Prêt à feuilleter

La pharmacienne

de Igor, Olaf Boccère , date de sortie le 08 juin 2017
Une famille débauchée
dans un vaudeville d'une rare intensité érotique !

Pharmacienne de profession et soumise dans l'âme, Laura Desjardins tombe la blouse dès que Beau P', son nouveau... Lire la suite

Expédié sous 4 jours

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Une famille débauchée
dans un vaudeville d'une rare intensité érotique !

Pharmacienne de profession et soumise dans l'âme, Laura Desjardins tombe la blouse dès que Beau P', son nouveau compagnon, le lui ordonne.
Notre héroïne est loin de se douter que l'appétit sexuel est héréditaire :
jeune femme en apparence naïve, sa fille Bébé en connaît déjà un rayon
sur les hommes ! Quand Beau P' surprend l'effrontée entre les jambes
d'un camarade et décide de la faire chanter, tout bascule dans ce foyer
de province. Et l'arrivée d'Ernest, un cousin et voyou repenti qu'on héberge
pour quelque temps, ne fait qu'accélérer la débauche de la charmante famille...

Le plus grand roman pornographique du XXIe siècle
enfin adapté en BD par Igor et Boccère, les auteurs de
Chambre 121.

Caractéristiques

Titre La pharmacienne
Collection Canicule
Editeur Dynamite
Date de parution 08 juin 2017
Nombre de pages 60 pages
Dimensions 33,00 cm x 25,00 cm
Poids 640 g
Support Cartonné
ISBN / EAN 978-2-36234-158-8 - 9782362341588

4/5

Aelynah

Le 01/12/2015

Vous le savez j’aime beaucoup les écrits érotiques des éditions La Musardine. Ils ont généralement affriolants et soft, du moins ceux que j’ai lu jusque là et donnent une idée agréable et juste d’un érotisme poétique et suave. Pour ne pas rester cantonnée à mes goûts simples et gentillets, j’ai décidé cette fois de tenter autre chose. C’est l’avantage des récits, ils vous permettent des fantasmes livresques que vous ne seriez pas prêts à réaliser dans la réalité. Et on peut dire que sur ce titre, l’auteur et La Musardine n’ont pas menti. Esparbec se définit lui-même comme un « pornographe à part entière », cela donne déjà une idée plus que réaliste du contexte de lecture dans lequel je vais me lancer. « La pharmacienne » considéré comme un des romans classiques de l’érotisme contemporain n’a du nom de classique que son appellation, ou alors nous n’avons pas la même définition de ce terme. En cela le résumé est plus adapté et son appellation de roman pornographique « pur et dur » est tout à fait réaliste. Ma curiosité était donc titillée. Ici pas de poésie ni d’enrobage dans le lyrisme, la plume est incisive et brute. La crudité des propos va tout à fait avec l’ambiance et les scènes de sexe, loin d’être naïves et suaves sont décrites avec détails. Les descriptions sont minutieuses et chaque geste est détaillé de façon à ne nous faire rater aucune action, aucunes caresses, aucun frémissement des personnages. Les dialogues sont lubriques à souhait et chauffent le lecteur en même temps que les images qui défilent dans sa tête et sous ses yeux. Car dans cette nouvelle version éditée par La Musardine nous avons la chance de bénéficier, outre la plume effrontée et turgescente de l’auteur, des illustrations lascives et sensuelles d’Alex Varenne. En noir et blanc et placées à divers endroits du livre, elles rajoutent un côté presque voyeur à la lecture. Personnellement je les ai trouvées magnifiques et presque trop soft pour le roman. Mais elles y rajoutent une petite touche de douceur dans ce monde de turpitude et de décadence qui n’est pas sans éveiller le lecteur à un émoi plus sensible et profond. De son côté, le scénario est même parfois carrément facétieux digne d’un vaudeville érotique. Entre l’amant sous le lit ou sur le rebord de fenêtre, les chassés-croisés dans la nuit, ou simplement les occasions font le larron, on ne s’ennuie jamais… et les personnages non plus. Petit à petit la chaleur monte et les sourires parfois cachent aussi des troubles et émois. Lecteurs imaginatifs et chaud bouillants, voici une lecture pour vous. Pas de voile, ni de flouté dans cet érotisme nature et sans complexe. Pudibonds ou prudes, abstenez-vous car tout y passe. Adeptes de la fessée, de la sodomie ou de la fellation, vous serez gâtés, et par la nature assez généreuse de certains de ces messieurs mais aussi par la gourmandise sans équivoque de ces dames. Ici le sexe est élevé au rang de vocation, les personnages aiment ça, sans complexe, sans tabous. Et même si certaines pratiques ne sont pas les vôtres, Esparbec vous entraînera tout de même avec lui et cette petite famille dans les méandres de la lubricité familiale et à tous âges. C’est donc une fascinante découverte que cette pharmacienne et un délicieux moment coquin de lecture, à cependant ne pas mettre entre toutes les mains.

Claire066

Le 27/02/2014

C'est assez particulier et très immoral. Tout le monde n'appréciera pas le frère qui sodomise sa soeur de quinze ans tous les soirs en guise de bonne nuit par exemple. Bref, on adore ou on déteste, mais moi, si un jour un génie avec une troupe assez perverse produirait cette histoire sous forme de pièce théâtrale pornographique en hard cor, j'irais voir et je suis sure de prendre mon pied. C'est pervers, je sais.