Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Nada

de Doug Headline, Max Cabanes , date de sortie le 05 octobre 2018
- Qu'est-ce tu veux au juste ?

- Des camarades et moi, on aurait besoin d'un expert.

- Expert en quoi ? Je suis expert en des tas de choses.

- Les camarades en question ... Lire la suite
Le nouveau chef d'oeuvre de Cabannes, adaptation d'un néo-polar dans les règles de l'art : un roman noir en BD, amer et désespéré.

Davantage de conseils dans notre Guide BD 2018.

Livraison estimée le lundi 15 juin 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

- Qu'est-ce tu veux au juste ?

- Des camarades et moi, on aurait besoin d'un expert.

- Expert en quoi ? Je suis expert en des tas de choses.

- Les camarades en question et moi, on va se payer l'ambassadeur des États-Unis.

En ce tout début des années 1970, les cendres de mai 68 rougeoient encore et les âmes insatisfaites s'embrasent vite. Comment diable s'occuper en attendant le Grand Soir, si l'on est un petit groupe de paumés d'extrême gauche ? Et si on frappait un grand coup : enlever l'ambassadeur des États-Unis en plein Paris, au nez et à la barbe des forces de l'ordre ? Riche idée, sauf si la mort vous attend au bout de la route...

En adaptant Nada du romancier Jean-Patrick Manchette, Max Cabanes au dessin et Doug Headline au scénario ont su restituer tout l'amer désespoir de ce chef-d'oeuvre du néo-polar.

Caractéristiques

Titre Nada
Collection Aire libre
Editeur Dupuis
Date de parution 05 octobre 2018
Nombre de pages 188 pages
Dimensions 31,00 cm x 24,00 cm
Poids 1223 g
Support Cartonné
ISBN / EAN 978-2-8001-6251-5 - 9782800162515

4/5

Lesyeuxdelamomie

Le 11/01/2020

C'est un livre écrit sous le double patronage de Hegel et du Chasseur français. On reconnait bien là Manchette qui était un intellectuel pragmatique. Oui à la révolution, mais en attendant, profitons du système pour bouffer. Il aimait le cinéma d'auteur mais écrivait aussi bien pour Max Pécas. Bref, trois gauchistes révolutionnaires et un tueur revenu de tout décident de kidnapper l'ambassadeur américain à Paris. On est dans les années 70. Y a aussi une jeune femme qu'a pas froid aux yeux avec eux. Le kidnapping occasionne un peu de grabuge… Dans ce roman, Jean-Pat voulait mettre en garde contre les actions individuelles. Non pas d'un point de vue moral, mais par risque de la récupération étatique. C'était une autre époque, celle où la violence exerçait une certaine fascination chez les intellectuels. Ça leurs ait globalement passé.

KiriHara

Le 30/10/2016

Jean-Patrick Manchette est l'initiateur d'un courant littéraire qui frappa la France au début des années 70 et qui se poursuivra dans les années 80 : le Néo-Polar. Si le genre est principalement représenté par des auteurs de gauche, voire d'extrême gauche (JP Manchette, JB Pouy, Didier Daeninckx...), il compte aussi des auteurs de droite comme l'excellent A.D.G. Le Néo-Polar est l'utilisation des codes du roman policier pour dénoncer les excès de la société, de la politique, de la finance... Militant d'extrême gauche, Manchette profite de son roman « Nada », pour dénoncer le terrorisme d'extrême gauche à travers l'enlèvement d'un ambassadeur américain par un groupuscule politique. Dénoncer ? Pas totalement. Manchette ne jette pas l'opprobre sur ses personnages même si son récit tente d'expliquer que le terrorisme d'extrême gauche est une erreur de la part de ceux qui la pratiquent. En clair que, même pour défendre des idées honorables, tous les moyens ne sont pas bons et même des gens bien intentionnés peuvent générer la violence et le meurtre et ne récolteront, en retour, que la violence et le sang. Car, si, effectivement, les anarchistes du groupe « Nada » ont des côtés attendrissants et touchants alors qu'ils vont sombrer dans l'ultra violence, le flic, en face, sous des aspects sympathiques, finit par se montrer sous son jour monstrueux. Et au-dessus ? Au-dessus, les politiciens sont dépeints comme des êtres encore plus horribles, car plus hypocrites, se servant des terroristes et des policiers pour faire avancer leurs carrières. Jean-Patrick Manchette nous livre donc un roman dans la pure veine des ouvrages de Jean-Patrick Manchette, c'est-à-dire, violent, sombre, engagé, sanglant. « Nada » est un réel pamphlet contre la politique et l'état et une tentative d'expliquer à qui serait tenté que la violence ne sert pas forcément une cause.

DanielGauthier

Le 10/03/2010

Jean-Patrick Manchette est un des meilleurs écrivains (français) de polars de l'après-guerre, reconnaissable entre tous à son style fluide, froid, sec, à la limite de l'impersonnel - qui fait penser à l'Anglais Ted Lewis, autre très grand. Ce style lui sert à accélérer sans cesse l'action, mais également à se distancier de ses personnages - et Manchette parvient ainsi à créer des romans sans vrais "bons" ni vrais "méchants". Dans "Nada", écrit en 1972, soit en pleine effervescence gauchiste, il peint les membres d'un groupuscule anarchiste (ni franchement des lumières, ni des cadors) aux prises avec la police (pas franchement angélique), pour renvoyer dos à dos le terrorisme d'extrême gauche et le "terrorisme" de l'Etat français. Pour l'époque, condamner le terrorisme, où allait verser "Action Directe", était à la fois courageux et visionnaire - et on lui fera grâce de sa condamnation des "CRS-SS", un des rituels de l'époque.