Prêt à feuilleter

Magus of the library

Volume 1
de Mitsu Izumi , date de sortie le 07 mars 2019
Protéger les livres, c'est protéger le monde !

« Le livre. Une source de savoir, une accumulation de signes chargés de sens, un précieux héritage qui relie passé et futur. C'est un mage qu... Lire la suite

En stock en ligne

 RETRAIT GRATUIT
en magasin E.Leclerc

Livraison gratuite à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Protéger les livres, c'est protéger le monde !

« Le livre. Une source de savoir, une accumulation de signes chargés de sens, un précieux héritage qui relie passé et futur. C'est un mage qui me l'a dit un jour : protéger les livres, c'est tout simplement... protéger le monde ! »

Pour le jeune Shio, qui passe son temps libre plongé dans les romans, les récits extraordinaires sont un refuge face à la brutalité du quotidien. Son rêve est de partir pour la capitale des livres, où sont rassemblées toutes les connaissances du monde. Un projet utopique pour un gamin sans ressources... jusqu'au jour où des envoyées de la fameuse bibliothèque centrale débarquent dans son village ! Le miracle qu'il appelle de ses voeux depuis si longtemps est-il sur le point de se réaliser ?

Magus of the library est une ode à la lecture et un formidable appel à l'aventure. Au carrefour des Mille et Une Nuits, des récits de pirates et de l'heroic fantasy, c'est un terrain de jeu rêvé pour l'enfant qui sommeille en nous !

Caractéristiques

Titre Magus of the library - Volume 1
Auteur Mitsu Izumi
Traducteur Géraldine Oudin
Collection Kizuna
Editeur Ki-oon
Date de parution 07 mars 2019
Nombre de pages 220 pages
Dimensions 18,00 cm x 14,00 cm
Poids 252 g
Support Broché sous jaquette
ISBN / EAN 979-10-327-0467-7 - 9791032704677

4,6/5

DreamBookeuse

Le 05/04/2019

Shio adore lire. C’est à travers la lecture et les pages de ses romans préférés qu’il peut espérer s’évader de sa pauvreté. Il n’a qu’un seul rêve : qu’un jour un héros lui propose une formidable aventure qui l’éloignera de ce village où tous le déteste et où on lui refuse le droit d’accès à la bibliothèque. Lorsque trois envoyées de la Grande Bibliothèque centrale d’Afshak débarquent dans son village, Shio y voit là un signe du destin. Mon avis Magus of the library est une formidable ode à la lecture et à ceux qui la promeuvent. Notamment les bibliothécaires. Si une bibliothèque doit se doter d’un manga c’est bien de celui-ci qui aborde l’air de rien les principes de la lecture publique et de la restauration. Le livre est placé au centre de l’intrigue donnant à tout cela un petit côté fanatique envers cet ouvrage qui nous faire voir tant de merveilles. Et j’avoue, je fangirlais complètement ^^ Shio est particulièrement attiré par les aventures d’un célèbre pirate et d’un jeune garçon qui le rejoint pour vivre de formidable aventures. Lui qui a toujours été pauvre et rejeté par ses pairs, la lecture est un moyen d’évasion incroyable, qui lui confère le pouvoir d’imaginer des mondes entiers, de changer le décor de son existence et de voyager par procuration. Lui qui a les oreilles pointues est martyrisé par la population locale qui ne voit en lui qu’un monstre, le descendant d’une espèce avec laquelle les hommes ont été en conflit. Pourtant Shio est un être merveilleux, désireux de faire ses preuves et il y a une véritable frustration à le voir se faire bousculer par d’autres enfants. Ce qui rappelle d’ailleurs que la haine naît dès l’enfance. Avec l’arrivée des trois envoyées de la bibliothèque centrale, Shio a un aperçu d’un ailleurs qu’il a toujours fantasmé. D’autant plus que l’une d’entre elle est particulièrement enthousiaste et le protège à de nombreuses reprises des autres…ou de lui même. Ses envolées lyriques et ses discours digne de Independance day en font une personnalité forte pour laquelle Shio va éprouver énormément d’admiration. D’autant plus qu’elle est l’une des premières personnes à lui prêter volontairement un livre. Pas besoin de se cacher au nez et à la barbe du bibliothécaire local pour s’immerger dans un monde nouveau. Si les personnages sont un peu trop manichéens à mon goût, ce qui peut s’expliquer par le point de vue encore enfantin de Shio, l’univers semble extrêmement prometteur avec des paysages splendides, des pouvoirs magiques et des contrées lointaines à explorer. Le coup de crayon d’Izumi Mitsu est vraiment exceptionnel avec des détails infimes qui rendent l’ensemble du dessin très réaliste. On a envie d’y être. Et tout comme les romans arrivent à happer le jeune héros dans un monde hors du commun, les dessins du mangaka nous font plonger tête la première dans un univers très riche. La fin s’ouvre sur un futur plein d’aventures où peut-être, enfin, Shio sera le héros de sa propre histoire. En résumé Avec des airs des Contes de Mille et Une Nuits par moment, Magus of the Library a su toucher mon âme d’enfant et de lectrice. La fin ouverte du premier tome donne envie de se replonger tout de suite dans le suivant pour en apprendre plus sur l’univers et les créatures qui le peuplent…et peut-être aussi sur Shio lui-même et la Grande Bibliothèque. Partons à l’aventure !

gwendal

Le 30/03/2019

"Protéger les livres, c'est tout simplement… protéger le monde !” Voilà qui pour les amoureux des livres que nous sommes parle bien évidement. Nous suivons Shio un enfant différent des autres, à la fois par le physique, la sensibilité et l'amour immodéré des livres, lors de sa rencontre avec les Kahunas, employées de la Bibliothèque Centrale d'Afshak. Cette bibliothèque est chargée de récolter, de protéger tout les écrits de par le monde et de donner l'accès au plus grand nombre à leur contenu, pour les plus rares dans la Bibliothèque Centrale pour les autres aussi dans un réseau de petites bibliothèques. Le gros points positif de ce titre ce sont les dessins, incroyables de finesse, de précision et souvent vecteurs d'émotion. Du côté de l'histoire, c'est un joli tome d'introduction qui détaille bien le cadre dans lequel va se dérouler le manga, les futurs enjeux. le postulat utopique de la Bibliothèque centrale et son universalisme de la lecture m'a parlé direct au coeur. Amateurs de livres, rêveurs de tout bords, aventuriers en herbe ou déjà à longue barbe blanche, ce manga est pour vous.

Tachan

Le 19/03/2019

En amatrice d'univers magique et de l'objet livre, dès l'annonce de sa sortie, ce nouveau seinen de la collection "Kizuna" de Ki-Oon m'a fait de l'oeil. L'univers semblait fait pour moi. Je me suis donc jetée dessus à sa sortie et j'en ressors enchantée ! Ce n'est pas une lecture qui va révolutionner le genre, le titre surfe sur la vague de ces titres beaux et doux, se passant dans un univers fantastique, que Ki-Oon et d'autres se sont fait plaisir à sortir ses dernières années. Il n'y a rien de révolutionnaire en soit mais c'est tout est très bien fait, des dessins, en passant par l'univers et les personnages ainsi que la mise en place de l'histoire. Ce premier tome est une grosse mise en bouche permettant de découvrir l'univers dans lequel vit un héros singulier "oreilles pointues", un amoureux des livres, mais un être différent de ceux autour de qui il vit et qui va vite se retrouver ostracisé. L'autrice joue sur notre corde sensible pour ainsi nous faire découvrir à travers ses yeux ce monde où la différence est mal acceptée et où les livres ont une grande importance. Elle nous peint ainsi non un univers enchanteresque, même s'il est propice à la rêverie pour nous lecteur, mais un univers plus complexe où l'on sent poindre des rivalités et des tensions aussi bien politiques que sociétales. Et même si ce premier tome n'est qu'une amorce, il met déjà l'eau à la bouche. En effet, ce tome 1 n'est qu'un long prologue, nous permettant de découvrir dans un premier temps le héros puis l'univers qui l'entoure et en particulier celui des Mages de la grande librairie d'Afshak. C'est un beau voyage et une belle aventure qui nous est promis au sein du monde de la magie et des livres. L'autrice pour cela mélange dans son récit des ambiances tirées à la fois des Milles et une nuits et de l'héroïc-fantasy plus classique, ce qui donne une teinte toute particulière à son histoire qui m'a vite séduite. J'ai beaucoup aimé tous les mystères entourant la caste des Mages de la librairie : les Kahuna. On sent déjà un système riche et original s'appuyant sur une magie pratique jouant sur les éléments et la nature. C'est graphiquement très séduisant quand on la voit se déployer, et on ne demande qu'à en voir plus. Dans ce début, on suit l'enfance du héros, une enfance tout sauf facile mais qui va se retrouver bouleversée par l'arrivée de 3 Kahuna dans son village. C'est le début d'une nouvelle aventure pour lui et pour nous, mais celle-ci ne débutera vraiment à proprement parler que dans le prochain tome, ici ce n'était qu'une première rencontre, permettant au lecteur de s'immerger dans les arcanes de la saga. Les personnages ont été définis rapidement mais très efficacement par l'autrice, chacun ayant un trait de caractère bien déterminé qui le rendra facilement attachant et reconnaissable dans le rôle qu'il va jouer. J'ai beaucoup aimé le bestiaire aussi qui les entoure, aussi bien du côté des Kahuna que du côté du héros, ils rajoutent une part de dépaysement et de mystère. L'histoire, elle, est très fluide et se lit rapidement malgré, parfois, certaines pages un peu trop chargées. Elle invite au voyage et surtout à l'amour des livres, du savoir, de l'aventure, du dépaysement et de l'amitié, ce qui donne une très jolie ambiance au titre. Dernier petit point, les dessins : ils sont doux, fins et fourmillent de détails. Les personnages sont très expressifs. Les décors sont riches et j'ai beaucoup aimé le soin portés aux bêtes et aux costumes. Ça m'a rappelé, un ton en-dessous bien sûr, ce que peut faire Kaoru Mori (Bride Stories, Emma). C'est vraiment très beau, il suffit de regarder toute la couverture pour s'en convaincre et les scènes d'action sont assez immersives en prime. Vous l'aurez compris, ce premier tome de Magus of the Library m'a vraiment séduite. Je ne veux pas vous en révéler trop pour que vous gardiez la surprise mais l'univers est très doux, poétique et enchanteur, même s'il a aussi des petites pointes de noirceurs. J'ai aimé l'ambiance proche des 1001 nuits et de la Fantasy. Il me tarde juste de voir enfin démarrer pour de vrai les aventures de notre héros.

Rickola

Le 12/03/2019

Pour ses 15 an, Ki-oon nous gâte depuis le début de l’année et c’est encore le cas avec cette nouvelle série qui a débarqué en début de mois en France, que l’on doit à Mitsu Izumi, qui compte seulement deux tomes au Japon pour le moment. Un choix intéressant pour l’anniversaire de l’éditeur puisque ce nouveau manga célèbre comme il se doit le livre ainsi que l’imaginaire au sens large comme nous allons le voir ensemble. “Le livre. Une source de savoir, une accumulation de signes chargés de sens, un précieux héritage qui relie passé et futur. C’est un mage qui me l’a dit un jour : protéger les livres, c’est tout simplement… protéger le monde !” Pour le jeune Shio, qui passe son temps libre plongé dans les romans, les récits extraordinaires sont un refuge face à la brutalité du quotidien. Son rêve est de partir pour la capitale des livres, où sont rassemblées toutes les connaissances du monde. Un projet utopique pour un gamin sans ressources… jusqu’au jour où des envoyées de la fameuse bibliothèque centrale débarquent dans son village ! Le miracle qu’il appelle de ses vœux depuis si longtemps est-il sur le point de se réaliser ? Ce résumé met bien l’accent sur le fait que les livres sont un moyen d’évasion, mais il élude cependant le cœur de ce premier tome qui est les bibliothèques, leur utilité et leur fonctionnement ! Et il s’avère que je suis moi-même bibliothécaire et de ce fait, je me permet de penser que je peux apporter un avis intéressant sur la façon dont le manga traite ce sujet. De ce fait, je vais passer rapidement sur le développement de l’intrigue, l’esthétique et l’écriture globale pour me focaliser sur cet élément qui a particulièrement retenu mon attention. Mais que l’on soit clair d’emblée, j’ai absolument adoré ce premier tome, l’auteure dessine magnifiquement, pose d’emblée une ambiance magnifique qui soutient une écriture de qualité présentant très bien son personnage principal de qualité et ses personnages secondaires (quasi-exclusivement féminins) absolument fascinants (normal, il s’agit de bibliothécaires !), sans parler de l’univers de l’oeuvre très séduisant. De plus, il y a un travail thématique qui dépasse le cadre du monde du livre tout en y étant connecté. On y aborde en effet le racisme et les préjugés de classe, avec le personnage du bibliothécaire qui refuse à Shio l’accès aux livres sous prétexte que les pauvres (et ceux d’une couleur différente) ne sont pas fiables et risquent de voler les documents ou les abîmer. Un travail global d’excellente qualité qui, s’il est développé de la même façon par la suite risque de nous donner une série brillante ! Mais pour en revenir sur la thématique des bibliothèques, on voit en effet clairement que cet élément est au cœur du récit et de cet univers, quand bien même on est dans la fantasy. Cela passe d’abord par le personnage de Shio, amoureux des livres qui doit redoubler de ruse pour réussir à en lire (sans jamais en voler cependant, en bon héros vertueux qu’il est). Son quotidien difficile prend cependant une nouvelle tournure lorsqu’arrivent au village les Kahunas, venues de la bibliothèque centrale pour visiter cette bibliothèque de campagne mais également chercher un volume mystérieux. L’ambiance magique se met ici en place mais je n’en dirai pas plus sur le but réel de leur visite. J’ai cependant beaucoup aimé le rapprochement opéré entre le monde magique et celui du livre, qui met bien en valeur la thématique de l’évasion par la fiction. Mais c’est surtout dans les riches explications sur le fonctionnement des bibliothèques que ce tome a retenu mon attention, puisqu’il s’agit de mon quotidien, et que tout est décrit ici sans fausse notes. Ne pensez pas cependant qu’il va s’agir d’un long exposé explicatif et indigeste, toutes les informations données s’imbriquent parfaitement avec le développement de l’intrigue et de l’univers et passent ainsi comme une lettre à la poste. De plus, l’auteur explique de façon simple mais malgré tout fidèle à la réalité le fonctionnement des choses : une bibliothèque centrale a pour but d’apporter un support humain, d’expérience et d’expertise (notamment via la formation) ainsi que matériel (avec du prêt de documents) aux bibliothèques du réseau dont elles ont la charge. Tout ceci est parfaitement retranscrit dans ce manga. De plus, il y a un passage vraiment très réussi et très drôle sur la réparation de livre qu’il faudrait faire voir à tous ! Car si un livre est abîmé, on ne le répare pas n’importe comment (et surtout pas avec le scotch du commerce qui ne fait que pulvériser encore plus l’ouvrage, pitié !). Il y a toute une technique et un matériel spécifique à utiliser en fonction des dégâts. Ce point est parfaitement retranscrit dans ce premier tome et il était impensable de passer cet élément si important du travail de bibliothécaire sous silence (tellement important que je ne pratique aucune réparation personnellement, étant trop peu doué de mes doigts et n’ayant jamais été formé à ça, mais il faudra s’y mettre un jour…). Enfin, au-delà du fonctionnement pur du monde des bibliothèques, ce manga porte un message fort sur l’importance de ces structures et leur rôle de démocratisation et d’accès à la culture pour TOUS. Ceci est fait naturellement via le rôle de Shio et le fait qu’on lui interdise l’accès à la bibliothèque du village. Les Kahunas expliquent ainsi en quoi il n’est pas pensable d’empêcher à quelqu’un de lire s’il le souhaite, quand bien même le risque de retour endommagé ou de vol de document existe et existera toujours (et ce quel que soit le public, je tiens à le signaler). Elles rappellent ainsi que les a priori n’ont pas leur place dans ce métier et que l’on doit rester au service du public avant tout. Ce point m’a évidemment beaucoup parlé et touché puisqu’il me rappelle pourquoi je fais mon métier et en quoi il est important. De plus, j’avoue que c’est plaisant de lire un livre présentant les bibliothécaires (toutes des femmes, mais c’est une réalité du métier, on est assez peu d’hommes au final) comme des personnages d’un grand charisme, presque des super héroïnes, dont la force et l’autorité ont l’air sans faille, et qui ont malgré tout une forte empathie et un grand cœur. Je me doute qu’on ne voit pas les bibliothécaires ainsi dans la réalité, mais j’aime quand même à croire que pour certains, on est un peu plus que des gens qui mettent des livres dans des rayons… En résumé, ce premier tome de Magus of the Library m’a totalement conquis. Par sa thématique qui ne pouvait que me parler compte tenu de mon métier, mais aussi par la façon dont le métier de bibliothécaire est décrit avec beaucoup d’authenticité (bien que l’on soit dans un récit de fantasy). Mais au-delà de ça, le tome est d’une grande richesse, parfaitement maîtrisé aussi bien dans son écriture que dans son esthétique, ce qui en fait une lecture qui peut s’adresser à tous. Sa lecture est cependant impérative selon moi pour tout bibliothécaire et l’ouvrage devrait trouver sa place dans les rayons de n’importe quelle structure (tout comme Le Maître des Livres) car il peut faire office de formidable outil de médiation pour parler de ce métier. Un premier tome brillant et prometteur pour la suite, qui peut trouver écho auprès de tous !

ju-s-tine

Le 28/02/2019

Petit nouveau à paraître bientôt, ce manga est à la fois une aventure et une ode aux livres, aux bibliothèques et à la lecture.