Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Undertaker

Volume 3, L'ogre de Sutter camp
de Xavier Dorison , date de sortie le 27 janvier 2017
Suite des aventures du croque-mort Jonas Crow, recherché pour des meurtres qu'il aurait commis à la fin de la guerre de Sécession. Avec un cahier de croquis inédits.
Lire la suite
SPECIAL BD WESTERN
Parcourez notre guide de lecture et découvrez tous nos conseils et coups de coeur.

En stock en ligne

Livraison estimée le lundi 05 octobre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Suite des aventures du croque-mort Jonas Crow, recherché pour des meurtres qu'il aurait commis à la fin de la guerre de Sécession. Avec un cahier de croquis inédits.

Caractéristiques

Titre Undertaker - Volume 3, L'ogre de Sutter camp
Série Undertaker
Editeur Dargaud
Date de parution 27 janvier 2017
Nombre de pages 53 pages
Dimensions 32,00 cm x 24,00 cm
Poids 635 g
Support Cartonné
ISBN / EAN 978-2-505-06538-8 - 9782505065388

4/5

Foxfire

Le 03/07/2017

Les 2 premiers tomes d'Undertaker avaient réjouie l'amatrice de western que je suis. Le personnage de Jonas, très charismatique, est enthousiasmant et l'intrigue développée dans le 1er diptyque était très prenante. C'est donc avec enthousiasme que je me suis attaquée à ce 3ème tome qui inaugure un nouvel arc. Ce nouveau volume est lui aussi très réussi. J'ai retrouvé avec grand plaisir Jonas, Rose et Lin qui sont maintenant associés. C'est d'ailleurs un des aspects qui m'a beaucoup plu, les personnages féminins sont intéressants et sont loin d'être des potiches posées dans l'image pour faire joli. L'intrigue de ce 3ème tome est bien menée et propose un méchant très réussi. Ce savant fou apporte une touche horrifique digne d'un récit d'épouvante. Le dessin de Meyer est toujours aussi bon. Et il nous montre une autre facette de son talent. Après les grands espaces désertiques et lumineux du 2ème tome, "l'ogre de Sutter Camp" fait la part belle aux scènes, souvent nocturnes, se déroulant en forêt ou dans des espaces clos et sombres. "Undertaker" est décidément une belle série et j'attends avec impatience le 4ème tome. Challenge B.D 2017

cicou45

Le 19/04/2017

Ah! Non, non...Pourquoi les auteurs se débrouillent-ils toujours pour laisser leurs lecteurs comme ça ? Béas, admiratifs certes qu'ils arrivent à le tenir comme ça, attendant désespérément la sortie du prochain tome mais aussi extrêmement frustrés ! Bon, d'accord, j'avoue, c'est ce que l'on appelle un trait de génie : savoir mettre son lecteur en haleine, dans un état de torpeur (bon, j'exagère un peu, j'emploie les grands mots mais quand même, cela ne se fait pas) ! Bon, explication de mon emportement : ici, le lecteur retrouve son croque-mort préféré (c'est rare, avouez-le), Jonas Crow qui ne travaille désormais plus seul. Il avait déjà son fidèle vautour, Jared mais là nous parlons d'une toute autre alliance : celle avec une belle jeune femme, Rose Prairie et une vieille chinoise, Lin. Toutes deux n'ont pas leur pareil pour sortir notre undertaker des situations les plus difficiles qui soient donc au final, on peut dire que nos trois acolytes se sont bien trouvés. Dans ce nouvel épisode, Jonas va se retrouvé confronté à un vieil ennemi qu'il croyait mort depuis longtemps dur le peloton d'exécution : Jeronimus Quint plus connu sous le surnom de "l'Ogre". Médecin par excellence, cela on ne peut pas le lui enlever mais d'une cruauté et d'une perversité sans pitié. Il sait en réalité amadouer, apprécier des gens et, une fois qu'ils ont toute sa confiance...Oui, il peut soulager la douleur grâce à ce qu'il appelle sa "panacée" mais cela fait-il de lui pour autant un homme bien . Notre croque-mort ainsi que le colonel Charley qui l'ont tout deux bien connu durant la guerre vont s'allier de nouveau avec pour seule conviction de ne pas faire la même erreur deux fois, à savoir laisser ce monstre en liberté... Cependant, comme vous vous en doutez, rien n'est jamais aussi simple et...Quand est-ce que sort la suite ? Un graphisme toujours aussi bien travaillé avec des personnages extrêmement attachants et un scénario...Ouawh ! A découvrir !

marina53

Le 02/04/2017

Voilà six semaines que Jonas Crow s'est associé avec Rose Prairie et six semaines que l'argent ne rentre plus. Rose s'en indigne, allant jusqu'à remettre en doute les méthodes de travail de Jonas notamment lorsqu'il dit "bonjour" à la famille d'un défunt ou lorsqu'il décrit par le détail le corps de ce dernier. Lin, l'immigrée chinoise, également associée, s'en mêle, menaçant alors le fossoyeur de rôtir Jed, son vautour, s'il sabote encore une fois un nouvel enterrement. Le trio arrive dans la demeure de la défunte où ils sont accueillis sèchement par le beau-fils. Après négociation du salaire, Jonas et Rose se mettent au travail, une épreuve plutôt difficile pour la jeune femme. Au début de la cérémonie, le veuf entre précipitamment dans la pièce. Il s'agit du colonel Charley Warwick qui, de suite, reconnaît le croque-mort. L'appelant Strikland, il hurle que l'ogre de Sutter Camp est vivant. L'assemblée, pensant qu'il a trop bu et qu'il délire, le renvoie dans sa chambre. Mais Jonas s'interpose et cela finit en bagarre. Le trio est ainsi mis à la porte sans un billet. La nuit venue, Jonas tente d'en savoir plus sur cet ogre et se rend au chevet du colonel... Xavier Dorison met à nouveau en selle Jonas Crow, ce cher fossoyeur, désormais affublé de Rose et de Lin, qui va faire une rencontre pour le moins inattendue. À peine ont-il le temps de terminer leur boulot qu'ils sont mis à la porte effrontément, ceci ne risquant pas de remettre à flots leur pécule déjà bien maigre. Mais c'est surtout le passé qui refait surface, notamment en la présence du colonel Charley Warwick et de l'ogre de Sutter Camp, un bien étrange chirurgien. Quel rapport peut bien entretenir l'undertaker avec ce dernier ? Comme dans les précédents tomes, les rebondissements ne manquent pas, le scénario est maîtrisé et parfaitement huilé, les dialogues aux petits oignons et l'auteur mélange habilement humour, action, suspense et violence. Les personnages, quant à eux, s'étoffent, notamment Rose. Graphiquement, Ralph Meyer nous offre de magnifiques planches: un trait d'une grande précision, des décors splendides, des gueules burinées et des couleurs sombres.

Alfaric

Le 29/03/2017

Nous attaquons le 2e épisode de la série "Undertaker", et suite à l’Affaire Cuzco notre détournement de Blueberry se retrouve associé avec Rose la jeune anglaise et Lin la vieille chinoise… Et les affaires tournent mal, nos fossoyeurs étant financièrement aux abois ! Mais ils sont mandés en Californie par la famille Warwick pour enterrer la doyenne de la famille. Sauf que le doyen en deuil est le colonel manchot Charley Warwick qui reconnait immédiatement derrière l’Undertaker son compagnon d’arme Strickland et qui l’embarque autant de gré que de force dans une chasse à l’homme pour retrouver son fils Danny qui a disparu et stopper le terrifiant serial killer surnommé l’Ogre de Sutter Camp… Rien à redire à la qualité de l’histoire de Xavier Dorison, aussi bon scénariste que dialoguiste, rien à redire à la qualité des graphismes de Ralph Meyer et de Caroline Delabie. Non, ce qui m’a empêche de passé du bon kif au rhââ lovely, c’est que tout est centré sur un gros psychopathe aux faux airs d’Orson Wells, 50% Hannibal Lecter du "Silence des Agneaux" 50% John Doe de "Seven", un sociopathe sans aucune conscience (pléonasme), qui parce qu’il est supérieurement intelligent se donne le droit de torturer, mutiler et tuer psychologiquement et physiquement le reste du monde, et qui se justifie en enfumant ledit reste du monde avec de la philosophie de pacotille relevant autant du sophiste à la con que du Grand Tentateur… Je hais ces personnages, qui sont les parangons des pervers narcissiques qui gangrènent l’humanité depuis trop longtemps : il ne faut pas leur servir la soupe, mais les interner et les faire soigner… (sinon on se rend coupable de « mise en danger d’autrui ») Après on fait un parallèle entre la sainte et le monstre, et entre Strickland, son taf de croque-mort, sa roulotte et son vautour, et Jeronimus, son taf de médecin, sa roulotte et son marabout… On verra où nous mènera la confrontation entre le bon aux discours pessimistes et la brute aux discours optimistes : To Be Continued !

Pavlik

Le 20/02/2017

Ce nouveau tome des aventures de Jonas Crow, croque-mort au passé trouble, s'inscrit dans la lignée des précédents. Il s'agit ici de la première partie de ce qui s'annonce comme un nouveau diptyque... Suites aux événements des deux premiers tomes, Jonas Crow fait désormais équipe avec la belle Rose Prairie et Lin, l'ex "domestique chinoise", à la langue bien pendue. L'association entre des caractères / passés / CSP si différents est assez bien vu, ça amène plein de possibilités de dialogues savoureux...Le duo Rose / Jonas fonctionne bien...On se questionne, par contre, sur la survie à court terme de Lin...Est-elle vraiment indispensable ? Dorison semble d'ailleurs nous sensibiliser au fait qu'elle pourrait ne pas rester. Par ailleurs, des questions sont soulevées, quant à l'éthique de Jonas, questions qui permettent à l'auteur de poursuivre la construction de son héros. Ces nouvelles aventures de l'undertaker l'amène à être rattrapé par son passé (voilà un ressort qui sera bien commode pour de futurs synopsis) et l'auteur choisit de le confronter avec l'ogre de Sutter Camp...Un personnage que je trouve vraiment sympa et qui donne, par son profil, un parfum de modernité à cet univers western. J'apprécie toujours autant le travail de Ralph Meyer, dont le dessin est très maîtrisé, assez classique dans l'esprit finalement, mais vraiment efficace. Le tome se termine, bien sur, par un cliffhanger qui augure d'un final potentiellement spectaculaire et riche en révélations...Et une question qui se dessine, en creux : l'ogre de Sutter Camp deviendra-t-il un méchant au long cours ? Au final, j'ai donc passé un très bon moment avec ce tome 3, même si je regrette quelque peu la diminution importante des répliques "bibliques" de Jonas...Après, nul ne saurait être spirituel tout le temps^^