Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Astérix

Volume 38, La fille de Vercingétorix
de Jean-Yves Ferri , date de sortie le 24 octobre 2019
Envie d'en savoir davantage sur ce nouvel album d'Astérix ?

Parcourez notre dossier spécial et découvrez les premiers secrets de cet album plus explosif que jamais !

En stock en ligne

Livraison estimée le lundi 24 février 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

RAS

Caractéristiques

Titre Astérix - Volume 38, La fille de Vercingétorix
Série Astérix
Editeur Albert René
Date de parution 24 octobre 2019
Nombre de pages 48 pages
Dimensions 30,00 cm x 23,00 cm
Poids 380 g
Support Cartonné
ISBN / EAN 978-2-86497-342-3 - 9782864973423

3,5/5

Ptitgateau

Le 30/12/2019

Ainsi donc, après le fils d’Astérix, nous faisons connaissance de la fille de Vercingétorix… Pardon Vercingétorix. Quoique mitigée, je dois avouer que j’ai passé un bon moment de lecture. Je me sens mitigée par que j’ai trouvé le scénario plutôt plat : une fugue d’adolescente, des navires, de la bagarre, des romains timorés, nos incontournables pirates, rien de très original. Question « adolescent » je n’ai pu m’empêcher de comparer cet album avec Astérix et les Normands, beaucoup plus fin. Certaines blagues sont excellentes et m’ont fait rire, d’autres, sous forme d’anachronismes sont parachutées sous prétexte que l’anachronisme fait rire, mais ces anachronismes, par deux fois sont plaqués sans aucune subtilité et ne font pas rire. Les noms de certains Gaulois ne respectent pas la forme habituelle : transformation des mots « ique » en « ix » comme blinix, selfix… les auteurs seraient-ils à cours d’idées pour les noms ? Malgré cela, on retrouve bien l’esprit des vieux albums : reprise de l’accent arverne qui fait sourire, des idées d’ados qui surprendront leurs parents par leur créativité, et qui feront bien rire le lecteur, un conflit des générations bien restitué, de bonnes répliques dont Obélix sait nous régaler, une abondance de jeux de mots. Si on me demande ce que j’ai préféré, je dirais que c’est le clin d’œil à John Lennon, qui m’a bien surprise. Un album à ajouter sans hésiter à sa collection.

jeunejane

Le 02/11/2019

Adrénaline, la fille de ...chutt...on ne peut pas le dire...de Verchingétorix...oh! pardon, de Vercingétorix arrive au village chez le chef Abraracourcix entourée de ses deux protecteurs. C'est maintenant une jeune fille au caractère bien trempé qui ne se laisse pas manipuler par les adultes. Ses protecteurs préviennent, elle a tendance à fuguer. Elle sympathise immédiatement avec les jeunes du village que nous découvrons en même temps qu'elle. Je cite Blinix et Surimix son tout petit frère qui prononce "F" au lieu de "S", et bien d'autres. Ils se réunissent à la carrière d'Obélix. Les adultes essaient de protéger cette intrépide gamine et le torque qu'elle a reçu de son illustre père. En effet, les Romains voudraient la civiliser. Les dialogues et les répliques ne manquent pas de sel. Les illustrations sont amusantes à découvrir dans les détails qu'elles nous offrent et la perfection des personnages vaut bien celle des anciens albums. J'attendais un peu plus de structure dans l'intrigue mais c'est quand même très bon. Chaque année depuis....( je ne compte plus les années...)je me procure le dernier Astérix et s'il y a eu un moment de flottement après le coup de génie des créateurs, on peut dire que la suite est bien assurée.

Crossroads

Le 01/11/2019

La nouvelle vient de tomber. Les rotatives des plus grands journaux hexagonaux que sont Closer, Gala et Voili-Voilou mag' tournent à plein. Vercingétorix aurait eu une fille : Adrénaline ! Histoire que César ne lui mette le grappin dessus, c'est tout naturellement au sein d'un village peuplé d'irréductibles gaulois résistant encore et toujours à l'envahisseur qu'elle fut ici confiée, transformant de facto Astérix et Obélix en nounous de luxe. Mais attention, la gamine serait de nature fugueuse! Si la lecture est rapide, le constat est bien amer. Un héritage de plus en plus lourd à porter pour Ferri et Conrad au regard de ce dernier opus. Rien à dire sur le coup de crayon étonnamment mimétique. Tout à redire sur l'indigence abyssale d'un scénario aux abonnés absents. Alors oui, l'on retrouve bien tous les codes qui firent leur succès. Quelques personnages emblématiques se rappellent à notre bon souvenir. Charles Aznavour, en guest, poussera sa p'tite complainte nostalgique. Mais le ton n'y est pas. L'humour peine à dérider. le comique de répétition lasse. Les rares saillies afférentes à l'actualité du moment glissent sur mon humeur maussade comme un pet sur une toile cirée. Ces aventures possèdent tout de la pub Canada Dry d'antan. "Ça ressemble à...c'est doré comme… mais ce n'est pas l'Astérix que je chérissais alors. Je n'y suis plus. La potion magique ne fait plus effet. Astérix et Obélix, c'est finix. A la revoyure, les amix. On aura quand même passé quelques bons moments... Nonobstant ce vilain désagrément, sachons rester forts comme l'auroch, discrets comme la taupe!

bibiouest

Le 30/10/2019

C'est toujours avec plaisir et impatience que je me plonge dans un nouvel «Astérix», bien que la qualité ne soit pas toujours au rendez-vous. Ici les dessins son fidèle à la «patte» d'Uderzo. Le scénario est également fidèle au genre: drôle et bourré de jeux de mots avec des références à des célèbres chanteurs... J'aime Astérix, lorsqu'il part loin du village, là ce n'est pas le cas mais ça n'altère en rien l'agréable moment que j'ai passé et c'est bien là l'essentiel non?

Winter-

Le 25/10/2019

La quatrième collaboration entre le scénariste Jean-Yves Ferri et le dessinateur Didier Conrad fait renaître la série Astérix avec bonheur. Dès les premières planches, nous découvrons l'histoire : une jeune adolescente accompagnée de deux chefs Arvernes débarque dans le village gaulois. Malheureusement, elle est recherchée par le grand César qui veut faire d'elle une vraie petite romaine : elle n'est autre que la fille de Vercingétorix. Ce trente-huitième tome m'a beaucoup fait rire et beaucoup étonné par les petites péripéties des personnages : la bagarre avec les Romains, les pirates, les bons mots et sans oublier le chouette clin d'oeil à Aznavour. Cependant, j'ai trouvé que les dialogues étaient plats par moments mais cela n'a pas altéré l'agréable moment que j'ai passé en la compagnie de ce tome. A lire !