Prêt à feuilleter

Les aventures de Lucky Luke d'après Morris

Volume 8, Un cow-boy à Paris
de Jul , date de sortie le 01 novembre 2018
Lucky Luke est missionné pour escorter Auguste Bartholdi qui a commencé sa tournée aux Etats-Unis pour lever les fonds nécessaires à l'achèvement de la future statue de la Liberté. Chargé de suivre le... Lire la suite

En stock en ligne

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Lucky Luke est missionné pour escorter Auguste Bartholdi qui a commencé sa tournée aux Etats-Unis pour lever les fonds nécessaires à l'achèvement de la future statue de la Liberté. Chargé de suivre le sculpteur français jusqu'à Paris, le cow-boy doit traverser l'Atlantique pour la première fois.

Caractéristiques

Titre Les aventures de Lucky Luke d'après Morris - Volume 8, Un cow-boy à Paris
Auteur Jul
Editeur Lucky comics
Date de parution 01 novembre 2018
Dimensions 30,00 cm x 23,00 cm
Poids 385 g
Support Cartonné
ISBN / EAN 978-2-88471-453-2 - 9782884714532

4,3/5

marina53

Le 30/12/2018

Ce n'est pas seul, pour une fois, que Lucky Luke parcourt les longues plaines de l'Ouest mais suivi par une belle brochette de Dalton. Encore une fois, le cow-boy les ramène au bercail. Direction aujourd'hui la prison de Cross Junction. En route, ils tombent sur un bien étrange spectacle : un main géante portant une torche autour de laquelle se trouve ficelé un homme que des Cheyennes semblent vouloir décapiter. En bon justicier, Lucky Luke sauve cette pauvre âme en peine et réussit à réconcilier les deux parties. Cet homme, Auguste Bartholdi, sculpteur français de son état, est chargé de faire connaître cette main, appartenant à la plus grande statue jamais réalisée, La liberté éclairant le monde, au peuple américain. Et par là même tenter de récolter quelques fonds pour pouvoir terminer le socle. Cette statue sera érigée sur une île, à New-York. Malheureusement, le directeur du pénitencier de Cross Junction ne le voit pas de cet œil-là car c'est justement l'endroit qu'il a choisi pour construire sa future prison.. Lucky Luke délaisse pour un (court) temps son grand ouest sauvage et débarque, en compagnie du sculpteur français, Auguste Bartholdi, en France. Plus exactement à Paris où il déambulera le long des boulevards haussmanniens, dînera dans un restaurant, boira un café en terrasse, parcourra l'hippodrome de Longchamp et fera des rencontres incroyables (Eiffel, Hugo, Verlaine...). Ce 8ième album des nouvelles aventures de Lucky Luke se lit avec un plaisir certain. Le scénario, bien amené et cadré, se veut dans l'esprit de Morris. Jul s'amuse de l'actualité et use de bons mots. Graphiquement, le dessin d'Achdé se rapproche grandement de celui de Morris. Un album divertissant !

Crossroads

Le 09/12/2018

Le poor lonesome cow-boy est de retour et il flingue toujours avec autant de prestesse. Après avoir sauvé le scalp en délicatesse de l'auguste Auguste Bartholdi (Babar pour les intimes de source peu fiable) et présentateur vedette du show "des sousous pour ma statue de la liberté siouplaît", notre amateur de brindille machouillée fera, dès lors, office de garde du corps durant toute la souscription nationale américaine avant de l'accompagner au pays des mangeurs de grenouille un brin contrariés en ce moment, me suis-je laissé dire. Hey, Lucky, t'as jamais pensé à troquer ton seyant gilet noir contre un jaune du plus bel effet et très actuel question tendance qui plus est ? Tu devrais peut-être y réfléchir sérieusement. La mode étant à la délocalisation, ce nouvel opus s'y inscrit donc pleinement. Qui n'en veut de mon dernier Lucky, c'est qui qui n'en veut ? Vous devriez, au regard de la qualité affichée de ses tous derniers exploits. Un récit maîtrisé s'appuyant sur moult recherches respectables et un humour démultiplié. Qu'il soit visuel, de référence ou bien encore à base de calembours et autres jeux de mots forts à propos, le ton sonne juste et fait écho aux innombrables sourires suscités par ce tome, huitième du chiffre. Une aventure hyper référencée (castafiore, Trump, courage des pompiers américains et vilains cheminots grévistes, un canari encagé nommé Papillon...) qui s'ancre dans un climat très actuel (pollution à Paris, délicatesse proverbiale des commerçants de Paname...). Belle maîtrise de l'intrigue et du tempo lolesque. Très bon moment.

Eric75

Le 18/11/2018

C'est avec ce titre bien alléchant que je renoue avec la série « officielle » des Lucky Luke, pratiquement abandonnée en ce qui me concerne depuis l'âge des culottes courtes et des colts en plastique glissés sous la ceinture, excepté une incursion récente en tant que chroniqueur sur le territoire de Matthieu Bonhomme. Et, pour faire bonne mesure, j'ai donc achdé d'un seul coup les 3 derniers tomes, histoire de rattraper mon retard. Même si, compte tenu de l'exercice, on n'échappe pas aux clichés, ceux-ci restent de bon aloi, et il faut admettre que cet album est une totale réussite ! Attention, ce qui va suivre n'est pas exempt de spoilers. Bien entendu, dès qu'il s'agit de raconter une histoire sur Paris avec un point de vue américain, c'est un peu comme dans les Aristochats. Les clichés abondent, et la Tour Eiffel – qui voit le jour entre 1887 et 1889 – est nécessairement un passage obligé (page 46). le scénario situe l'aventure en 1876, date de l'exposition du bras de la statue à Philadelphie et la poursuit jusqu'en 1886, date de l'inauguration à New-York. Cette chronologie n'est pas incompatible avec la carrière de Lucky Luke qui rencontre la plupart des personnages réels du Far-West sévissant dans les années 1880. Mais cette fois, et c'est bien l'originalité de cet album, les nouveaux personnages, principaux et secondaires, sont plus français les uns que les autres : Auguste Bartholdi, Gustave Eiffel, Victor Hugo, Charles et Emma Bovary, Verlaine et Rimbaud…Ces personnages, même s'ils font parfois de la figuration, sont utilisés à bon escient : les Bovary habitent la Normandie, Hugo a visité les ateliers Gaget-Gauthier rue de Chazelles, Rimbaud a effectivement la gâchette facile, Eiffel a travaillé pour Bartholdi et a réalisé l'armature métallique de la statue. D'autres clins d'oeil fourmillent, faisant plutôt référence à l'époque actuelle : les fouilles en règle à l'entrée des bâtiments ont un relent d'état d'urgence, les cheminots grévistes de la ligne Rouen-Paris revendiquent la semaine des 50 heures, les pavés de la Sorbonne trouveront leur utilité un jour… Je ne donne que quelques exemples, beaucoup d'autres clins d'oeil sont à découvrir. Paris n'échappe pas à la critique : les garçons de café excessivement impolis et agressifs, n'aiment pas les touristes (pages 33 et 34), les rues sont sales (page 42), mais, on le sait bien, Paris regorge aussi de beaux monuments que l'on peut à l'envi montrer dans le décor : l'Opéra (page 32), Notre-Dame (pages 32 et 33), l'Arc de triomphe (page 35). C'est un peu répétitif mais ça fait plaisir. On ne sera pas surpris de constater que même Anne Hidalgo a fait de la pub pour cet album sur sa page Facebook. Ceci étant dit, l'album repose sur un vrai scénario écrit, bâti comme un road movie qui s'autorise à dépasser les frontières de l'Ouest américain, avec son lot de gentils et de méchants, justifiant une fois de plus la présence d'un Lucky Luke appelé à la rescousse pour accompagner les protagonistes et assurer la sécurité du voyage. Le scénariste Jul s'en donne à coeur joie, on connait son penchant pour les transpositions hilarantes qui lui permettent d'égratigner et de dénoncer les travers de nos contemporains depuis les époques révolues qu'il dépeint dans ses bédés. Le dessinateur Achdé fait du Morris comme jamais, respectant avec talent et hommage le style, la façon de caricaturer les personnages célèbres et la colorisation si particulière du créateur de la série (les fameux aplats monochromes, voir par exemple la scène de saloon page 17). On s'y tromperait. Vous l'avez compris, cet album m'a conquis. Nul besoin d'être un fan de Lucky Luke ou d'être un Parisien (ou les deux à la fois) pour apprécier. Pour tous les amateurs de bédés, cet album est incontournable.

Mangara57

Le 05/11/2018

Un cow-boy à Paris m'a beaucoup plu car cette aventure fait beaucoup d'allusions aux tendances actuelles ! Je remercie Jul et Achdé pour ce trèes beauu chef-d'oeuvre graphique et narratif. Lucky Luke ramène ses fidèles compagnons de passage, les Dalton, bien sûr !!!! au pénitencier de Cross Junction. Sur le trajet, il aperçoit un homme au-loin sur le point de se faire scalper par des indiens. Il le sauve à temps. Cet homme c'est Auguste Bartholdi, le sculpteur de Statue of Liberty, qui fait la tournée de la main de celle-ci. Notre cow-boy et Jolly Jumper aideront Auguste a ramener le bras en toute sécurité à Paris. Il devra l'aider car le propriétaire du pénitencier de Cross Junction veut à tout prix les terres où on installera La Statue de la Liberté. Ce dernier prendra tous les risques possibles pour éliminer le sculpteur ou la Statue. Luke devra traverser l'Atlantique où il se sentira mal à l'aise, pour enfin arriver à la capitale. Et ainsi il devra faire le retour aussi barbouillé (pauvre Luke). Et j'espère qu'il pourra retrouver ses vaches et son vrai travail de cow-boy. Je vous le recommande fooooooooooooooortemment!!!!!!!!!!!!