Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Hot space

Volume 1, Crash program
de Pierre Le PiXX , date de sortie le 21 février 2019
« ...Inutile d'attendre. Qui est le pilote sacrifié ? »

« Nous avons touché le gros lot !

Il s'agit du lieutenant Nohraïa Kovalski.

Mise aux arrêts pour... Lire la suite

Livraison estimée le vendredi 06 novembre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

« ...Inutile d'attendre. Qui est le pilote sacrifié ? »

« Nous avons touché le gros lot !

Il s'agit du lieutenant Nohraïa Kovalski.

Mise aux arrêts pour coups et blessures graves sur trois officiers.

Nous avons pu la muter sur Ouranos.

À elle toute-seule, elle a littéralement brisé trois pilotes à mains nues !

Cette fille ne va manquer à personne.

Elle réunit toutes les conditions pour être sacrifiée. »

Caractéristiques

Titre Hot space - Volume 1, Crash program
Série Hot space
Editeur Kamiti
Date de parution 21 février 2019
Nombre de pages 79 pages
Dimensions 29,00 cm x 20,00 cm
Poids 600 g
Support Cartonné
ISBN / EAN 979-10-97477-04-2 - 9791097477042

4,3/5

saigneurdeguerre

Le 15/09/2019

« Parfait ! Parfait ! Cette Nohraîa est parfaite pour le rôle que nous allons lui faire jouer ! Cette pilote d’exception n’est qu’une tête brûlée ! Vous avez vu ce qu’elle a fait à trois pilotes ? Les gars en sont encore à boire leur honte de s’être faits rétamés à trois contre une ! La pauvre chérie ne sait pas qu’elle va être sacrifiée sur l’autel de la grande stratégie. Rien de tel qu’un bon incident diplomatique pour justifier notre intervention musclée… » Critique : Je ne suis pas fan de « comics » américains. Tous ces types qui, pour montrer qu’ils sont des héros, mettent leur slip au-dessus de leurs collants, je les aimais bien quand j’étais gamin, mais là, c’est bon, j’ai passé le cap. Pourquoi parler de « comics » américains ? Parce que Le Pixx en est marqué dans son style et que cela se sent dans son dessin, mais avec quelques différences notables : format de BD franco-belge et décors bien soignés. Saluons au passage le travail de la coloriste, Véra Daviet, qui crée des atmosphères très variées et très réussies en fonction du contexte. Le dessin de Le Pixx est percutant. Les scènes de bagarre sont nombreuses et je suppose que les spécialistes des arts martiaux apprécieront les détails. Le scénario est classique : des malandrins cherchent l’incident diplomatique pour avoir un bon prétexte pour faire la guerre. C’est classique, mais c’est bien mené. Au passage, notons que les héros sont plutôt des héroïnes… C’est la tendance actuelle, après des années où les femmes étaient juste là pour être sauvées ou pour s’allonger, maintenant, ce sont elles qui canardent et sauvent l’humanité. J’ai passé un excellent moment de lecture et j’ai hâte de lire la suite, mais je crains qu’il ne faille attendre 2021 pour le deuxième tome car il devrait comprendre plus de 90 pages.

SdImag

Le 24/04/2019

Piégée ! Hot Space, planche du tome 1 © Kamiti / Lepixx / DavietDifficile de ne pas être impressionné par ce premier album de Lepixx qui fait déjà montre d’une grande maîtrise du dessin et de la narration… Nohraïa Kovalski atterrit sur le tarmac d’Ouranos, station récemment déployée pour espionner des autonomistes de la planète aride d’Aoba… Lors de son premier vol de reconnaissance, son chasseur est abattu sitôt son entrée dans l’atmosphère. Il apparait bien vite que la jeune et indiscipliné pilote n’est un pion destiné à être sacrifié… Sa mort servira de justification à la République Terrienne pour annexer la planète Aoba afin de faire main basse sur une précieuse ressource… Mais Kovalski n’est pas morte et, surtout, elle n’est pas du genre à se laisser faire… Un récit de SF superbe et haletant… Annoncée comme étant une trilogie, ce premier tome de Hot Space immerge d’emblée le lecteur au cœur de l’action… Hot Space, planche du tome 1 © Kamiti / Lepixx / DavietLa structure narrative développée par Lepixx s’avère particulièrement tout à la fois exigeante et particulièrement efficace… L’auteur prend le temps de poser chacun de ses personnages, esquissant par petites touches leur portrait, tel celui de Nohraïa Kovalski… Car l’héroïne de la série se dévoile peu à peu au fil des pages et de de flashback venant préciser son passé et son caractère de tête brûlée rebelle à l’autorité… Peu à peu, les pièces du puzzle s’assemblent, révélant l’ampleur de la machination dont Kovalski n’est qu’un rouage, une victime sacrificielle destinée à servir des intérêts qui la dépasse… Dans le même temps, l’auteur développe un background qu’on devine dense où vont se mêler science-fiction, géopolitique, écologie et théologie, subtil cocktail évoquant par certains aspect l’univers foisonnant de Dune, incontournable chef d’œuvre de Frank Herbert… L’alternance de planches muettes et contemplatives, de scène d’action violente et débridée et de textes denses impulse un rythme très particulier au récit et renforce l’analogie avec l’œuvre d’Herbert. Le dessin de Lepixx est au diapason de son intrigue ciselée… Précis et nerveux, son découpage offre une lecture tout à la fois fluide et immersive alors que les superbes couleurs de Vera Daviet contribuent à poser cette savoureuse ambiance oscillant entre la science-fiction et le mysticisme. Hot Space, planche du tome 1 © Kamiti / Lepixx / DavietSon encrage appuyé confère à l’ensemble une identité graphique forte et son trait souple et généreux contraste avec la violence débridée de certaines scènes, les rendant plus percutantes encore. [Résumé] Lepixx nous immerge avec art dans un récit de SF solidement charpenté mettant en scène une héroïne indisciplinée qui va, bien malgré elle, se retrouver au cœur d’une machination diplomatique d’envergure… Pour un premier album, l’auteur fait montre d’une grande maîtrise narrative et graphique, posant les bases d’un univers solide et d’une trilogie particulièrement prometteuse… Il prend le temps de développer ses personnages et d’étoffer le background de la série tout en déroulant un récit implacable qui réserve bien des surprises au lecteur L’auteur, qui a fait ses premières armes en tant que dessinateur dans le JdR (Berlin XVIII, Bitume, Conspirations, Scales…) et participé à la jubilatoire aventure Klaw (porté par le talentueux tandem Ozanam / Jurion) signe avec Hot SPace un premier album solo particulièrement réussit… Le Korrigan

Catilina38

Le 07/03/2019

Kamiti est un jeune éditeur que j’aime bien car il fait de la très bonne SF, propose de superbes couvertures et que ce n’est pas facile de se faire une place dans la BD grand public aujourd’hui… J’avais apprécié Red Sun l’an dernier et attendais leur prochaine sortie. Sur le plan éditorial, c’est très propre, une maquette simple et cohérente, de bons visuels et une impression de qualité (en Lettonie). L’intérieur de couverture est vierge, comme c’est de plus en plus le cas en BD… dommage, j’aime bien les images grand format un peu énigmatiques que l’on trouvait autrefois dans les albums. Le pilote Nohraïa Kovalski, forte tête de la flotte de la fédération, est mutée sur l’astéroïde Ouranos après une altercation musclée. Envoyée en opération sur une planète désertique, elle se retrouve au cœur d’un feu nourri, dans une conspiration qui la dépasse. Seule et livrée à elle-même elle va devoir laisser sortir sa rage face à des soldats envoyés pour l’éliminer… Hot Space est l’oeuvre de Pierre Le Pivain (alias Le Pixx), illustrateur œuvrant de longue date dans le jeu de rôle et la communication. Pour sa première BD il propose des planches très propres qui sans être virtuoses entrent dans le canon des BD d’action SF Soleil-Delcourt. J’ai trouvé l’encrage un peu grossier, ce qui est dommage car ses personnages ont de vraies trognes et certains visages sont vraiment réussis. Mais ce qui caractérise son dessin 100% BD c’est une très grande lisibilité vraiment remarquable car ce n’est vraiment pas le cas de la majorité des BD d’action! Avec une couverture très percutante, la partie graphique fait le job. Mais ce qui accroche dans Hot Space c’est résolument le scénario et le découpage. Le Pixx se fait plaisir en proposant avec une grande maîtrise de la structure narrative des découpages serrés ou de pleines pages selon le besoin. Certaines BD d’action se lisent trop vite quand d’autres sont inutilement bavardes. Ici l’équilibre est parfaitement trouvé avec une intrigue simple reprenant la structure des films de série B d’action: une héroïne bad-ass est la cible de tous les salauds de l’espace mais a décidé de ne pas se laisser faire! La conspiration, assez vite révélée, n’est pas ridicule et permet surtout de mettre le lecteur dans de bonnes dispositions psychologiques pour attendre la prochaine tuile qui tombera sur son héroïne. La narration alterne entre Kovalski, une technicienne située sur la base orbitale et que l’on devine venir en aide à sa collègue dans les autres tomes et les méchants. Simple mais efficace. Niveau action c’est clair, net et précis, un peu bourrin, vaguement gore (à base de cerveaux explosés ou de bras arrachés) sans occuper pour autant toute l’attention de l’auteur qui déroule étape par étape son récit. Des éléments fantastiques finissent par poindre en fin de volume et l’on devine que ce sera le développement principal de la vengeance de la pilote, avec une chute très ironique pour un personnage que l’auteur a décidément décidé de faire vivre un max de difficultés… pour notre plus grand plaisir.