Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Les Indes fourbes : ou Une seconde partie de l'histoire de la vie de l'aventurier nommé Don Pablos de Ségovie, vagabond exemplaire et miroir des filous...

de Alain Ayroles , date de sortie le 28 août 2019
Fripouille peu recommandable mais hautement sympathique, don Pablos de Ségovie nous livre le récit de ses aventures picaresques dans l'Espagne du Siècle d'or, et dans cette Amérique qu'on appelait encore... Lire la suite

Les Indes fourbes : un aventurier au Nouveau Monde

Avec Garulfo ou De cape et de crocs, Alain Ayroles nous a habitués à des scénarios échevelés, aux dialogues ciselés, et qui parviennent à concilier grande aventure et humour détonnant.
Avec Blacksad, Juanjo Guarnido nous a régalé les pupilles de son trait « cartoono-réaliste », ses couleurs à l'aquarelle sublimes, et son sens diabolique de la mise en scène.
Autant dire que nous étions un peu fébriles en ouvrant le résultat de leur collaboration : Les Indes fourbes, récit haut en couleur des pérégrinations de don Pablos de Ségovie dans l'Espagne et l'Amérique du Siècle d'Or.

Un roman graphique picaresque
Un « don » plus fripouille que noble, aussi sympathique que malhonnête, héros d'un « vrai » roman picaresque de l'époque (publié en 1626 par Francisco de Quevedo y Villegas). Et dont Ayroles et Guarnido s'emparent, pour écrire la suite des aventures.
Notre larron va sillonner le Nouveau Monde des Andes à l'Amazonie, entre combines, grands desseins, fortunes et malheurs... nous offrant près de 150 planches de pur plaisir, aussi bien pour les yeux que pour les cellules grises !

Livraison estimée le jeudi 07 mai 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Fripouille peu recommandable mais hautement sympathique, don Pablos de Ségovie nous livre le récit de ses aventures picaresques dans l'Espagne du Siècle d'or, et dans cette Amérique qu'on appelait encore les Indes. Tour à tour misérable et richissime, adoré et conspué, ses tribulations le mèneront des bas-fonds aux palais, des pics de la Cordillère aux méandres de l'Amazone, jusqu'à ce lieu mythique où se cristallisent tous les rêves du Nouveau Monde : l'Eldorado !

L'AVIS Du libraire

L'avis de Sandy, de l'espace culturel de Vernon

Une BD qui va devenir un classique tellement elle nous impressionne par ses couleurs (normal c'est le dessinateur de Blacksad), sa narration, ses paysages et ses personnages. Don Pablo vous attend ... Alors, quand on naît gueux ... le reste t-on ?

Caractéristiques

Titre Les Indes fourbes : ou Une seconde partie de l'histoire de la vie de l'aventurier nommé Don Pablos de Ségovie, vagabond exemplaire et miroir des filous...
Auteur Alain Ayroles
Editeur Delcourt
Date de parution 28 août 2019
Nombre de pages 159 pages
Dimensions 34,00 cm x 26,00 cm
Poids 1270 g
Support Relié
ISBN / EAN 978-2-7560-3573-4 - 9782756035734

5/5

marina53

Le 15/12/2019

Don Pablos de Ségovie grandit en Castille, au cœur d'une famille de gueux, adeptes des arnaques, des coups bas, des entourloupes, fourbes et peu scrupuleux. Lui qui rêve de gloire et d'argent, le voilà bien mal né ! Partant du précepte maintes fois seriné par son père, "Tu ne travailleras point", le jeune homme ne manque ni d'audace ni de sang-froid pour embobiner à qui mieux-mieux. Espérant améliorer son sort, il embarque, à bord d'un galion, vers le Nouveau-Monde. Mais, après s'être fait prendre à tricher aux cartes, il se fait jeter manu-milatari par dessus bord. Dérivant au gré des vagues, il finit par accoster sur une petite île, peuplée d'hommes noirs, les Cimarrones, esclaves rescapés d'un naufrage qui, visiblement, ne le portent pas dans leur cœur. Ils le laissent finalement en vie, amusés de ses pitreries et pas mécontents d'avoir deux bras en plus pour les aider dans la construction de leur nouvelle communauté. Mais, Pablo a d'autres ambitions et d'autres rêves et s'enfuit, en pleine nuit, vers un autre Eldorado... Alain Ayroles et Juanjo Guarnido nous offrent un roman graphique d'une incroyable richesse, aussi bien sur le fond que sur la forme ! Sur 160 pages, l'auteur nous plonge au cœur d'une épopée riche en rebondissements. L'on suit les tribulations de Pablos, de sa Castille natale à l'Eldorado en passant par le Pérou. Né gueux, Pablos n'a d'autre projet que de s'élever. Et pour ce faire, l'homme ne manque ni d'audace ni de ruse ni de perversité. L'auteur, lui non plus, ne manque pas de filouterie, brouillant les pistes, effectuant des revirements, le tout ponctué de flashbacks mettant en lumière un récit foisonnant. Tout est minutieusement et parfaitement orchestré. Les dialogues sont d'une incroyable verve, les personnages atypiques et grandioses. Graphiquement, le travail de Juanjo Guarnido est de toute beauté. Le trait est précis et détaillé, les couleurs riches, les paysages magnifiques (notamment cette jungle chatoyante et cette double page de l'Eldorado), les décors cossus. Une fresque historique incroyable...

Josephine2

Le 27/11/2019

« Les Indes fourbes ou « une seconde partie de l’Histoire de la vie de l’aventurier nommé don Pablos de Ségovie, vagabond exemplaire et miroir des filous ; inspirée de la première, telle qu’en son temps la narra don Francisco Gomez de Quevedo Y Villegas, chevalier de l’ordre de Saint Jacques et seigneur de Juan Abad,» est écrit sur la première de couverture, oeuvre publiée en 1626. Le ton est donné. Fabuleux, épique, truculent, foisonnant, passionnant, magnifique ! Don Pablos de Ségovie est venu au monde dans un milieu très pauvre d’Espagne. ll embarque pour les « Indes » afin d’y trouver fortune. On va suivre ses aventures rocambolesques et majestueuses, on va frémir, être horrifié, se gausser, se réjouir, tout à la fois à la lecture de cette BD. Je ne connaissais pas Ayroles, mais le scénario est époustouflant. Et que dire du graphisme qui est superbe, précis, flamboyant. Mais comment pourrait-il en être autrement puisque GUARNIDO n’est autre que le dessinateur de Blacksad ? (série que je vous recommande également si vous ne les avez pas encore lu). Bref, un très bon moment de lecture. C’est bientôt Noël, et cette BD est une très bonne idée de cadeau ! A vous de voir.

Crossroads

Le 27/10/2019

Si je pouvais, je lui mettrais toutes les étoiles qu'il y a dans le ciel. J'en fais peut-être trop, possible, mais je voulais juste souligner à quel point cette BD méritait de crouler sous un tombereau d'éloges. Premier constat, l'objet livre claque. Imposant de prime abord, il fleure déjà bon le très très gros panard visuel. Alors imaginez que les auteurs - Ayroles et Guarnido, siou'plaît - aient eu le bon goût d'y adjoindre un récit monstrueusement réjouissant et vous ne serez pas loin de dire « tu » au bonheur, le temps d'une formidable parenthèse enchantée. Don Pablos est un cas. Élevé par des parents, disons, atypiques, il n'aura de cesse de chercher gloire et fortune, avec un très net penchant pour le flouze sonnant et trébuchant, en parcourant le vaste monde. Un but ultime, découvrir l'Eldorado, cité mythique aux promesses infinies. Format inhabituel, pagination à l'unisson, Les Indes Fourbes fait dans le hors norme ! Un récit où vous adorerez vous perdre pour mieux vous retrouver. Une claque visuelle à base d'aquarelles, pur régal oculaire qui ne sait pas vraiment où poser ses mirettes tant les détails foisonnent tout en étant d'une beauté saisissante. Et que dire du scénar', petite pépite narrative, parfait combo de l'histoire pour les nuls et du guide du routard. J'y ai même trouvé quelques similitudes avec Usual Suspects, c'est dire la folle originalité du propos dans un tel contexte. Vous ne devriez pas le lire, vous allez le lire ! Je n'imagine pas un seul instant la déception au bout du chemin. Par contre, prévoir un peu de temps devant soi, le bonheur est à ce prix, bien dérisoire...

Tostaky61

Le 19/10/2019

On peut être effrayé par la place que prendra cet ouvrage dans sa bédéthèque, ou par son prix (oui, on a le droit d'en parler aussi...) mais voici une magnifique bande dessinée que tout amoureux du 9ème art se doit d’acquérir. Les aventures de Pablos, ce personnage, né gueux à Ségovie, qui débarque aux Amériques (que l'on nomme par erreur Indes à l'époque) et qui rêve d'atteindre l'El Dorado, de se couvrir de richesse et de troquer ses guenilles contre les plus beaux costumes d'apparat de la noblesse. Au fil des chapitres défile une vie de tromperies, de fourberies, d'usurpations où seul le lecteur sera complice de ses affabulations et d'un récit extravagant. Magnifiquement scénarisé et mis en images par le duo talentueux Ayrolles/Guarnido. A déguster sans modérations

ODP31

Le 21/09/2019

Faites comme moi une petite place dans vos bibliothèques surchargées, aux étagères menaçant ruine, pour cet album qui ne dépareillera pas entre Defoe ou Stevenson. Si la mode est à l’adaptation des grands classiques en bande dessinée avec plus ou moins de réussite, le projet ici me parait plus ambitieux puisqu’il invente une seconde partie à un grand roman picaresque, « La vie de l’aventurier don Pablos de Ségovie », écrit par Francisco de Quevedo, auteur majeur de la littérature espagnole durant le Siècle d’or. Contemporain de Cervantes, de Quevedo invente un héros, truculent vaurien, mendiant les mauvais jours, riche certains lendemains, escroc pour toujours. A la fin de ce roman, don Pablos embarque pour l’Amérique, les Indes de l’époque. Notre héros ne partage que la particule avec Don Quichotte. Chez Don Pablos, les rêves se transforment en ambition, son cœur bat plus pour l’or que pour une dulcinée et la noblesse ne l’intéresse que parce qu’elle rime avec richesse. Il laisse l’esprit chevaleresque aux doux rêveurs suicidaires. Guarnido, le dessinateur de « Blacksad » et Ayroles, le scénariste de « De Cape et de Crocs » réalisent un album qui fera date car il allie un dessin parfaitement adapté au récit d’aventures (traits expressifs, couleurs vives et paysages luxuriants), un scénario imprévisible qui recèle plus de rebondissements qu’un match de basket, et surtout une qualité d’écriture inédite pour le genre. Je pense que même les plus réfractaires aux BD peuvent trouver leur dose de prose dans ces bulles. De la littérature crayonnée et colorisée à l’ancienne. L’Histoire, me direz-vous. Don Pablos ne débarque pas en Amérique. Il y échoue après être passé par-dessus de bord du galion qui le transportait, incapable de toucher un jeu de cartes sans tricher. Une fois à terre, il part à la recherche d’un lieu mythique qui enchante les rêves de tous les aventuriers du nouveau Monde : l’Eldorado ! Dopé par un fort instinct de survie, le vaurien est un farouche activiste du moindre effort. Il suit en cela un des commandements de son père : « Tu ne travailleras point ». Il consacre toute son énergie à ses manipulations qui le conduisent à s’aventurer à la frise des Cordillères, dans la jungle amazonienne, à fréquenter des tribus sauvages, des esclaves, des inquisiteurs et de riches négociants. Il n’y a de la chance que pour la canaille. Don Pablos n’en manque pas. Ce n’est pas une étoile qui veille sur lui, c’est toute une constellation qui éclaire son chemin jusqu’au sommet du royaume. Don Pablos n’a donc rien du gendre idéal mais son culot et sa bonhomie le rendent sympathique et drôle. Comme dans toute œuvre picaresque, c’est le filou qui raconte son histoire et tel le Scapin de Molière, on lui pardonne tout, le lecteur devenant un complice amusé de ses fourberies. Sur une île déserte, comme je m’ennuie dès que je reste allongé plus de vingt minutes sur une plage, je n’emporterai que des pavés de plus de 600 pages. Du moins, c’était ce que je croyais jusqu’à la découverte de cet extraordinaire album de 160 pages que j’enregistrerai en supplément de bagages.