Prêt à feuilleter

Valérian, agent spatio-temporel

Par les chemins de l'espace
de Pierre Christin , date de sortie le 13 mai 1997
Un hors série qui raconte des petites histoires de jeunesse de Valérian.
Lire la suite

Livraison estimée le jeudi 31 octobre 2019

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Un hors série qui raconte des petites histoires de jeunesse de Valérian.

Caractéristiques

Titre Valérian, agent spatio-temporel - Par les chemins de l'espace
Collection Valérian
Editeur Dargaud
Date de parution 13 mai 1997
Nombre de pages 130 pages
Dimensions 25,00 cm x 21,00 cm
Poids 510 g
Support Cartonné
ISBN / EAN 2-205-04456-7 - 9782205044560

3,8/5

HORUSFONCK

Le 14/09/2016

Ces histoires courtes sortirent dans l'éphémère "Super-Pocket Pilote" trimestriel. A travers de courtes histoires, les auteurs oeuvrant dans Pilote, y développaient des chapitres inédits. pour Valérian, ces short stories sont autant d'agréables mignardises à déguster.

Kabuto

Le 12/07/2016

Cet album est un recueil d’histoires courtes parues dans les années 70. On y retrouve un Valérian qui n’a pas encore ses traits définitifs mais qui travaille déjà pour Galaxity. Les différents épisodes n’ont pas la qualité d’un véritable album. Ce sont des petites aventures d’une quinzaine de pages assez basiques au niveau du scénario. Pourtant, on ne s’ennuie pas. Action et diversité sont au rendez-vous et découvrir ces premières aventures du baroudeur de l’espace m’a amusé. Petit bémol, Laureline n’apparaît qu’une seule fois et il faut bien admettre que cette BD ne plaira qu’aux fans inconditionnels comme moi. Alors si vous voulez découvrir la jeunesse mouvementée du plus célèbre des agents de Galaxity, laissez-vous tenter par les chemins de l’espace.

MissG

Le 03/12/2013

Ce recueil au format poche contient sept courts récits des aventures de Valérian, agent spatio-temporel. Il n'a pas grand chose à voir avec le format habituel, les histoires sont très ramassées et tiennent de la micro-nouvelle, mais il est toujours très plaisant de retrouver Valérian de nouvelles aventures. Il faut dire que la part belle lui est donnée, il est le personnage principal de toutes les aventures, Laureline ne l'accompagnant que dans deux (et au passage je suis déçue de l'absence des Shingouz). Fidèle à lui-même, Valérian est un peu fainéant sur les bords et à se la couler douce : "Rien ne vaut la solitude des espaces vierges. Avec tous ces bureaucrates de Galaxity, on finit par étouffer.", il a le chic de se mettre dans des situations périlleuses : échapper au Grand Collectionneur, rencontrer des personnes en grande détresse : les télépathes de la Planète Triste, ou encore se faire rabrouer par son moi plus âgé (et plus sage) : "Si au lieu de courir l'espace tu t'emplissais un peu la cervelle, tu saurais qu'il s'agit de caractères qu'on trouve sur Terre dans le Tibet.". Valérian fait donc du Valérian, j'ai toutefois trouvé que sous couvert d'histoires simples, les auteurs faisaient passer beaucoup de messages : il est question, et ce n'est pas la première fois, d'écologie et de préservation de l'environnement au risque de détruire l'écosystème d'une planète et de rendre périlleuse la vie dessus; du fait que la technologie et par ricochet la richesse n'achètent pas tout, comme dans "Triomphe de la technique" où Valérian apprend la belle leçon que la technologie n'intéresse pas forcément tout le monde et que certains se contentent très bien de ce qu'ils ont : "Vois-tu, c'est gentil à toi de nous avoir apporté des cadeaux, seulement, ça ne nous intéresse pas."; ou encore des méfaits de la guerre, délivrant ainsi un message pacifiste. Il y a donc du très grave, le plus dur récit étant "La planète triste", du plus léger, et du très drôle, le dernier récit "Drôles de spécimen" étant particulièrement humoristique, c'est donc un album contrasté que proposent au lecteur Jean-Claude Mézières et Pierre Christin. Il est difficile de parler de scénario mais les histoires ont toutes un début, un milieu et une fin malgré leur format court, quant à la qualité des dessins, elle est comme d'ordinaire au rendez-vous, avec beaucoup d'inventions dans les créatures ou les univers et un choix judicieux des couleurs. "Par les chemins de l'espace" est un hors série intéressant de la série Valérian et Laureline, mettant plus en valeur le héros que l'héroïne sans que cela soit dérangeant du fait de la qualité des histoires et du graphisme, un recueil tout en contraste qui se caractérise par une grande diversité des thèmes abordés et des tons donnés au récit. Un bon complément à la bande dessinée en grand format, d'autant plus que ces récits sont aujourd'hui difficilement trouvables.

gill

Le 03/04/2013

Une fois de plus, Valérian et Laureline reprennent les chemins aventureux de l'espace et du temps. La collection "16/22" des éditions "Dargaud" réunit dans ce volume, au format atypique, cinq histoires courtes et inédites en albums. Comme à l'accoutumée, les deux auteurs de cette série, font merveille avec pourtant un petit regret de ma part. Laureline ne fait qu'une courte apparition dans le deuxième récit intitulé "Tsirillitis l'astéroïde". C'est, pourtant, avec beaucoup de plaisir que l'on débarque avec Valérian sur la quatrième planète de la constellation Malvis afdin de sauver son ami Slane, que l'on plonge dans l'antre de Tsirillitis, planète qui s'alimente des organismes vivants de l'espace, que l'on croise les armées fantômes d'Uxgloa, que l'on se retrouve prisonnier de Flammil, la triste planète que le goût de la guerre a perdu, et que l'on assiste en riant au dérisoire triomphe de la technique sur la planète Lanning. Ces récits, issus du début de la série, sont, je pense, des histoires courtes extraites du journal "Pilote" dans lesquelles elles ont paru initialement.