Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Carmilla

de Joseph Sheridan Le Fanu , date de sortie le 08 octobre 2014
Laura, fille unique d'un gentilhomme anglais installé en Styrie, accueille sans la moindre inquiétude une jeune inconnue, Carmilla. Peu après, des signes de vampirisme apparaissent, et l'amitié qui s'est... Lire la suite

Indisponible

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Laura, fille unique d'un gentilhomme anglais installé en Styrie, accueille sans la moindre inquiétude une jeune inconnue, Carmilla. Peu après, des signes de vampirisme apparaissent, et l'amitié qui s'est liée entre les deux jeunes filles se change en amour passionnel. Ce roman écrit en 1872, plus de vingt ans avant «Dracula» de Bram Stoker, est une des premières histoires de vampires.

Caractéristiques

Titre Carmilla
Traducteur Gaïd Girard
Collection Métamorphose
Editeur Soleil
Date de parution 08 octobre 2014
Nombre de pages 192 pages
Dimensions 28,00 cm x 20,00 cm
Poids 1002 g
Support Cartonné
ISBN / EAN 978-2-302-04255-1 - 9782302042551

3,8/5

KrisPy

Le 16/09/2015

Une belle mise en page et de jolies illustrations pour cette édition grand luxe de Carmilla de Sheridan Le Fanu. Rien de nouveau, rien de mirifique, mais un bel objet pour déguster en beauté ce conte macabre et sublime qui inspira Bram Stoker pour son comte Dracula... : une comtesse étrange et charismatique qui aime les jeunes femmes et le sang... Elle veut garder sa jeunesse éternelle...

MurielT

Le 14/05/2015

Carmilla Joseph Sheridan Le Fanu Ce qui m'a attiré en premier dans ce livre se sont les illustrations, je connaissais Sheridan Le Fanu juste de nom, je n'avais jamais rien lu de lui. Je n'ai pas été déçu les illustrations sont formidables. Elles sont à la fois étranges et surprenantes. Ce sont des illustrations dans les tons de noir, gris et blanc mais il y a toujours une touche (plus ou moins importante) de rouge. Toutes les pages sont illustrées et j'ai trouvé qu'il y avait quelque chose de doux dans ces illustrations bien qu'elles illustrent une histoire de vampire. Ce ne sont pas du tout des images terrifiantes ou alors si elles sont terrifiantes... de douceur. C'est vraiment un beau livre en plus des illustrations chaque début de chapitre comporte une citation, soit en français, soit en anglais suivant la nationalité de l'auteur dont elle est tirée, (Bram Stoker; E.A. Poe, A Rimbaud, W. Shakespeare, Maupassant, W. Blake, O. Wilde, L. Tolstoï.) Chaque première lettre des chapitre est décorée. En plus du roman le livre comporte une biographie de J.S. Le Fanu et une de l'illustratrice I. Mazzanti et une lecture de Gaïd Girard, qui est une spécialiste de l’œuvre de Le Fanu. L'histoire maintenant, c'est la rencontre d'une jeune adolescente, Laura, du XIX e siècle avec un vampire. Cela se passe dans un château isolé en Styrie (Autriche), un accident de calèche laisse entrer dans le château une jeune fille énigmatique, Carmilla. Les deux jeunes filles vont se lier d'amitié. J'ai trouvé ce livre très sensuel, presque érotique. C'est angoissant et pourtant il n'y a pas de description terrifiante, tout est dans le ressenti de la jeune Laura qui raconte son aventure. Le style du 19 e siècle doit être pour beaucoup dans les émotions que j'ai ressenties en lisant ce roman. J'ai eu un peu les mêmes sensations qu'en lisant Dracula de Bram Stoker. Beau livre, belle histoire à lire

Prilla

Le 08/05/2015

Tout d’abord, les illustrations sont simplement magnifiques. J'ai pris beaucoup de plaisir à les regarder, je prenais mon temps pour en apprécier chaque petit détail. Je n'ai pas toujours compris le rapport direct avec l'histoire, mais elles illustrent tout de même très bien celle-ci, en nous plongeons dans une atmosphère sombre et mystérieuse. L'intrigue est quant à elle surprenante. Je n'aime pas trop ce qui tourne autour des vampires, mais ici c’est différent, et j'ai apprécié. Il y a aussi une histoire d'amour impossible entre deux personnages. Carmilla est une jeune fille vraiment intrigante, on ne la comprend pas tout à fait pendant toute la lecture. Elle a des habitudes étranges, et un comportement ainsi qu'une façon de parler parfois un peu effrayant et bizarre. Laura est quant à elle plutôt naïve, et très attachante. Elle vit un peu dans son propre monde, et ne voit pas toujours ce qui est juste sous ses yeux. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire cette oeuvre, qui se lit facilement, sans se prendre la tête. Je ne me suis jamais forcée, et je prenais exprès mon temps pour lire. Je lisais quelques chapitres avant de me coucher, et c'était quelque chose de plutôt agréable.

dedanso

Le 05/05/2015

Cela faisait un moment que j'avais envie de me plonger dans ce classique de la littérature vampirique. La sortie de ce roman graphique de la collection Métamorphoses (une collection que j'adore des Éditions Soleil) a été l'élément déclencheur. Je tiens déjà à préciser qu'il ne s'agit pas d'une adaptation en BD du Carmilla de Sheridan le Fanu, mais d'un roman graphique avec le texte intégral donc. Ce texte, l'un des fondateurs du vampirisme littéraire, est vraiment surprenant ! Il narre l'histoire de Carmilla, une jeune femme recueillie par le père de Laura, la narratrice. Le personnage de Carmilla est on ne peut plus mystérieux : elle n'a pas le droit d'informer ses hôtes de son passé, de sa famille et de son quotidien, elle a la santé fragile, une certaine langueur qui la fait se lever après midi, des sautes d'humeur... Si le lecteur contemporain devine rapidement qui est Carmilla, la narratrice ne le découvre qu'aux toutes dernières pages du roman (et les lecteurs de l'époque aussi car les récits vampiriques n'étaient pas courants à l'époque). Car l'amour rend aveugle ! Eh oui messieurs-dames, Sheridan le Fanu, en 1872, publie un livre dont les héroïnes sont homosexuelles ! Et là j'applaudie ! D'autant plus que, mythe vampirique oblige, du récit se dégage une sensualité certaine. Attention hein, on est au XIXème siècle, ne vous attendez pas à des scènes explicites ! Mais je vous assure qu'il n'y a aucun doute sur la question. Les illustrations (encre et crayon de papier?) sont vraiment superbes, adaptées à l'atmosphère gothique avec leurs teintes noir/blanc/rouge. Elles ne se contentent pas d'illustrer fidèlement le texte mais le complètent grâce à l'atmosphère qui s'en dégage. On retiendra notamment le leitmotiv graphique des veines qui font parfois complètement référence au sang et qui sont d'autres fois de simples signes graphiques. A chaque début de chapitre, les éditeurs ont insérés la citation d'un auteur célèbre : Bram Stocker, Maupassant, Shakespeare ou encore Edgar Allan Poe. D'ailleurs, j'ai eu à maintes reprises la sensation de lire une oeuvre de Poe tant la plume et l'atmosphère du récit sont identiques. Après le récit sont insérées les rapides biographies de le Fanu et de l'illustratrice, Isabelle Mazzanti. Enfin, une proposition de lecture termine cette oeuvre magistrale que je vous recommande à tous vivement !

lemillefeuilles

Le 23/02/2015

Bien loin des vampires à la mode depuis quelques années, Carmilla est un classique de la littérature vampirique du dix-neuvième siècle. Bram Stocker, auteur du livre culte Dracula, s'en est même inspiré pour écrire, c'est dire ! J'ai donc décidé d'emprunter ce court roman, qui a été édité chez Soleil dans une collection plutôt luxueuse, agrémenté des illustrations de la talentueuse Isabella Manzzanti. Sheridan Le Fanu, l'auteur du livre, nous emmène aux origines des mythes du vampire, à la rencontre de Carmilla, belle et séduisante jeune femme, qui va se retrouver accueillie dans un château durant quelques semaines, par Laura, une jeune fille de dix-huit ans, et son père. En apparence, Carmilla est a le même âge que Laura, et cette dernière va aussitôt être séduite à l'idée de se faire une amie. Rapidement, Carmilla va adopter un comportement étrange, mettant de nombreuses heures à sortir de sa chambre tous les jours, et s'enfermant et vérifiant absolument tout avant d'aller se coucher. En parallèle, Laura et son père entendent de curieuses choses, puisqu'une étrange maladie semble s'être répandue dans la région. Nous allons donc suivre l'étrange Carmilla, dont le récit est raconté par son amie Laura, qui va très vite s'attacher à la jeune femme. Leur amitié semble d'ailleurs parfois se profiler vers autre chose, de plus sensuel. J'ai trouvé surprenant - et osé ! - de la part de l'auteur de parler (même si ça n'est que suggéré) d'homosexualité, alors que le livre a été publié dans les années 1800 ! Là encore, nous avons cette séduction du vampire, que nous retrouvons dans d'autres ouvrages de la littérature vampirique. Mais j'ai trouvé intéressant que, pour une fois, le vampire et sa victime soient deux personnes du même sexe. Concernant les illustrations, elles sont trop peu nombreuses à mon goût, mais elles ajoutent vraiment un joli détail. De plus, le style de l'illustratrice est vraiment adapté à l'univers gothique traité dans le roman. En conclusion, c'est un roman envoûtant, que je vous conseille vraiment de découvrir, un classique dont on ne parle peut-être pas assez !