Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Zorglub

Volume 2, L'apprenti méchant
de José Luis Munuera , date de sortie le 21 septembre 2018
« Enfin une série à la hauteur de mon génie ! »

Eviv Bulgroz !

Zorglub, l'antagoniste le plus méchant, le plus mégalo et le plus maladroit de Spirou et Fantasio, dévoil... Lire la suite

Livraison estimée le mercredi 12 février 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

« Enfin une série à la hauteur de mon génie ! »

Eviv Bulgroz !

Zorglub, l'antagoniste le plus méchant, le plus mégalo et le plus maladroit de Spirou et Fantasio, dévoile son quotidien de père débordé et de terrible inventeur.

Zédrick, un gamin de 10 ans aux grandes lunettes, n'est pas un enfant à haut potentiel, mais a tous les potentiels ! Fan absolu du travail de Zorglub, il veut devenir son stagiaire pour tout apprendre de lui, le dépasser et devenir le maître du monde !

Rien ne va plus au pays du Z !

Caractéristiques

Titre Zorglub - Volume 2, L'apprenti méchant
Traducteur Anne-Marie Ruiz
Série Zorglub
Editeur Dupuis
Date de parution 21 septembre 2018
Nombre de pages 64 pages
Dimensions 30,00 cm x 22,00 cm
Poids 530 g
Support Cartonné
ISBN / EAN 978-2-8001-7421-1 - 9782800174211

3/5

bdelhausse

Le 06/09/2019

Bien lancé par le tome 1, j'ai attaqué le second avec ardeur... le début est envolé, plaisant. Dans le désert, Zorglub vend des oeufs... mais pas n'importe quels oeufs. Ceux-là se transforment en leurres gonflables... faux chars, faux lance-roquettes, faux F-16... Il a en effet promis à sa fille qu'il ne vendrait plus de trucs mortels. Voilà que surgit un casse-pieds. Cédric, prononcez Zédrik, 10 ans, le plus grand fan de Zorglub. Son objectif: apprendre le boulot de super méchant chez un maître du genre. C'est plus ou moins là que la BD a commencé à capoter. Longueurs, lenteurs, perte de rythme, humour un peu poussif... au fil des pages, on va alterner le bon et le moins bon. Munuera ramène Zandra, évidemment. Et Zédrik va en tomber amoureux. Et sa déception va se transformer en haine féroce. Dit comme cela, c'est jouable, mais c'est moins convaincant quand c'est mis en dessins. Au final, j'ai eu du mal à m'intéresser au devenir de Zorglub en mentor, à Zandra faisant le mur, à Shine sa copine lesbienne, à Zédrik en méchant impitoyable. Je trouvais que Munuera avait bien cerné les personnages dans le tome 1. Ici, il rebat les cartes et change encore d'optique. Zorglub devenu gentil, Zandra presque sage... on n'y croit pas.

BranchesCulture1

Le 30/10/2018

Munuera, la preuve par trois #3 : James Bond a son M, si Zohnny English devait avoir un Z, ce serait Zorglub ! Résumé de l’éditeur : Alors que Zorglub est en pleine négociation dans le désert pour son fonds de commerce habituel – qui inclut de la haute technologie et une capacité toute relative de destruction -, il fait la connaissance d’un personnage pour le moins curieux : Zédrik, dix ans, son plus grand fan. Mais Zorglub a déjà fort à faire avec Zandra, sa fille-droïde. Gérer un apprenti surdoué, certes, mais gérer une ado capable d’anéantir la moitié de la planète ? On ne dira pas le contraire : il est toujours plus facile d’être un génie du mal que papa ! À défaut d’être le M de James Bond, Zorglub pourrait très bien être le Z… de Johnny English. Et ce deuxième réserve peut-être encore plus de surprises que le premier, tellement attendu dans ses géniales inventions. Zorglub est imprévisible et ça convient tellement bien à la créativité débordante de Munuera. Ainsi sur une scène d’ouverture, un prologue, en plein soleil et dans un désert à perte de vue, le méchant devenu héros de série nous fait le vieux coup des zoeufs surprises (ou « oeufs zorgprises » tels que nommés dans l’album) desquels surgissent de véritables faux-tanks. C’est gonflé, comme l’opération Fortitude de la Seconde Guerre Mondiale. C’est pratique pour effrayer tous les chiens du désert alentour… jusqu’à ce qu’un nouvel ennemi pas plus haut que trois pommes surgissent tel une fata morgana pour venir s’amuser et péter les jouets guerriers gonflés à bloc. Comme un enfant qui tire sur le ballon et le voit partir dans tous les sens dans un grand éclat de rire. Pas sûr que Zorglub soit du même avis, ses plans sont dans le sable, inutilisables, et le bras de fer durera 62 planches. Zédric n’a l’air de rien mais il cache bien son Zeu. Quelque part entre Les Indestructibles et Moi, moche et méchant; Zorglub fait un peu plus entrer Zorglub dans le XXIe siècle, une ère robotique aussi étincelante qu’effrayante. Désormais, le rêve des enfants de devenir des super-héros sont dépassés, tous rêvent de devenir des super-méchants. Mais l’un et l’autre ne sont-ils pas liés et mués par les mêmes élans ? Munuera répond en partie à la question dans une aventure pop, encore plus maîtrisé que le premier album et alliant l’explosivité des grands sportifs à un sens de l’image toujours aussi réjouissant. Et puisque la double-planche est dépassée, José-Luis se la joue Imbattable et réalise une sextuple-planche qui se fond avec une attraction qu’on verrait bien au Parc Spirou, par exemple. Pop et fun, toujours avec Sedyas pour donner le ton, les couleurs et les ambiances à ces allers-retours entre base, désert, ville et le ciel (façon I believe I can flyZ); ce deuxième Zorglub prouve s’il le fallait encore que Munuera est fait pour l’univers Spirou et que la main de fer de Zorglub lui va comme un gant.