Prêt à feuilleter

Les vieux fourneaux

Volume 4, La magicienne
de Wilfrid Lupano , date de sortie le 10 novembre 2017
« Bande d'égoïstes !

Les champignons, la Chope ! C'est bien la France, ça !

Vous passez votre temps à râler que rien ne change, et quand ça change, vous gueulez que ça sera plus comme avant ! »

Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le jeudi 24 octobre 2019

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

« Bande d'égoïstes !

Les champignons, la Chope ! C'est bien la France, ça !

Vous passez votre temps à râler que rien ne change, et quand ça change, vous gueulez que ça sera plus comme avant ! »

Caractéristiques

Titre Les vieux fourneaux - Volume 4, La magicienne
Editeur Dargaud
Date de parution 10 novembre 2017
Nombre de pages 56 pages
Dimensions 30,00 cm x 23,00 cm
Poids 494 g
Support Cartonné
ISBN / EAN 978-2-505-06542-5 - 9782505065425

4,6/5

lyoko

Le 15/05/2018

Une fois encore je suis partie en franche rigolade avec nos vieux... si dans la vraie vie il parait qu'on les oublie ici ce n'est absolument pas possible. Des personnages aussi bien campés sont inoubliables. Sophie et son grand père reviennent de tournée, mais beaucoup de changement ont vu le jour dans le petit village. Une ZAD s'est installée. Franchement l'humour de Lupano est une perle. Parfois c'est un peu gros il faut bien l'avouer. Mais quand c'est tiré et caricaturé a volonté de la vraie vie et de l'actualité c'est franchement à se rouler par terre. Une fois encore ma petite famille m'a prise pour quelqu'un qui avait besoin de consulter... ils trouvent bizarre de rire aux éclats en lisant (et bien moi pas !).. et j'ai droit aux regards un peu lourds... je crois surtout qu'ils sont jaloux ;) Ce tome 4 nous fait quelques révélations mais pas encore tout... d'ailleurs le final nous laisse présager un tome 5 qui pourrait être très très intéressant. Bref une fois encore, je me suis juste régalée et attend la suite avec impatience

TheWind

Le 05/03/2018

Qu'y a t-il de commun entre une sauterelle dite"magicienne dentelée", un loup en slip, une Zad et Game of Thrones ? Aucun point commun à priori.. Eh bien si, le tome 4 des Vieux Fourneaux ! C'est la fin de la première tournée d'été du petit théâtre de marionnettes de Sophie, "Le loup en slip". Retour au bercail et ..surprise ! Une ZAD vient de s'installer près des champs de Berthe là où devait se faire l'extension de l'usine de Garan-Servier et pour cause : on vient d'y trouver une sauterelle très rare et protégée. Vous voyez toujours pas le rapport avec Game of Thrones ?? Mais si, enfin, c'est évident. Ce sont Les vieux fourneaux tout de même ! Mensonges, sales coups, rebellions, beau gosse, vieux tout rabougris, secrets de famille bien enfouis, dialogues percutants, et en prime une magicienne ! Avec un suspense de fin de saison insoutenable... Eh bien, voilà, vous comprenez mieux, hein ? Bon, eh bien, Les vieux fourneaux, c'est comme Game of Thrones, y a des saisons plus convaincantes que d'autres...Ce tome-là était un peu en dessous, à mon avis, de son niveau habituel. Avec des gags un peu moins tordants, des jeux de mots moins rigolos, un scénario un peu plus faiblard.. Mais, c'est pas grave, Lupano se rattrapera au tome suivant !

marina53

Le 13/02/2018

Après 17 dates qui connurent un franc succès, le théâtre de marionnettes du Loup en slip peut souffler un peu et tirer ses rideaux, avant une ultime représentation. Pas mécontente et pas peu fière, Sophie va enfin pouvoir rentrer chez elle. Elle remercie chaleureusement son grand-père, Antoine, sans qui tout cela n'aurait pas été possible puisque lui s'occupait de son arrière petite-fille, Juliette. De retour au bercail, il est tout étonné lorsqu'il apprend de ses amis que, pendant ses trois semaines d'absence, une ZAD s'est installée sur le terrain que l'entreprise Garan-Servier veut exploiter pour s'agrandir. Malheureusement, à cause de la magicienne dentelée, une espèce rare de sauterelle protégée par les normes environnementales européennes, ce projet semble remis en cause. À La chope, les avis divergent. Certains, comme Antoine, sont pour un agrandissement de l'entreprise avec, à la clé, la promesse de nouveaux emplois. D'autres, au contraire, préfèrent qu'on laisse la nature tranquille. Remonté, Antoine ne compte pas se laisser faire et va leur expliquer, aux babas cools, le fond de sa pensée... Voilà un quatrième tome ancré dans l'air du temps... À une époque, pas si lointaine, où il était question de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, Wilfrid Lupano nous emmène à Moissac où, là aussi, des Zadistes viennent défendre la magicienne dentelée. S'ensuivent des réflexions tout aussi intéressantes sur le bio, le développement économique, les déserts médicaux... L'auteur nous en apprend un peu plus sur le père de Juliette mais nous intrigue un peu plus sur celui de Sophie. L'on retrouve avec plaisir nos chers papys (même si Émile manque un peu à l'appel), toujours aussi énergiques, drôles et facétieux, les seconds rôles n'étant pas en reste tels que le président de la fédération de chasse ou encore le beau Vasco. Les dialogues fusent et ne manquent pas de piquant. Wilfrid Lupano nous offre encore un tome jouissif et intrigant, servi par un dessin expressif et fouillé de Paul Cauuet. À noter que nos chers papys verront bientôt le jour sur nos grands écrans, incarnés par Pierre Richard, Eddy Mitchell et Roland Giraud. Qui sera qui ?

Erik35

Le 11/12/2017

LA CAMBROUSSE, C'EST PIRE QUE GUIMAUVE FROMBZE... Bien évidemment, il faudra prendre le temps (et ce temps-là, ce n'est pas de l'argent : c'est juste du bonheur en barre et du rire à gorge déployée) de lire le quatrième et, pour l'heure, dernier volume de ces sacrés Vieux Fourneaux, pour comprendre qui peut bien être cette Guimauve pas forcément si sympathique qu'elle en a l'air. En attendant, oui, c'est un sacré capharnaüm que ce petit coin de ruralité du Tarn-et-Garonne où réside Antoine, surplombée par les modernes laboratoires pharmaceutique Garan-Servier, un petit coin de France jadis si tranquille avant que ne s'y retrouve trois vieux compères - Antoine l'ancien syndicaliste, Pierrot le vieil anar' et toujours vaillant avec ses amis de "Ni yeux, ni maîtres" ainsi que l'éternel baroudeur, ancien pilier de rugby, Mimile - accompagnés de la jeune et turbulente Sophie, petite fille au caractère bien trempé du premier cité (voir dans le premier album). On se souviendra que cette fameuse Sophie avait, moyennant quelques petits secrets de double comptabilité, réussit à convaincre les dirigeants du laboratoire à agrandir leur surface et, par voie de conséquence, l'embauche en reprenant un projet enterré trente ans plus tôt. Tout semblait rouler comme sur le vieux fourgon rouge avec lequel Sophie se déplace dans le pays pour ses spectacles de marionnettes. Pourtant, c'est l'inverse qui est en cours : Une ZAD (Zone À Défendre pour ceux qui débarqueraient de la planète Mars et n'auraient jamais entendu parler de celle de Notre Dame des Landes. Dire NDDL) s'est installée sur les anciens terrains vendus à prix d'or par Berthe (voir le troisième album). Pourquoi ? Tout simplement parce qu'une étrange bestiole répondant au nom aussi étrange qu'évocateur de "Magicienne dentelée" semble se trouver fort bien sur ces terrains-là, et qu'elle est protégée par la directive européenne "Natura 2000"... Alors, soyons clairs : c'est un village en quasi état de guerre que Sophie accompagnée de sa fille et d'Antoine, retrouvent à leur retour de tournée de marionnettes. Comme un malheur n'arrive jamais seul, la fameuse camionnette rend l'âme et le couvreur qu'attend la jeune femme depuis des lustres se décommande. Cerise sur le gâteau, le père-mystère de la jeune femme se débine, après avoir promis de venir passer quelques jours avec sa fille. Marasme quand tu nous tiens... De son côté, bien évidemment, Antoine est à deux doigts de la crise cardiaque mais il n'est pas tout à fait le seul, l'arrêt des travaux signifiant l'éloignement possible d'une manne financière et d'un peu d'emploi dans cette région reculée du midi-Pyrénées : les locaux sont partagés mais globalement remontés contre ces zadistes que d'aucuns confondent sans peine avec des gens du voyage dont ils ne veulent pas. Une réunion d'information est donc organisée par les opposants à la destruction de l'habitat de cette magicienne à laquelle une bonne partie de la population assiste. On y découvre ainsi ce qu'est - et ce n'est pas une invention des auteurs - cette bizarre et fascinante Magicienne dentelée : une sauterelle de très grande taille et sans aile, seul et très rare animal de notre territoire national à pouvoir se reproduire intégralement par parthénogenèse, sans mâle donc, ses rejetons étant ainsi ses parfaits clones ! Mais que peut valoir une petite bestiole face aux intérêts économiques et sociaux en jeu ? Pas grand'chose... À moins qu'une troupe décatie mais vaillante d'antiques anar' parisiens ne débarque sur ses entrefaites, Pierrot en tête, bien entendu ! Comme dans les précédents albums, Wilfrid Lupano et Paul Cauuet nous gratifient d'une galerie de personnages vraiment pas piqués des hannetons, qu'il soit président de la fédération de chasse locale, qu'il soit pilier de bistrot père d'un charmant - très, très charmant - agronome qui sera cause de scènes totalement fantasmées par Sophie mais d'une drôlerie bibliquement imparable ou encore d'un vieux militaire retraité, un ancien capitaine de légion surnommé Zébu et pour lequel la vie est un combat, au sens strict. Chaque album étant plus ou moins dédié à l'un des personnages principaux, cette fois c'est au tour de Sophie de nous découvrir ses petits secrets. On en apprendra ainsi un peu plus sur le mystérieux père de sa gamine, de même que la marionnettiste en apprendra à son tour un peu sur ce père qu'elle connait si mal et qui semble constamment s'échapper pour des raisons que tous ignorent... Ou ne souhaitent pas raconter. Toujours aussi politique que les précédents, cet album-ci fera sans doute rire un peu plus jaune dans la mesure où il évoque des sujets sensibles, très sensibles de notre quotidien : l'écologie, l'économie, la vie dans nos campagnes, le chômage et cet éternelle incompréhension entre urbains et ruraux, accessoirement entre jeunes et un peu moins jeunes. Autant de thèmes qui, bien souvent, semblent devoir s'affronter, être mis en concurrence voire s'avérer franchement irréconciliables mais que nos deux auteurs abordent avec intelligence, sans totalement prendre parti entre les protagonistes principaux - dans la mesure où bien des réflexions des uns et des autres paraissent recevables, selon l'angle envisagé - quoi que nos deux créateurs finissent par indiquer clairement de quel côté ils se situent, certes en usant d'une pirouette inattendue, mais toujours avec un humour parfait, déjanté, imprévisible dont on redemande sans se lasser tellement c'est bon ! Et puis... Sans rien dévoiler de la fin de l'album, dont on aurait pu craindre qu'il fut le dernier, chacun des principaux protagonistes ayant eu le leur, le lecteur se rassurera en comprenant qu'il n'en a pas encore terminé avec ces Vieux Fourneaux décidément impayables. Vivement le cinquième qu'on s'gondole (intelligemment) !

Ziliz

Le 12/11/2017

Où l'on en sait plus sur le papa de la grande Sophie, et sur celui de la petite Juliette... Toujours politico-écolos, les auteurs nous offrent une histoire de foutage de gueule industriel, où Garan Servier fait encore des siennes au nom du redressement économique local et du mieux-être des individus. Une 'noble cause' évidemment au mépris de l'environnement, entre autres. Heureusement, les anti- peuvent compter sur la Magicienne, ainsi que sur les Zadistes qui ont pris possession des lieux et sur quelques renforts surprises... Toute ressemblance avec l'actualité n'est évidemment pas fortuite - des affaires en cours comme celle-là, il y en a à la pelleteuse... Bon album, tout à fait dans l'esprit des précédents, mais peut-être moins déjanté et moins riche. Les auteurs nous ont habitués à plus de rebondissements, de gags, et de dialogues savoureux ? J'ai pris le parti de ne pas relire les trois premiers avant d'attaquer ce quatrième volet, je ne sais pas si une 'révision' aurait changé la donne. On reste sur sa faim avec la dernière page - zut, s'il faut attendre encore deux ans pour avoir des réponses aux questions restées en suspens... #128530; Quoi qu'il en soit, j'admire et savoure toujours autant l'esprit et le travail de ce binôme de choc, et celui du dessinateur Paul Cauuet en particulier, son sens du détail (notamment dans les attitudes de la petite Juliette).