant, Deku a un vrai rival avec qui il peut "échanger" et "dialoguer", si je peux dire, pour progresser. La suite du titre est toujours aussi classique, on repart sur le même schéma que dans les phases précédentes avec une nouvelle étape dans la formation des super-héros. Cette fois, il est question de l'apprentissage héroïque, c'est-à-dire de devenir apprenti dans une firme de super-héros. C'est l'occasion d'introduire de nouveaux personnages : les 3 meilleurs élèves de Yuei et l'ancien partenaire d'All Might. Les premiers ne paient vraiment pas de mine et ne m'ont pas convaincue pour le moment, même si l'un d'eux serait un ancien candidat à l'héritage d'All Might. En fait, je suis plus intéressée, comme toujours, par ce qu'il se passe du côté des méchants, avec le chef d'un gang de yakuza qui essaie de prendre le leadership sur Tenko et de récupérer sa bande à l'aide d'un alter assez impressionnant. J'espère revoir prochainement cette guerre des clans. Mais dans l'ensemble, le tome est encore une transition, il se laisse lire mais il n'y a rien de transcendant non plus.

Alfaric

Le 18/07/2018

Ce tome 14 intitulé "Overhaul" commence par un explication musclée entre Izuku Midoriya et Katsuki Bakugo. On est pour la énième fois dans la confrontation entre rivaux, et si ce n'est pas trop mal fait force est de constater que c'est entièrement formaté car commandé / commandité par le Weekly Shonen Jump qui essaie désespérément de trouver son nouveau "Naruto" à défaut de retrouver son nouveau "Dragon Ball"... On enchaîne avec la confrontation entre les élèves de Seconde avec les Big 3, les meilleurs élèves de Yuei... Je n'ai pas compris l'intérêt de présenter Tamaki Amajiki, Nejire Hadao et Mirio Togata pour mettre en scène uniquement ce dernier et son pouvoir d'intangibilité (remember Kitty Pryde des X-Men ^^), avec pour ne rien gâcher un charadesign simple simpliste digne de la mascotte de la franchise vidéoludique "Fallout"... Pour le reste on suit en parallèle les confrontations entre Overhaul le yakuza traditionaliste et le super-vilain Tomura Shigaraki à la fois nerd, sociopathe et psychopathe, et entre Izuku Midoruya et son potentiel nouveau maître de stage Night Eye, mentor de Mirio Togata et ancien coéquipier d'All Might (on t'as reconnu ex-Robin déguisé en Sherlock Holmes ^^)... Mettre en scène un super-héros doté du super-pouvoir de prescience cela a toujours été casse-gueule, alors quand Izuku est bousculé par Eri sœur / fille d'Overhaul on se dit que tout est possible ! Plus qu'un tome de transition on n'est pas loin du tome OSEF, et le mangaka Kohei Horikoshi envoie plusieurs signaux assez pour ne pas dire très négatifs : on se laisse guider par les sondages de popularité qui ont déjà pourri moult shonens (genre "Naruto" où le héros est devenu à cause d'eux le personnage secondaire de sa propre série), on se laisse guider par les dead lines du métier et du coup moult choix de charadesign ne sont guidés que par la recherche de la simplicité donc de la rapidité... Après on fait encore la part belle aux pires tares de la société japonaise, à savoir l'esprit samouraï mis au service de la compétitivité à outrance : punis Izuku Midoriya et Katsuki Bakugo sont condamnés à quelques jours de Travaux d'Intérêts Généraux, et l'un comme l'autre enragent de louper quelques heures de cours et décident de compenser cela par moult heures supplémentaires... Dans l'éducation comme dans d'autres domaines, quantité n'est pas synonyme de qualité !!! D'une autre manière je met en doute la traduction de David Le Quéré, car Hound Dog est qualifié de CPE alors qu'à ma connaissance les Conseillers Principaux d’Éducation n'existent pas dans le système éducatif japonais, car la présence de deux professeurs principaux par classe est justement censé compenser leur inexistence...