Prêt à feuilleter

Hell's paradise

Volume 1
de Yûji Kaku , date de sortie le 13 mars 2019
Gabimaru, puissant shinobi, est emprisonné en attendant son exécution. Mais son initiation au ninjutsu lui permet de résister à la torture et aucun bourreau ne parvient à le tuer. Sagiri lui rend visite... Lire la suite

En stock en ligne

 RETRAIT GRATUIT
en magasin E.Leclerc

Livraison gratuite à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Gabimaru, puissant shinobi, est emprisonné en attendant son exécution. Mais son initiation au ninjutsu lui permet de résister à la torture et aucun bourreau ne parvient à le tuer. Sagiri lui rend visite et lui propose un marché : il sera libéré à condition de se rendre sur l'île de Sukhavati et d'en rapporter l'élixir d'immortalité.

Caractéristiques

Titre Hell's paradise - Volume 1
Auteur Yûji Kaku
Traducteur Thibaud Desbief
Editeur Kazé Manga
Date de parution 13 mars 2019
Nombre de pages 192 pages
Dimensions 18,00 cm x 12,00 cm
Poids 142 g
Support Broché sous jaquette
ISBN / EAN 978-2-8203-3532-6 - 9782820335326

4,5/5

MassLunar

Le 03/04/2019

Hell's paradise... Alors, je vois que ce manga Kazé de ce ce début d'année 2019 reçoit déjà quelques critiques plutôt élogieuses dans l'ensemble... Pour ma part, je n'ai pas été convaincu par ce premier tome. Cet enfer paradisiaque ne pas m'a vraiment enchanté malgré une bonne ambiance graphique et une certaine étrangeté hors-catégorie. Tout d'abord, au niveau des points négatifs, je trouve que ce premier volet est parfois assez balourd dans sa manière de nous présenter ces personnages principaux ainsi que l'histoire. Plutôt que de se poser et de dévoiler leurs personnalités, leurs histoires au fur et à mesure, le mangaka Yuji Kaku préfère se concentrer sur un portrait très bavard de ces antihéros. à coups de de flash-backs hallucinés et de pas mal de répliques pathos qui alourdissent un peu le rythme. Le personnage principal est pas charismatique... Oui, j'avoue , j'ai beaucoup de mal avec le personnage de Gabimaru qui est une sorte de Kenshin le vagabond en plus "sanguin". Entre une attitude blasée , faussement comique, et des moments de colères, ce personnage inconstant est tout sauf attrayant. C'est une tête à claque, certes son passé est peut être sympa avec cette petite romance qui se mure en objectif, mais le côté tueur insensible qui, au final, n'est pas si insensible que ça ne m'a pas touché ..bref, je trouve cette idée d' assassin " repenti" est beaucoup mieux traité dans Kenshin le vagabond par exemple. Dans ce dernier manga, le héros avait un passé de tueur qui était dissimulé par son côté timide et benêt. Là, dans Hell's paradise, nous avons droit à une espèce de "néant " soporifique en proie à un mal être pénible. Bref, il faut bien reconnaître que nous sommes quand même loin d'un démentiel Gutz ou d'un revanchard Koinzell. A l'inverse, j'ai trouvé Sagiri l'exécutrice plus intéressante. Froide, calme, nous découvrons rapidement son tourment lié à son métier morbide. C'est de loin le personnage le plus intéressant de ce premier volume et certaines cases lui rendent honneur, soulignant une certaine beauté et une belle personnalité tourmentée émanant de ce protagoniste. Yuji Kaku fait preuve d'audace dans son scénario dans le sens où il nous plonge dans une véritable course contre la mort. L'ambiance est mortellement tendue et tout le monde peut y passer. Malheureusement, je n'ai pas non plus apprécié cette idée assez radicale car elle est tout simplement frustrante. On s'attend à des personnages riches en couleurs et puis plus rien ! [masquer] Par exemple, quand les dix condamnés arrivent sur l'île, tout s'enchaîne très vite et la moitié d'entre eux disparaissent, en deux pages alors qu'on avait eu droit à une petite mise en valeur sur ces mêmes condamés. Pour le coté survival, on repassera ! A moins que le mangaka ne décide à faire intervenir d'autres personnages[/masquer] Graphiquement, le manga est bon. Sans crier à l'excellence, le dessin est fin avec un design des protagonistes assez sympa, beaucoup de noirceur également qui ravira les amateurs. Une ambiance féodale sympathique un poil vide dans ses décors mais le gros plus d' Hell's Paradise provient justement de l'île de Sukhavati. Je trouve que l'auteur a fait fort. En toute logique, le tome 2 devrait étoffer cet endroit à la fois beau et menaçant qui nous est montré dès le début et dès la fin de ce premier tome comme un lieu résolument meurtrier. En somme, je ne partage pas l'engouement de beaucoup envers ce titre. Il a de bonnes qualités : il est radical dans son écriture, bien qu'un peu balourd, graphiquement, c'est du bon travail, et cette fameuse île maudite a de quoi intriguer. Malheureusement, Hell's paradise pêche par son héros pas forcément mémorable et une écriture soit expéditive, soit lourdingue. Toutefois, gageons que la suite de ce premier tome nous plongera dans une trame tordue qui pourrait bien s'avérer fascinante et sortir ce titres hors des sentiers battues. Affaire à suivre (ou pas ) !

Lesvoyagesdely

Le 23/03/2019

Hell’s Paradise est le nouveau shonen proposé par l’éditeur Kazé qui a fait une grande opération de communication autour. Sans tergiverser plus longtemps, ce premier tome est très prometteur, mais le titre restera réserver à un public mûr et averti, car certaines scènes peuvent être difficiles et cruelles. Il y a une certaine dualité surtout avec Gabimaru et Sagiri, qui sont très attachants. A la base, elle sera chargée de le surveiller, mais ne pourraient-ils par être partenaires ? Tous les deux sont des tueurs nés, c’est leur famille qui en a décidé ainsi. Gabimaru est né dans un clan de ninja, Sagiri est née dans un clan d’exécuteur. Si jamais vous avez déjà suivi l’excellent manga Innocent, vous avez une certaine connaissance des bourreaux, exécuteur, sinon ce sera l’occasion d’y réfléchir. Toute la famille de Sagiri est dans l’exécution, il n’y a pas d’autres choix, mais elle n’a pas choisi de rester dans les médicaments, mais dans l’exécution. Son but ultime est de trancher les têtes nettement en une fois, comme cela au moins la personne exécutée ne souffrira pas. Autant dire que par moment, les autres hommes du clan lui mènent la vie dure, et que ses souvenirs d’enfance ne sont pas très joyeux vu son traitement par ses camarades. Gabimaru lui n’a aucun droit de quitter son clan. Cela ne se fait pas, vivant en tout cas. Quand le lecteur rencontre Gabimaru, il va être soumis à toutes sortes d’exécutions différentes : écartèlement, par le feu, etc. Son initiation au ninjutsu lui permet de résister aux plus atroces des tortures, pourtant il se dit prêt à mourir. Mais une personne le questionne, et saura voir au-delà de ses dires. Gabimaru n’est pas totalement vide, sa femme a d’ailleurs une importance particulière. Au final, il se voir offrir un sauf conduit, une proposition : de trouver l’elixir d’immortalité sur une île mystérieuse. Mais il n’est pas vraiment le seul à qui on a fait cette proposition. Tout le monde a échoué jusqu’à présent, le seul qui est revenu a des fleurs écloses sur le corps et est comme un légume, incapable de s’exprimer. Une île qui la première fois qu’on s’y rend nous fait rester un moment sur la planche, vu la beauté qu’elle dégage. Mais celle-ci est teintée d’effrois. Entre une île étrange dont on ne sait rien vraiment, personne n’en est revenu en bon état, et plein de criminels dessus, il n’y a pas intérêt à se relâcher. Un premier tome très prometteur, intéressant, intrigant, avec pas mal de questionnements, et une bonne avancée déjà. Les scènes d’action sont belles, nettes, comme une exécution bien faite en une fois, cette fois-ci, dans cette histoire, on ne tergiverse pas. Néanmoins, gare à vos nerfs. Alors êtes-vous prêt à aller sur cette île ? Qu’est-ce qui différencie vraiment Gabimaru et Sagiri ? Le sang est sur les mains des deux personnages. Qu’est-ce que cette île ? Est-ce que l’élixir existe vraiment ? Quelqu’un l’a déjà utilisé ? Y a-t-il un but caché ?

garrytopper9

Le 13/03/2019

Gros coup de coeur pour ma part que ce premier tome de Hell’s Paradise. Nous y suivons Gabimaru qui est sur le point d’être exécuté, mais le soucis, c’est que personne ne parvient à le tuer. Il est un shinobi si puissant, que rien n’y fait. Si au départ, on peu craindre le shonen classique, ce n’est pas du tout le cas. Dès le premier chapitre le personnage de Gabimaru est posé. On sait pourquoi il est condamnée à mort, quel est son but dans la vie et on a immédiatement de l’empathie pour lui et pour sa femme (qui joue un rôle majeur dans l’histoire). L’autre personnage important est Sagiri, qui vient d’un puissant clan d’exécuteurs. Seule femme de son clan à ce poste, elle veut égaler son père, qui est un maitre en la matière. Lorsqu’elle va croiser la route de Gabimaru, elle va lui proposer d’annuler sa peine de mort, en échange d’une mission organisée par le shogunat. En effet, tout l’intérêt du titre réside dans cette mystérieuse île baptisé « au-delà » sur laquelle se trouverait un élixir d’immortalité, forcément très convoité. Mais voilà, toutes les expéditions de sont soldées par des échecs, et la seule personne qui en est revenue, voit pousser des fleurs sur son corps d’une manière assez trash. Le shogunat décide donc d’envoyer des rebuts de la société sur cet île, accompagnés de leur exécuteurs pour les surveiller. C’est au total 10 binômes qui partent sur l’île, dans l’espoir de rapporter le fameux élixir d’immortalité et obtenir ainsi l’amnistie du shogunat pour tous leurs crimes commis. Mais cette île réserve bien des surprises, et croyez-moi, les dernières pages du tome soulèvent de nombreuses questions #128521; Graphiquement c’est superbe, avec des cases bien détaillées, des scènes de combats courtes mais explosives, et surtout un trait assez dur, qui fait ressortir toute la cruauté du monde dans lequel les protagonistes évoluent. Ce manga est plus que prometteur, et ce premier tome m’a véritablement conquis !

bbtiz

Le 11/03/2019

Ce manga a définitivement tout pour me plaire... Et plus encore! C’est à dire qu’il mêle à la fois les éléments que j’adore dans un manga à des domaines où je ne m’étais encore jamais aventurée me faisant ainsi sortir de ma zone de confort tout en appréciant la lecture! Lecteurs sensibles s’abstenir (mais pas trop étant moi-même très sensible et ayant réussi à lire et aimer) car il y a quelques scènes bien violantes et des passages flippants à souhait... Au delà de ça et c’est pour ça que j’ai aimé, nous avons des graphismes m‘magnifiques et très soignés. De beaux décors, des tenues très travaillées et s’inspirant de tenues traditionnelles, des personnages aux physiques variés et très expressifs. Les deux protagonistes principaux sont intéressants, surtout le personnage masculin qui s’avère bien plus complexe que ce que le résumé laissait penser! L’intrigue part vite mais sans bâcler la mise en place du contexte et la présentation des personnages. Bref bref bref... Je suis déjà en train de me ronger les doigts d’impatience pour la sortie du tome 2...