Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Ira dei

Volume 3, Fureur normande
de Vincent Brugeas , date de sortie le 06 septembre 2019
L'ennemi, c'est l'autre. Tous les autres.

Cycle Sicilien

1. L'Or des Caïds

2. La Part du Diable

Cycle Italien

3. Fureur normande

4. Mon nom est Tancrède

Lire la suite

Livraison estimée le lundi 15 juin 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

L'ennemi, c'est l'autre. Tous les autres.

Cycle Sicilien

1. L'Or des Caïds

2. La Part du Diable

Cycle Italien

3. Fureur normande

4. Mon nom est Tancrède

Caractéristiques

Titre Ira dei - Volume 3, Fureur normande
Série Ira dei
Editeur Dargaud
Date de parution 06 septembre 2019
Nombre de pages 55 pages
Dimensions 32,00 cm x 25,00 cm
Poids 609 g
Support Cartonné
ISBN / EAN 978-2-505-07560-8 - 9782505075608

3,8/5

tchouk-tchouk-nougat

Le 09/01/2020

Harald et Tancrède quittent la Sicile. Le bawileus l'abandonne pour mieux protéger l'Italie qui ploie sous les assauts normands de Guillaume conseillé par l'église. Après le cycle Sicilien, le cycle Italien donc. Nous retrouvons Robert, alias Tancrède, moins sur de lui moins arrogant depuis la perte de ses hommes. Harald écoute moins ses conseils, il s'éloigne de lui. Pourtant dans cette guerre, il aurait bien besoin de son sens tactique qui rivalise avec le roublard Maniakes. La dedans tout le monde a ses propres envies, ses propres plans, ses trahisons. Cela manigance à tout va quand ça ne se bat pas. Un nouveau tome enlevé et touffu. Aussi dense que ce dessin assez noir qui donne des scènes de batailles sanglantes.

Catilina38

Le 03/10/2019

J'avais déjà émis quelques réserves sur le tome 1 de la série... avant de me déjuger tant le tome 2 était flamboyant. Cette seule couverture (qui part illico dans mon top thématiques de l'année) suffit à m'émoustiller en illustrant l'art de la mise en scène extravertie de Ronan Toulhoat. Comme j'essaye de rester objectif, je dois reconnaître que cette fureur normande souffre de l'habitude que l'on a à la lecture de ces auteurs: la réalisation globale est excellente, c'est bien dessiné, bien écrit (bien qu'un peu obscure en matière de stratégie),... mais il manque un sel, peut-être un personnage, peut-être un retournement, je ne sais. Cette série s'inscrit dans l'exotisme d'une période méconnue du grand public et dans la finesse des manigances politiques. Le premier cycle a montré combien il fallait juger du double album-cycle dans son intégralité tant cette histoire est imbriquée, aussi je me garderais de rabaisser ce tome 3, mais j'ai éprouvé des difficultés avec une introduction où il est difficile de comprendre si l'on se place dans la suite directe (et dans ce cas pourquoi une narration) ou dans une variation. Sans-doute ais-je du mal à saisir le concept d'une série qui reste néanmoins fort agréable à lire.

SdImag

Le 27/09/2019

La Roue de Fortune Après un premier cycle captivant, Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat en amorcent un nouveau qui s’annonce tout aussi intéressant. Mêlant histoire et mythe, tissant au besoin ses propres légendes, telle celle de Tancrède / Robert qui structure le récit, le scénariste nous entraîne dans une Italie médiévale ravagée par des guerres sanglantes initiées par l’Eglise pour servir ses desseins politiques. Ronan Toulhoat fait une nouvelle fois montre de son sens de la mise en scène en signant des planches époustouflantes, chorégraphiant des combats aussi violents que sanglants et mettant en scène des personnages qui évoluent subtilement au fil des évènements… Ce Fureur normande abandonne Tancrède, Eudoxie et Marie en bien fâcheuse posture et il nous tarde de lire la suite de ce récit historique et épique mené de main de maître par deux auteurs au sommet de leur art…

Alfaric

Le 13/09/2019

Dans ce tome 3 intitulé "Fureur Normande", et qui après un diptyque sicilien constitue la première partie d'un diptyque italien, les auteurs continuent de mettre en scène un univers où on est tous le fort de quelqu'un (ce qui autoriserait à manipuler, contrôler, exploiter et écraser autrui) et où on est tous le faible de quelqu'un (ce qui autoriserait à se faire manipuler, contrôler, exploiter et écraser par autrui). Cet univers vertical qu n'autorise pas la liberté, l'égalité et la fraternité génère beaucoup de frustration, de colère et de haine : il faut s'attendre à trahir et à être trahi à tout moment. Plus que jamais l'homme est un loup pour l'homme… Nous sommes durant l'hiver 1041 : l'Église a misé sur les Byzantins pour se débarrasser des Musulmans, puis a misé sur les Normands pour se débarrasser des Byzantins en attendant le meilleur moment pour se débarrasser des Normands à leur tour… Après les trahisons et les retournement d'alliance, on a les Varègues avec Tancrède, Harald, Eudoxie et la belle Marie et on a les Normands avec Étienne, Guillaume de Hauteville, Hugues Tuboeuf et l'inquiétant Main-Gauche… Pour punir ne n'avoir su prévenir ce gros bordel, le strategos Maniakès est mis au cachot mais comme ses remplaçant sont tous plus incompétents les uns que les autres, on le sort du cachot pour reprendre son poste. Et comme il ne peut pas se venger de ses supérieurs, il se défoule sur ses inférieurs. Chez les Varègues on tente de se réconcilier pour se serrer les coudes, chez les Normands l'orage couve et le clash est imminent : Maniakès compte bien utiliser les uns contre les autres et tirer les marrons du feu, mais ce qui sauve le chef varègue donc le plan du strategos, c'est qu'Hugues n'a pas respecter les consignes de Guillaume pour se lancer dans un vendetta personnelle : le tome 4 sera une chasse à l'homme, et le gibier sera Tancrède ! La comédie humaine de Vincent Brugeas n'est qu'une longue suite de salauds et de salopes, et on cherche les traces d'humanité chez les moins antipathiques d'entre eux. Il est sur le fil du rasoir du grimdark martinien, mais j'avoue que j'ai davantage aimé l'équilibre de ce tome 3 que celui du tome 2. Car si i a changé son fusil d'épaule en abandonnant certaines pistes lancées à la fin du tome précédent, il est intéressant de voir notre antihéros impitoyable en proie au chagrin et au doute... le trait de Ronan Toulhoat n'est pas parfait, mais il dégage un énergie dont sont dépourvus bon nombre de ses collègues : je ne vais pas mentir, échéances obligent l'epicness est ici moins impressionnante que dans "Le Colosse Noir" mais a sacrément de la gueule quand même... PS: présenter le dramatis personae sous forme de vitrail médiéval est toujours aussi excellent