Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Une aventure des spectaculaires

Volume 3, Les spectaculaires prennent l'eau
de Régis Hautière , date de sortie le 19 septembre 2018
Paris est sous l'eau !

Alors qu'une crue de la Seine sans précédent entraîne l'inondation de quartiers entiers de la capitale, un mystérieux scélérat en profite pour piller banques et... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le mercredi 12 août 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Paris est sous l'eau !

Alors qu'une crue de la Seine sans précédent entraîne l'inondation de quartiers entiers de la capitale, un mystérieux scélérat en profite pour piller banques et musées. Le préfet Lépine demande l'aide des Spectaculaires, mais la tâche se révèle plus ardue que prévu.

En effet, le bandit dispose d'un arsenal de machines extraordinaires dont le caractère innovant a de quoi faire pâlir de jalousie le professeur Pipolet. Plus que jamais, s'ils ne veulent pas boire la tasse, Nos amis devront se montrer... Spectaculaires !

Caractéristiques

Titre Une aventure des spectaculaires - Volume 3, Les spectaculaires prennent l'eau
Editeur Rue de Sèvres
Date de parution 19 septembre 2018
Nombre de pages 59 pages
Dimensions 32,00 cm x 24,00 cm
Poids 614 g
Support Cartonné
ISBN / EAN 978-2-36981-900-4 - 9782369819004

4/5

Catilina38

Le 14/02/2019

Les Spectaculaires est une série qui semble partie pour gagner en maturité et se bonifier à chaque album. Le second tome qui transposait l'action hors de la capitale apportait une fraîcheur qui manquait au premier, et avec ce troisième tome on monte encore d'un cran. Avec des personnages récurrents que les auteurs ont la bonne idée de faire légèrement évoluer (le plus souvent de par les améliorations de leurs costumes), on ne se repose pas sur ses lauriers des running-gags, présents mais sans l'insistance qui tuerait l'humour. On reste dans le registre qui fait le succès de la série: une bande de bras cassés qui surnagent grâce à l'intelligence de la fille du groupe, Pétronille. Hautière en profite pour placer une petite attaque féministe à l'encontre des mœurs bien paternalistes de l'époque incarnées par le Préfet de police de Paris Louis Lépine qui imagine difficilement une fille faire la nique à ses troupes et au grand méchant de l'histoire, le Marsoin. Bien entendu, à côté de l'habillage historique (on retrouve des personnages réels et des lieux entrés dans l'imaginaire collectif dans chaque album), ce sont bien les personnages qui font le sel de la série. Avec un méchant très réussi (en mode Moriarty de Myazaki pour ceux qui connaissent), des héros totalement monolithiques pris individuellement mais proposant des scènes souvent tordantes lorsqu'ils rentrent en action, Les spectaculaires prennent l'eau est une vraie bonne lecture familiale où l'on rit sans se forcer. Signe de la prise de confiance et du plaisir des auteurs dans la réalisation de l'album, on trouve une nouveauté dans une habitude très Astérix: l'introduction de visages familiers donnés à des personnages de l'histoire (Blier ou De Funès par exemple). Dans ce monde rétro et vaguement steampunk tous les personnages semblent plus bêtes et les situations les plus absurdes les unes que les autres et le scénariste parvient néanmoins à proposer une véritable enquête policière qui se tient, à côté de nombreux comiques de situation et de langue (les palabres autour du nom du méchant, les effets imprévus de la radio de Pipolet ou le Batmobile...). Sur le dessin, les teintes sont plutôt ternes du fait des séquences nocturnes ou pluvieuses mais le design général est toujours aussi drôle, notamment les engins sur lesquels Arnaud Poitevin semble très concentrés. La colorisation de Bouchard apporte beaucoup à ce style crayonné et cartoon qui colle parfaitement à l'ambiance déglingue et débile de ce monde naïf. On finit par prendre ses petites habitudes avec les Spectaculaires qui mine de rien au bout de trois albums est déjà devenue une série classique dont on imagine mal un album raté. Tant que le plaisir réciproque est là il y a peu de risque.

LoupAlunettes

Le 31/01/2019

Comme souvent et c'est normal, nous prenons le train en marche pour une nouvelle série et nous vous emmenons avec nous. Nous vous proposons de courir les toits et les rues en compagnie de Superhéros. Ceux-là sont joliment rétro, nous sommes au début du 20ème siècle. Troisième tome sorti pour les aventures des Spectaculaires de Régis Hautière et illustré par Arnaud Poitevin. Nous allons apprendre à les connaître et les pages de garde vont nous y aider avec une galerie de présentations. Nous sommes déja amusés par ce lot de comédiens de Music Hall reconvertis en superhéros, ce par le truchement des inventions "spectaculaires!" du Professeur Pipolet. Les candidats sont comiques et ont leur petit travers, ce qui donne lieu à quelques comiques de situation justement (mais les textes ne seront pas en reste). C'est aussi pétillant et trépidant qu'un classique des aventures de "Spirou et Fantasio" de Greg et Franquin. La quatrième de couverture nous met déja dans le bain de la nouvelle aventure, si l'on peut dire, sortez les cirés et les super-bottes en caoutchouc, les héros et la ville entière vont affronter des pluies torrentielles et des montées d'eau inquiétantes. Les grands lecteurs penseront peut-être à un événement historique emprunté, la fameuse crue parisienne de 1910. Pour les détails nous vous renvoyons par exemple vers l'album jeunesse de la collection Archimède de l'Ecole des Loisirs, "Paris sous l'eau" de Fabian Grégoire. Mais ce n'est pas tout! Le trouble humide fera diversion et les gendarmes auront fort à faire aussi avec une série de cambriolages répétés. Il y aura de l'humour, on le sait, également à l'instar d'un Astérix de Goscinny puisque nous flirtons avec quelques jolies caricatures de personnalités, nous ne pouvons que reconnaître les comédiens Jean Rochefort et Louis de Funès (si les jeunes lecteurs ne les connaissent pas encore, cela sera une bonne excuse pour y revenir avec quelques films en famille). Nous repérons aussi, pour certains jeunes Bédéphiles, des références à la BD, avec la fameuse marque murale du vilain "le Marsouin" (si si, il se nomme ainsi), très proche de la fameuse marque jaune du duo "Blake et Mortimer" de Jacobs. Le Marsouin sera le grand méchant de l'histoire (très grand, avec ses échasses téléscopiques). Mais qui est-il? Il faudra donc enquêter les pieds dans l'eau et faire avec la maladresse chronique de la fine équipe de héros. C'est sympathique pour les jeunes zygomatiques. A découvrir.

Belzaran

Le 14/10/2018

Les Spectaculaires, la série qui se veut jeunesse de Régis Hautière et Arnaud Poitevin revient pour son troisième tome déjà. L’occasion d’asseoir cette série définitivement dans les librairies ? Après un deuxième tome réussi mais qui sortait déjà du canon initial, Hautière reprend ce qui avait fait l’essence du premier livre : une menace sur Paris. Début du siècle. La grande crue de la Seine. Une partie de Paris est sous les eaux. Une bande de brigands en profite pour dévaliser les bâtiments abandonnés au nez et à la barbe (la moustache ?) du préfet Lépine (celui du concours du même nom). Désespéré, il fait appel à l’équipe des Spectaculaires. Ce sont de belles idées qu’apporte Régis Hautière dans ce bouquin. Non seulement il utilise la crue de Paris comme prétexte à nombre de gadgets (sous-marin, bateaux, scaphandres…), mais le personnage de Lépine, à la fois préfet et créateur du concours, donne beaucoup de sel au scénario. On n’oublie pas que le professeur est justement un habitué des inventions et du dit concours… Les Spectaculaires, on le sait, sont une équipe de bras cassés utilisant des gadgets qui ne fonctionnent pas toujours… L’idée de les opposer à une équipe qui utilisent les mêmes objets, mais plus modernes et efficaces, est très intelligent. C’est devenu le principe de la série : c’est Pétronille, seule fille et seule personne intelligente, qui va permettre aux Spectaculaires de s’en sortir. En ajoutant nombre de remarques misogynes, les auteurs appuient sur cette caractéristique. Ainsi, sans avoir de gadget, Pétronille ne fait fonctionner que son cerveau. « Les Spectaculaires » font ici la part belle à l’aventure et aux enquêtes, comme lors du premier tome. Mais ce que l’on retient, c’est la bonne humeur qui déborde de partout dans l’ouvrage. L’art du dialogue est parfaitement maîtrisé par Hautière qui lance des punchlines à tout-va. Mais c’est surtout les running-gags qui nous font rire du début à la fin. Ainsi, le méchant s’appelle le Marsouin. Nos personnages, incapables de s’en rappeler, vont balancer un nombre incalculable d’autres noms… C’est bête mais terriblement drôle vu l’inventivité des noms trouvés… Le dessin d’Arnaud Poitevin est parfaitement adapté à l’ouvrage. Ses personnages caricaturaux, très dynamiques, conviennent au ton de l’album. Je regrette un peu quelques caricatures trop appuyées (de De Funès par exemple). Au lieu de voir un personnage, on voit les personnes réelles et ça nous sort du bouquin. Les grands anciens le faisaient, mais je ne trouve pas ça pertinent quand ça se remarque trop. Ce troisième tome des Spectaculaires est enthousiasmant. Le côté foutraque, plein de bonne humeur, le méchant ridicule… Tous les ingrédients sont là pour faire perdurer cette série qui, malgré tout, est grand public plus que jeunesse. À lire !

yanndallex

Le 27/09/2018

Voici donc la troisième aventure de nos intrépides spectaculaires mais un peu bras cassés… C’est avec un grand plaisir que nous retrouvons donc le professeur Pipolet et sa mémoire exceptionnelle, le charmeur Evariste homme chauve-souris (non non ce n’est pas Batman !), l’effrayant loup garou au cœur tendre qu’est Félix, le costaud aux apparences Eustache et la jolie Pétronille à la tête bien pleine et de loin la plus maline ! Et comme les deux précédents tomes, la lecture de celui-ci apporte humour et sourire ! Le livre : Je ne le dirai jamais assez, les ouvrages des éditions Rue de Sèvres sont juste magnifiques ! La qualité du produit est remarquable et fortement agréable au touché. La couverture, pour cette fois ci, au ton dominant orange contrastant complètement avec le thème de l’eau, rend l’ouvrage chaleureux est incite fortement à sa lecture ! La mise en scène de ce premier plat est encore admirable et pleine d’humour. Rien à dire on veut ouvrir ce livre ! Le dessin : Dès les premières vignettes, Arnaud poitevin nous met dans le bain en découvrant ces magnifiques faciès caricaturés d’un Louis de Funès et d’un Jean Rochefort (d’autant qu’ils n’ont joué que dans un seul film en commun…) ! L’ambiance comédie comique est ainsi instauré très rapidement dès les deux premières pages : Un inconnu réussi à faire évader de nombreux prisonniers sous le nez et la barbe du préfet Lépine et ses hommes, et signe son larcin d’un grand M rouge (et non jaune, mais on appréciera le clin d’œil !). Cet inconnu qui se fait appeler le Marsouin rivalisera d’ingéniosité contre le professeur Pipolet pour commettre ses cambrioles ! Ainsi nous auront droit à un festival d’inventions farfelues imaginées et dessinées par Arnaud Poitevin, et chaque idée exprimée par le professeur Pipolet sera au minimum quintuplée par le Marsouin… En bref, une incroyable course au progrès (et au plagiat) merveilleusement bien scénarisé et illustrée ! Le trait est forcément doté d’un excellent dynamisme pour faire vivre aussi remarquablement les protagonistes de l’histoire. Les personnages sont toujours aussi beaux, sympathiques et attachants ! Il existe d’autres effigies de personnes célèbres dans ce tome, je vous laisserai les deviner… Les couleurs chaleureuses et vivantes délectent nos iris et pupilles. Les ombres et lumières sont parfaitement maitrisées. Les effets dessinés nombreux ne perturbent pas le dessin. Les mises en scènes sont bien imaginées, fantaisistes et ponctuées de détails bien rafraichissants. L’environnement et le contexte historique permettent de grandes extravagances un peu steampunk burlesques et rocambolesques. Visuellement, vous l’aurez compris c’est un vrai régal ! Le scénario : Régis Hautière exploite habilement le fait historique de la crue centennale de la Seine en 1910. Ce postulat mis en place, l’idée de recrudescence de délits et infractions semble évidente mais en exploiter un scénario complet, cela devient plus balaise ! Et le scénariste regorge d’imagination en y mêlant le concours Lépine (en mettant à contribution des inventions comme les systèmes d’écoute etc…), la crue de la scène, des références à des acteurs célèbres etc… et le tout avec un humour subtil et compréhensible ! Il mènera ainsi ses héros en bateau dans une course poursuite trépidante et rafraichissante pour ferrer le gros poisson… Les dialogues sont brillants, intenses et remplis de références. Les techniques scénaristiques burlesques sont rodées, comme le comique de répétition loin d’être lourd dans ce cas, voire même plutôt habile et exquis, ou bien le vaudeville à l’effet toujours aussi « impromptu ». Le découpage est efficace et toujours aussi ingénieux, dynamique, agréable…avec de nombreux effets (superposition de cases, vignettes sans bordures, alternances d’alvéoles de différentes tailles etc…) J’ai beaucoup aimé. Cette intrigue policière rigolote va vous divertir j’en suis sûr ! Il s’agit probablement pour ma part de mon tome préféré à ce jour car les auteurs ont touché le style de plaisanterie que j’affectionne. Je vous le recommande fortement.