Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Undertaker

Volume 5, L'Indien blanc
de Xavier Dorison , date de sortie le 31 octobre 2019
Déjà parus :

Le mangeur d'or

La danse des vautours

L'ogre de sutter camp

L'ombre d'hippocrate

L'indien blanc

À paraître :

Salvaje

Lire la suite
EXCLUSIVITÉ E. LECLERC : également disponible en édition collector : tirage limité et couverture exclusive.

Livraison estimée le vendredi 30 octobre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Déjà parus :

Le mangeur d'or

La danse des vautours

L'ogre de sutter camp

L'ombre d'hippocrate

L'indien blanc

À paraître :

Salvaje

Caractéristiques

Titre Undertaker - Volume 5, L'Indien blanc
Série Undertaker
Editeur Dargaud
Date de parution 31 octobre 2019
Nombre de pages 58 pages
Dimensions 32,00 cm x 25,00 cm
Poids 679 g
Support Cartonné
ISBN / EAN 978-2-505-07531-8 - 9782505075318

4,4/5

marina53

Le 26/02/2020

Une diligence se fait attaquer sauvagement par des Apaches de Salvage. Ces derniers n'hésitent pas à tuer tous les hommes qui ont osé s'aventurer sur leurs terres d'autant qu'un des leurs, l'Indien Blanc, a aussi été tué. Cet Indien Blanc n'est autre que Caleb, le fils de la veuve Joséphine Barclay, enlevé il y a presque dix ans par une horde de chiricahuas. La mère éplorée, qui possède la moitié des terres de Tucson et la plus grosse compagnie de diligence, veut offrir des funérailles à son fils. Pour cela, elle demande à son prétendant, et peut-être futur époux, Sid Beauchamp, de trouver quelqu'un qui pourrait lui ramener la dépouille de son fils. Beauchamp pense aussitôt à son vieil ami, Jonas Crow... Xavier Dorison et Ralph Meyer remettent en selle le croque-mort, Jonas Crow, pour un nouveau diptyque. Depuis sa séparation d'avec Lin et Rose Prairie, celui-ci se retrouve à nouveau seul. Visiblement pas pour longtemps car son ami, Sid, avec qui il a, par le passé, braqué une banque, lui demande de retrouver le fils de Joséphine Barclay. Tous les deux ont intérêt à ramener la dépouille : Jonas pour effacer l'avis de recherche qui le concerne, Sid pour pouvoir épouser la veuve. Évidemment, le croque-mort trouvera sur sa route les Apaches, peu enclins à laisser l'un des leurs à un blanc. Ce scénario, avec pour décor l'hostilité entre Blancs et Améridiens au temps des chemins de fer, se révèle à la fois sombre, âpre et sans concession. D'autant que Xavier Dorison nous révèle quelques pans du passé de Jonas qui s'avèrent peu reluisants. Un tome plein de surprises et de rebondissements. Graphiquement, Ralph Meyer et Caroline Delabie nous offrent de magnifiques décors enneigés. Le trait est particulièrement soigné et la mise en page et le cadrage réussis. Évidemment, vivement la suite !

Foxfire

Le 24/02/2020

« L’indien blanc » inaugure un nouveau cycle de la série à succès « Undertaker ». Ce volume s’inscrit dans la droite lignée des précédents. Il y a d’ailleurs un certain classicisme dans cette série. Cela doit sans doute déplaire à certains qui ne jurent que par l’originalité à tout prix. Ce n’est pas mon cas, lorsque les codes d’un genre sont maîtrisés je trouve qu’un certain classicisme est particulièrement séduisant. Je trouve ça élégant et j’ai l’impression que l’auteur s’adresse alors au lecteur en tant que connaisseur du genre, ça témoigne d’un certain respect. « L’indien blanc » repose donc sur une trame plutôt classique dans le western et propose des personnages archétypaux très réussis (et, on ne le répètera jamais assez, les stéréotypes c’est mal mais les archétypes c’est bien) et tout ça est très bien raconté. L’histoire est prenante, les personnages attachants, il y a du suspense et de l’émotion. Bref, ce nouveau volet des aventures du croque-mort a parfaitement fonctionné sur moi. Du vrai bon western classique ! J’ai hâte de lire la suite.

MarquePage

Le 19/02/2020

J'avais hâte de retrouver mon croque mort préféré. Ce premier tome du nouveau cycle ne m'a pas déçu. Jonas Crow n'est pas au meilleur de sa forme. Mais il a encore des principes. C'est lui qui fait le charme de la BD. Très attachant. Drôle. Et droit à sa manière malgré les conséquences et les conditions. Avec un côté très torturé pour qu'il ne soit pas tout beau tout rose. L'histoire semble classique. Mais elle réserve des surprises au fur et à mesure. Des revirements de situation, des révélations, et une autre façon de voir. C'est ce que j'apprécie aussi beaucoup. La confrontation entre les deux points de vue, celui de l'indien et celui du blanc. De nous montrer pour façon de vivre, encore adaptable à maintenant. Nous poser des questions sans être moralisateur. Un récit qui mélange à merveilles action et réflexion. On a toujours qu'une hâte c'est de lire la suite. Les dessins sont très jolis. Là aussi un bon mélange entre dessins modernes et un style des vieilles BD. Et ça colle très bien à l'ambiance de la série.

Davalian

Le 11/01/2020

Le trio formé par Xavier Dorison, Ralph Meyer et Caroline Delabie reviennent vers nous avec L’Indien blanc, opus 2019 de la saga Undertaker, série à l’origine du renouveau du genre western en bande dessinée. Le dénouement de L’ombre d’Hippocrate avait laissé Jonas Crown dans une sale position. Le voilà à nouveau accompagné par son fidèle Jed à devoir tromper sa solitude dans l’alcool. A l’issue d’un contrat, un contact surgit de son passé lui livre une nouvelle mission avec des perspectives auxquelles il ne peut refuser. La mission en question ne peut que mal tourner et effectivement elle va permettre de placer un nombre de retournement de situations des plus intéressants. Nous attendions forcément que quelque chose de ce type se produise mais pas du tout ce qui va suivre. Une nouvelle fois, le scénario nous livre de belles surprises. L’album permet de lever, à petites touches, le rideau qui semble occulter le passé du protagoniste. Mais ce n’est pas la seule surprise puisque les auteurs nous régalent de nombreuses références à l’évangile de saint Jonas, toutes plus percutantes les unes que les autres. Hormis Jonas et Jed c’est toute une nouvelle galerie de personnages qui fera ici son apparition. Si certains seront stéréotypés, d’autres possèdent un potentiel qui se dévoile au fil des pages. Comme de coutume, les paysages sont de toute beauté. Malgré quelques séquences en intérieur ou en ville, l’essentiel se déroulera à l’extérieur, dans un monde froid et hostile. Quel bonheur de suivre tout cela… du moins confortablement installé chez soi ! L’Indien blanc est une très belle réussite qui ne peut donner qu’envie de découvrir la suite… Vite !

the_bill

Le 15/12/2019

On peut dire que j'étais resté sur ma faim dans l'opus précédent et que malgré les mois passés, je restais circonspect devant cette série que j'avais tant aimé. Alors, imaginez mon émoi lorsque j'ai appris la sortie d'un numéro 5.... Et pourtant je suis grand fan du scénariste et ai dégusté beaucoup de ses précédentes œuvres. Alors je me lance dans l'aventure de ce nouveau tome !! Et là, je me rends compte que Xavier est lecteur de mes critiques !!??puisqu'il a tenu compte de mes cruelles critiques précédentes pour préparer cet album !! :D Parce qu'il n'est jamais facile de repartir à l'aventure d'une nouvelle histoire en essayant de contenter les difficiles lecteurs que nous sommes. Et Xavier Dorison l'a fait, pour mon grand plaisir.... Alors évidemment, tout n'est pas parfait et on peut retrouver le schéma classique des personnages accompagnant notre désolant héros. On peut aussi trouver l'histoire un peu alambiquée mais..... .... Ca fonctionne pas mal et on tourne les pages assez facilement en suivant cette course-poursuite assez vaine. Well done M. Dorison ! Je valide le travail et je continue l'aventure. P.S.: après avoir tant parlé du scénariste, il serait loyal de rendre hommage au dessinateur qui fait un excellent travail depuis les début de la série. Un vrai plaisir des yeux !