Prêt à feuilleter

Le serment de l'ambre

Volume 2, Portendick
de Mathieu Lauffray, Etienne Le Roux, Freddy Martin , date de sortie le 01 janvier 2004
L'Amojar, le plus grand lieu de plaisir jamais créé est attaqué par huit énigmatiques guerriers : les puissants sorciers de Tichit. Seuls quelques rescapés parviennent à s'enfuir.
Lire la suite

Livraison estimée le lundi 23 décembre 2019

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

L'Amojar, le plus grand lieu de plaisir jamais créé est attaqué par huit énigmatiques guerriers : les puissants sorciers de Tichit. Seuls quelques rescapés parviennent à s'enfuir.

Caractéristiques

Titre Le serment de l'ambre - Volume 2, Portendick
Collection Terres de légendes
Editeur Delcourt
Date de parution 01 janvier 2004
Nombre de pages 48 pages
Dimensions 32,00 cm x 23,00 cm
Poids 556 g
Support Cartonné
ISBN / EAN 2-84055-149-7 - 9782840551492

3/5

Alfaric

Le 21/10/2015

Cela me fait de la peine, mais pas mal d’anciens titres de la collection « Terre de Légendes » des éditions Delcourt, qui ont fait les beaux jours de la BD Fantasy entre les années 1990 et les années 2000, ont pris un coup de vieux. Et dans le cas de ce cycle du "Serment de l’ambre", je me demande carrément comment on a pu partir d’aussi haut pour tomber ensuite dans la médiocrité… Ce qui est aurait pu (dû ?) être une top série piochant dans les classiques de l’âge du jeux de rôle français ne fait que décliner au fil des tomes pour terminer en eau de boudin ! En cours de route la série change d’ambiance, de ton et de sens en passant de l’action movie au conte philosophique, et les personnages changent sans raison d’apparence et de caractère quand ils n’entrent / sortent pas du récit n’importe comment (Et je en parle même pas des incohérences scénaristiques !). Pouvait-il en être autrement avec tous ces changements de scénaristes, de dessinateurs et de coloriste ? Même les guest star dessinant les flashbacks consacrés au temps des légendes changent de tome en tome… Avec ce tome 2 nous entrons dans un pulp fantasy riche en action ! Les groupe de fuyards de l’Amojar se réduit désormais au mercenaire Moudjéria, à l’expérimenté Choum, à l’inexpérimenté Tévrak-Zeïna, à la blonde Flee et aux jumelles brunes Emba et Senga… Et s’ils tiennent à leur vie, ils doivent à tout prix échapper aux Sorciers de Tichit qui les pourchassent… Un mausolée souterrain et son trésor, la tribu tropicale des Bogués, la cité crasseuse de Médredra, la cité crapuleuse de Portendick et pour une finir une bonne grosse bataille des familles qui emprunte à "Mad Max" et "Waterworld" ! C’est bien cool, d’autant plus que les masques tombent assez vite (voire trop vite)… [masquer]Ce sont les jumelles bombasses que les sorciers recherchent… Elles ont volé l’artefact détenteur/symbole de leurs pouvoirs… Elles ont été commanditées par la guilde des assassins, mais après avoir été doublé par cette dernière elles se sont réfugiées dans l’Amojar réputé imprenable… Bien mal leur en a pris, et avec le mort du premier des huit sorciers prétendument immortels, les événements s’accélèrent… Les incohérences pointent déjà le bout de leur nez, mais j’en reparlerai en conclusion du cycle.[/masquer] Pour raisons que la raison ignore Etienne Le Roux et Freddy Martin remplacent Mathieu Lauffray au dessin, dont l’ombre plane sur tous les graphismes du tome malgré une qualité moindre et un charadesign de plus en plus différents… Les premiers essayent de se caler dans les pas du second et parviennent vaille que vaille à faire illusion malgré le recours à un fanservice pompier… (Soupir : ah les bombasses uniquement vêtues de pagnes-strings)