Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Peter Pan

Volume 1, Londres
de Régis Loisel , date de sortie le 05 décembre 2012
Les déceptions d'un monde odieux, la cruauté, les rapports avec la mère... «Peter Pan» est revisité dans cet album, que Loisel porte en lui depuis toujours et dans lequel il cherche à retrouver avec le... Lire la suite

Livraison estimée le lundi 22 juin 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Les déceptions d'un monde odieux, la cruauté, les rapports avec la mère... «Peter Pan» est revisité dans cet album, que Loisel porte en lui depuis toujours et dans lequel il cherche à retrouver avec le lecteur le regard de cet enfant qu'il était et qu'il est encore, tourné vers les étoiles.

Caractéristiques

Titre Peter Pan - Volume 1, Londres
Auteur Régis Loisel
Série Peter Pan
Collection Fantastique
Editeur Vents d'ouest
Date de parution 05 décembre 2012
Nombre de pages 56 pages
Dimensions 33,00 cm x 24,00 cm
Poids 640 g
Support Cartonné
ISBN / EAN 978-2-7493-0701-5 - 9782749307015

4,5/5

BazaR

Le 25/11/2017

Cette première plongée dans le Peter Pan de Loisel ne m'a pas déçu. le basculement progressif de l'atmosphère à la Oliver Twist vers le merveilleux un peu comique du Peter Pan de Disney offre au lecteur une belle palette de sensations. Quand je dis atmosphère à la Oliver Twist, c'est plus cru que Dickens encore, presque dérangeant par moments. On peut la rapprocher de ce qu'Arleston propose dans sa série Chimère(s) 1887, style du dessin inclus. Cependant on s'attache vite à ces gamins des rues qui finalement ne rêvent que d'une chose : avoir une maman. Retrouver des gags proches du dessin animé de Dysney (entre Mouche et Crochet surtout) m'a un peu surpris mais pas déçu. Cela allège un peu l'ensemble qui avait démarré de manière un peu lourde avec la description de la vie des enfants orphelin de Londres au 19ème siècle. le passage sur l'île réserve d'autres surprises dont je ne vais pas parler ici, histoire de vous donner envie d'aller voir. Un très bon début donc. Merci à Crazynath d'avoir attiré mon attention dessus.

Crazynath

Le 12/11/2015

Quand Loisel revisite l'histoire de Peter Pan, on est bien loin du célèbre dessin animé de Disney, . Cette version ci démarre dans un Londres glauque et sordide. Peter, jeune garçon élevé par une mère alcoolique, survit dans ce Londres de miséreux grâce à sa capacité à rêver et au soutien d'un vieil homme qui l'encourage à lire. Un jour, ou plutôt une nuit, survient une grassouillette petite fée qui n'aura de cesse de l'emmener dans un mystérieux pays avec des personnages bien curieux. Le démarrage de cette série commence très fort : Loisel nous fait découvrir la réalité des quartiers pauvres où pour survivre tout se monnaye, même le corps de ses enfants. Son dessin, son style qui n'appartient qu'à lui permet au lecteur de s’évader et de n'avoir qu'une envie : lire très rapidement la suite des aventures de ce Peter ( pas encore Pan )

manU17

Le 25/03/2013

Peter est jeune garçon vivant dans les bas-fonds de Londres. Entre autre occupation, il aime égayer la triste existence des enfants de l’orphelinat voisin en leur racontant des histoires merveilleuses, contes et légendes. Mais pour eux, le moment le plus merveilleux et le plus réconfortant, c’est quand Peter leur parle de sa mère. Cette mère qu’il leur décrit si tendre, douce, chaleureuse, aimante, dévouée, attentionnée, un portrait idyllique en somme… Seulement, ce portrait n’a d’idyllique que le nom, en effet, la réalité est tout autre. Peter la décrit telle qu’il aimerait qu’elle soit mais en fait, à l’opposé de ce qu’elle est… Peter ou l’art de réinventer sa réalité pour la rendre plus belle, non pas plus belle, moins sombre plutôt, juste un peu plus tolérable peut-être… Difficile de trouver sa place et d’évoluer dans la noirceur poisseuse d’une Londres à la moiteur décadente, où la terreur et la misère sont omniprésentes. Alcoolisme, violence, prostitution, agressions sexuelles, bêtise, traitrise, loi du plus fort se répandent plus insidieusement et plus tragiquement que le brouillard londonien… Et ne comptez pas sur les adultes pour en réchapper, englués qu’ils sont à se débattre dans la fange, pour tenter de s’en sortir ou pour mieux continuer à s’y vautrer sans le moindre déplaisir… Mais quand tout semble perdu, que l’avenir se repeint en noir, il suffit parfois d’une simple petite lueur pour retrouver l’espoir. Scintillante et phosphorescente, telle une étoile filante, surgit alors la fée Clochette qui va le conduire vers des aventures totalement dépaysantes. Un nouveau pan de l’histoire peut enfin commencer… Loisel revisite ici de manière véritablement surprenante le mythe de Peter Pan. Le réalisme sordide de départ donne de l’ampleur à des personnages d’emblée attachants et le résultat s’avère plus que convaincant. Un album magistral à découvrir absolument ! Peter Pan, tome 1, de Régis Loisel : vite, la suite !

marina53

Le 24/01/2013

Hiver 1887, Londres. Les rues semblent avalées par un brouillard épais et mortifère. L'air est glacé et vous saute à la gorge pour mieux vous surprendre. Dans ce froid hivernal, Peter, enfant de la misère, raconte à d'autres orphelins des histoires, de très belles histoires qui réchauffent le coeur. Peter a un don. Il captive son auditoire et le transporte vers des contrées lointaines bien loin de l'indigence qui rythme leur quotidien. Mais même les meilleures histoires ont une fin ! Un homme surgit et les chasse à coups de pied tels des nuisibles. N'est ce pas ce qu'ils sont, au fond ? Des nuisibles oubliés de tous et oubliés de la vie. Peter n'a d'autres choix que de retourner auprès de sa mère, alcoolique, qui le somme de lui rapporter une bouteille coûte que coûte. Mais Peter n'a pas d'argent pour la payer. Il ose tout de même s'aventurer dans un bar, où traîne un vieil homme très gentil, Monsieur Kundall. Celui-ci, ami de Peter, passe des heures à lui raconter de belles histoires, notamment celle de son père. En voulant rentrer chez lui avec la bouteille, un homme l'agresse et lui fait subir les derniers outrages... Il lui vole sa jeunesse et sa vie et ses rêves. Elles sont bien loin les contrées merveilleuses du petit conteur...Traumatisé, il décide alors de tout quitter: son foyer, les ivrognes de la rue, les prostituées...Mettre fin à tout cela pour survivre ! Effacer les souvenirs destructeurs et lancinants ! En pleine nuit, croyant apercevoir une étoile filante, il se rendra compte que celle-ci n'est autre qu'une fée... Peter décide alors de la baptiser la fée Clochette et de la suivre, en volant au dessus de Londres...pour aller vers le pays imaginaire... Mais cette fée n'est peut être pas aussi dévouée et altruiste qu'il y paraît... Beaucoup plus sombre et froide que la version édulcorée de Walt Disney, cette adaptation de Loisel détonne par son graphisme et son ton profondément tragique, dès les premières pages. L'intrigue est menée tambour battant, on suit les péripéties de Peter avec effroi et espoir. le graphisme est essentiellement constitué de couleurs sombres, les dessins rendent bien compte de la misère et de la désolation, tout ceci collant parfaitement au scénario abominable de ce premier tome. le personnage de Peter est réellement intéressant et touchant et on n'a qu'une seule envie : les suivre Clochette et lui dans leurs prochaines aventures dans ce pays imaginaire qui semble être une terre promise pour Peter. Prudence, lecteur ! Entre le rêve et le cauchemar, entre le ciel et l'enfer, entre le merveilleux et l'horreur, les frontières sont parfois bien minces...