Prêt à feuilleter

Alchimia

Volume 1
de Samantha Bailly , date de sortie le 26 octobre 2016
Saë, une jeune alchimiste, sillonne le royaume d'Alchimia en bateau. Avec ses compagnons, elle utilise ses dons magiques pour collecter et protéger la mémoire de son peuple. Mais la guerre éclate avec... Lire la suite

Expédié sous 7 jours

 RETRAIT GRATUIT
en magasin E.Leclerc

Livraison gratuite à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Saë, une jeune alchimiste, sillonne le royaume d'Alchimia en bateau. Avec ses compagnons, elle utilise ses dons magiques pour collecter et protéger la mémoire de son peuple. Mais la guerre éclate avec Ifen, le royaume voisin qui refuse la pratique de cet art. En pleine tourmente, Saë est sauvée par Idan, un soldat ifenien... Alors que tout les oppose, le destin les pousse l'un vers l'autre...

Entre alchimiste et ifenien, retournez la jaquette pou choisir votre camp !

Caractéristiques

Titre Alchimia - Volume 1
Série Alchimia
Collection Pika shôjô
Editeur Pika
Date de parution 26 octobre 2016
Nombre de pages 200 pages
Dimensions 18,00 cm x 12,00 cm
Poids 178 g
ISBN / EAN 978-2-8116-2293-0 - 9782811622930

4,4/5

Under_The_Moon

Le 12/02/2019

Au royaume d'Alchimia, les alchimistes sont pourchassés par les Ifen. Les premiers pensent que grâce à leurs dons ils peuvent "améliorer" certaines facettes des êtres humains, tandis que les seconds pensent que c'est un sacrilège, qu'on ne peut et ne doit pas toucher à ce qu'a fait la Création. Bien entendu, puisqu'on est dans un shôjo, un trio amoureux va faire bouger ces lignes bien trop définies. Pour un shôjo, made in France qui plus est, j'ai été agréablement surprise ! Les codes du shôjo sont bien sûr respectés, mais l'aspect fantasy avec la création du monde imaginaire donne du relief à l'histoire qui pourrait devenir intéressante à suivre ! Les enjeux vont donc au-delà du "oops ! il est trop craquant mais je peux pas craquer c'est interdit!" De plus, les affrontements entre les personnages donnent lieu à des scènes très dynamiques, ce qui est assez inhabituel pour un shôjo - mais on prend !! Une bonne surprise à suivre !

revesansfrontiere

Le 28/05/2018

Un super bon manga ! Le résumé m'intriguait ainsi que la couverture depuis longtemps alors j'ai sauté sur l'occasion, ça faisait longtemps les mangas et moi et je n'ai pas été déçue avec Alchimia, les dessins sont magnifiques et j'adore tous les personnages que ce soit Saë ou Idan ou la famille de Saë. je trouve l'idée super originale de créer une histoire dans un monde au bord de la guerre, il y a Alchimia avec trois catégories d'alchimistes : les alchimistes des âmes, des mots et des pierres. Saë, notre héroîne (seulement âgée de 16 ans, elle en fait plus) est une alchimiste des mots. En Alchimia, les alchimistes sont très appréciés du peuple qui leur demande toute sortes de conseils ou d'aide. Par rapport à ta branche d'alchimie, tu effectues des tâches différentes auprès des habitants. J'ai aimé le concept que Saë et sa famille voyage dans un bateau, cela donne une touche plus exotique, la fibre du voyage au manga. Et il y a les ifeniens qui sont des soldats qui veulent exterminer la magie et tous les alchimistes. On s'en doute, un possible triangle amoureux va -t-il se créer avec Saë, Idan et Ethiel. Ce que je peux rajouter, c'est qu'Idan et Saë vont se protéger mutuellement alors qu'ils appartiennent aux deux camps qui vont se faire la guerre, comment vont-ils se débrouiller? je conseille donc fortement ce manga qui n'a qu'un seul tome pour le moment (le second sort en juillet 2018)

Yuixem

Le 28/01/2017

Je dois dire que j’ai passé un très agréable moment en Alchimia avec Saë et ses compagnons. Dans cet univers, l’alchimie est un art qui se dispense sous différentes formes. Il existe des alchimistes des mots, dont le travail est de transformer les souvenirs des habitants sous forme liquide pour les transmettre aux générations suivantes, et des alchimistes des âmes qui apaisent les coeurs et peuvent soulager les émotions. Au début de ce premier tome, trois alchimistes des mots – dont fait partie notre héroïne – et un alchimiste des âmes, le très séduisant Ethiel, voyagent gaiement à travers le royaume d’Alchimia sur leur petit bateau. Si l’ambiance parait au premier abord joyeuse, très vite celle-ci s’obscurcit pour devenir plus terrifiante. En effet, le royaume voisin, Ifen, déclare la guerre à Alchimia, car il souhaite voir toute forme de magie disparaître. Nos amis se retrouvent donc directement confrontés aux menaces ifeniennes qui cherchent à commettre un véritable génocide à leur encontre. Pourtant, alors que l’équipage tente de s’échapper d’une attaque surprise, Saë est miraculeusement sauvée par Idan, un soldat ifenien. Celui-ci ayant trahi sa patrie doit alors à son tour sauver sa peau. Malheureusement, il est touché et ne trouve d’autre endroit pour se réfugier que le navire des alchimistes. Saë s’occupera alors de le soigner, tout en le cachant de peur de la réaction de ses compagnons. Avec Alchimia, on se retrouve donc dans un shôjo manga d’aventure, genre que j’adore et que je trouve trop peu exploité chez les Japonais. Je me suis vraiment sentie dans la même ivresse que lorsque je lisais Fushigi Yugi ou Yona, Princesse de l’aube. J’ai bien aimé l’univers en général, bien que j’ai trouvé qu’il manquait d’explications plus détaillées au sujet des pouvoirs des alchimistes. J’espère en savoir davantage dans les tomes suivants, comme par exemple au sujet de l’utilité réelle de préserver les souvenirs des habitants. Toujours lié à ce côté magique de l’histoire, je n’ai pas trop compris pourquoi le royaume d’Ifen déteste à ce point les alchimistes. J’imagine bien que ce type de pouvoir pourrait servir de mauvaises intentions s’il était exercé par quelqu’un de mauvais, mais est-ce qu’une telle histoire a eu lieu ? Ce manque de détails représente pour moi l’unique mauvais point de ce premier volume : l’univers m’apparaît trop simpliste. Concernant les personnages, je les ai tous trouvés sympathiques. Saë, l’héroïne est adorable, gentille, avenante et toujours prête à aider son prochain. On remarque dès les premières pages qu’elle n’est pas insensible au charme de son compagnon de route Ethiel. Cependant, l’arrivée d’Idan remettra-t-elle en question ses sentiments ? On en a aucun doute ! On sent d’ailleurs qu’un triangle amoureux s’installera rapidement dans les prochains tomes. Nos deux beaux gosses sont totalement opposés l’un à l’autre. Ethiel est blond, doux, sensible et a été terriblement marqué dans son enfance par le massacre de son équipage par des Ifenniens. De son côté, Idan, aux cheveux noirs, se montre très mystérieux. On ignore encore beaucoup de choses sur lui, et notamment pourquoi il a sauvé Saë lors de l’attaque… Pour un simple coup de foudre ? :p Quoi qu’il en soit, chaque lectrice se sentira sûrement plus attirée vers l’un ou l’autre personnage. Personnellement, je suis dans la team Idan ;p Concernant les dessins, je les ai beaucoup appréciés, sans en être particulièrement fan non plus. Mais j’espère tout de même pouvoir davantage découvrir le travail de Miya dans le futur. De manière générale, j’ai trouvé Alchimia très sympathique à lire. Les personnages sont attachants, le triangle amoureux promet d’être passionnant et l’univers est intéressant. Pourtant, j’ai trouvé qu’il manquait en général de détails au sujet de l’art des alchimistes et des raisons qui ont poussé le royaume ennemi à se lancer en guerre. J’espère que par la suite l’histoire nous offrira plus d’informations sur le monde qui entoure nos protagonistes, sur leur passé et leurs véritables intentions. Il va sans dire que j’ai hâte de lire le deuxième tome !

Mikasabouquine

Le 21/01/2017

Un coup de coeur! Je ne suis pas très Shojo en général, j'ai plutôt tendance à lire des Shonen ou Seinen. Mais celui-ci, il me fait envie depuis sa sortie. J'ai toujours été attiré par les livres de Samantha Bailly. J'ai dans ma pal "Oraisons" et "Métamorphoses", j'adore la collection d'albums "Soleil flottant" de chez nobi nobi et il se trouve qu'elle est l'auteure de 2 de leurs titres. "Nos âmes jumelles" me faisait envie également, bref, une auteure que je suis depuis un bon moment et dont les ouvrages me font envie mais je n'ai jamais passé le cap de la lecture! (bizarrement...) C'est donc avec ce premier tome : "Alchimia" que je découvre son univers ainsi que les dessins de Miya (que je ne connaissais pas). Quelle très bonne surprise! Samantha et Miya se complètent à merveille! J'ai dévoré ce premier tome. Il y a de l'action, du fantastique, un bon scénario, de l'imagination, des personnages attachants, de l'humour et de l'amour (shojo oblige) peut-être un peu cliché ou déjà vu, certes je veux bien l'admettre... (trio amoureux) mais qu'importe! J'ai été complètement prise dans l'histoire! J'ai accroché dès le début, l'histoire est devenue très rapidement addictive pour moi. Avec tous ces bons ingrédients, que demande le peuple?! ("- Ben... le tome 2 ?! lol. Vite!"). En ce qui me concerne c'est une réussite. Vraiment très prenant! Mais qui choisir entre Ethiel et Idan? Grande question...! Samantha Bailly le dit elle-même "Miya sait quand même dessiner de sacrés beaux gosses". À ça je réponds : "Carrément!"(voilà que je craque sur des dessins maintenant...! On aura tout vu...!). Et les auteures ont poussées le vice! Elles nous ont fait une couverture réversible! D'un côté il y a Idan avec Saë et de l'autre c'est Ethiel qui est avec elle. Au lecteur de choisir sa préférence. Mais ce à quoi elles n'ont pas pensé c'est que ça ne sert à rien car c'est impossible de choisir! lol. Bon, mon coeur de midinette a craqué, ok. Mais pour le reste? Et bien comme je vous l'ai dis plus haut "Alchimia" est doté d'un vrai bon scénario associé à une belle imagination. J'ai adoré l'idée des alchimistes des mots et des âmes, j'ai trouvé cela très poétique. On ne s'ennuie pas une seule seconde, et en un seul tome cet univers m'a conquise. Saë a un petit côté "Sailor moon" je trouve avec sa marque sur le frond et dans sa gestuelle quand elle utilise ses pouvoirs (mais là je vais vraiment chercher loin loin dans mes souvenirs donc je peux me tromper, c'est peut-être une mauvaise impression... mais ce n'est pas pour me déplaire en tout cas). J'ai également beaucoup apprécié l'humour que ce soit celui des mots ou celui des dessins. Et les dessins... parlons-en! Cette Miya a du talent! J'ai été très sensible à son trait. C'est d'ailleurs la couverture dans un tout premier temps qui m'avait tapée dans l'oeil. Miya a su parfaitement retranscrire la poésie de l'oeuvre dans ses dessins. Ils sont très beaux et expressifs. Un beau binôme qui s'est bien trouvé. Samantha et Miya se complètent très bien! À la fin de ce premier tome nous avons droit à un mini manga qui les met en scène toutes les deux. On apprend l'histoire de leur rencontre jusqu'à leur travail ensemble sur "Alchimia". J'ai trouvé cela super, ça m'a touché et m'a fait pensé à quelqu'un... Sai' si tu passes par là... ;-). Par la même occasion j'ai appris que Samantha Bailly s'est beaucoup inspirée de leur histoire à toutes les deux pour écrire "Nos âmes jumelles" ce qui m'a donné encore plus envie de le lire. Bravo à elles deux pour cette mangalchimie! J'attends le tome 2 avec impatience!

LaChimere

Le 31/10/2016

J’avais quelques a priori en commençant Alchimia, et pour cause : c’est un shôjo, c’est-à-dire un manga avec une histoire d’amour au premier plan. Pire, un triangle amoureux ! Je déteste les triangles amoureux, les exceptions rencontrées dans mon parcours de lecture se comptent sur les doigts d’une main… Heureusement, Alchimia s’en est très bien sorti. Dès la première double-page (en couleurs et papier glacé, une beauté…) nous voilà transportés dans un univers exotique et rafraîchissant, les douces contrées d’Alchimia… Les caractéristiques de cet univers m’ont beaucoup rappelé Enfenia, le monde de Souvenirs perdus, autre roman de Samantha Bailly. Je ne parle pas là d’un quelconque manque d’originalité, sinon d’une signature véritable dans l’élaboration de ses background : les mondes qu’elle crée ont un je ne sais quoi qui me charme à tous les coups, une certaine fraîcheur, une liberté dans les influences… Je me permets de répéter ici ce que j’avais déjà dit dans ma chronique sur Souvenirs perdus : Samantha Bailly respecte les codes basiques du genre de la fantasy (peuplades en guerre, atmosphère fantastico-médiévale sur les bords…) mais elle parvient à donner à ses créations un petit goût unique, quelque chose qui s’affranchit du reste et s’en détache. Deux ans après ma lecture de Souvenirs perdus, je n’arrive toujours pas à l’identifier avec certitude, ce quelque chose « en plus », mais ce qui est sûr, c’est que ça marche toujours aussi bien avec moi. J’ai eu un petit coup de mou voici quelques mois en découvrant qu’Alchimia serait un shôjo et qu’un triangle amoureux y occuperait une place de choix ; vous savez, les histoires d’amour et moi, ça n’a jamais donné grand-chose, alors les triangles amoureux je ne vous raconte pas… Mais celui-ci ne m’a pas trop rebutée, au contraire : il s’esquisse à peine, c’est mignon. Quand les auteures en ont fait la promo, elles ont mis le paquet, opposition du garçon et des idéaux politiques, double-jaquette pour choisir son prétendant préféré, pour cela je craignais le pire ! Miya et Samantha ont su garder une mesure modeste pour ce premier tome, et amener ce futur conflit amoureux avec subtilité pour qu’il ne devienne pas redondant dès le début de l’histoire (je n’aime pas les shôjos mais j’en ai déjà lu, c’est un risque à prendre de faire un triangle amoureux qui éclipse l’intrigue, même en manga). Et histoire de jouer le jeu j’ai mentalement débattu après ma lecture pour déterminer quel garçon je préférais. Mon verdict est sans appel : je les aime tous les deux. Je change la jaquette du manga plusieurs fois par jour (je ne le ferai pas longtemps, ça l’abîmerait trop), et je pense que je ne serai pas la seule : il y a du niveau, autant par la beauté que par la profondeur des personnages ! Dur de trancher. Quand j’ai vu la couverture d’Alchimia pour la première fois, j’ai tout de suite été marquée par les couleurs : quelles jolies teintes ! Et j’insiste sur la double-page au tout début du manga, c’est magique, cette nuit étoilée avec l’Atelier au milieu du fleuve… Concernant le coup de crayon, il est d’une grande finesse. Une certaine tendance à mettre du rouge aux joues de Saë, qui devient un peu agaçante à force (ça doit être subjectif comme remarque, puisque cela traduit une gêne romantique), mais c’est minime comme élément ! J’ai surtout apprécié les détails dans les tenues des personnages, la diversité desdites tenues, et même si beaucoup de décors sont restés blancs, les fonds dessinés sont également minutieux et détaillés. Je n’accroche pas trop à la morphologie d’Idan et Ethiel, je leur trouve des visages très allongés et des mentons pointus (c’est peut-être voulu ceci dit), mais ça n’empêche pas que ce sont des beaux gosses, normal pour un shôjo. Les formes des cases sont fantaisistes, varient beaucoup d’une page à l’autre, sans pour autant devenir illisible : c’est très agréable à lire. Et enfin, quelques mots sur les dialogues : attachée à la qualité d’une plume même en manga, je suis souvent déçue par la pauvreté de certains échanges lors de mes précédentes lectures. Dans Alchimia, une bonne surprise encore une fois ! La justesse et la richesse sont au rendez-vous, j’ai très rarement grincé des dents comme ça m’arrive souvent en lisant des shôjos, quand je trouve qu’un dialogue sonne faux, qu’il est « surjoué ».