Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Le roi des méduses

de Igor Szalewa, Thierry Ségur , date de sortie le 01 janvier 2004
Le sultan de Guitine s'affronte au roi des méduses qui a entraîné une belle humaine que convoite le sultan dans son harem sous-marin. Ce combat va mettre en danger leurs deux royaumes.
Lire la suite

Indisponible

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Le sultan de Guitine s'affronte au roi des méduses qui a entraîné une belle humaine que convoite le sultan dans son harem sous-marin. Ce combat va mettre en danger leurs deux royaumes.

Caractéristiques

Titre Le roi des méduses
Collection Conquistador
Editeur Delcourt
Date de parution 01 janvier 2004
Nombre de pages 72 pages
Dimensions 32,00 cm x 23,00 cm
Poids 670 g
Support Cartonné
ISBN / EAN 2-84055-162-4 - 9782840551621

2,2/5

svecs

Le 10/10/2016

"Le roi des méduses" fait partie de ces livres que j'ai exhumé du grenier de ma mère, alors que je cherchais queqlues trucs pour mes gamins. Je ne gardait aucun souvenir de ce livre, mais le fait qu'il ait rejoint le purgatoire diu grenier aurait dû me mettre la puce à l'oreille. Cette adaptation d'une nouvelle de Pierre Bettencourt se veut une variation du mythe de la Belle et la Bête transposé dans un univers oriental. Le Roi des Méduses fait enlever par ses fidèles méduses de nombreuses jeunes filles afin de satisfaire ses penchants. La père de l'une d'elle décide de tout tenter pour la retrouver. Dans le même temps, le Sultan, dont la femme a également lui a été ravie par les méduses, s'apprête à livrer sa fille au tyran voisin afin de sceller une nouvelle alliance et mettre fion à des générations de guerre. Deux récits en parallèle, voués à se rejoindre. Deux histoire d'amour tragiques. Et un livre d'une confusion et d'un ennui assez total. Passé quelques pages, j'ai commencé à décrocher? Textes et dialogues ampoulés, graphisme trop fouilli qui oublie que le maître mot en bande dessinée est la lisibilité. A trop chgarger son dessin, à multiplier les chichitures, à choisir une mise en couleur souvent trop sombre ou trop monochromatique, l'ensemble en devient laborieux et pénible à lire. Il y a du boulot, certes. Cela ne suffit pas à réussir un livre agréable. Il faut d'abord se concentrer sur l'essentiel avant d'enluminer un canevas clair. Enluminer pour enluminer, en espérant que l'ensemble prenne sens par un coup de baguette magique n'a jamais fonctionné.

Alfaric

Le 25/08/2015

Une reprise onirique du conte de "La Belle et la Bête" qui dans une ambiance très Mille et Une Nuits fait la part belle à la mer et à ses mystères, avec en plus la quête du père pour sa retrouver sa fille qui emprunte au "Don Quichotte" de Cervantès. J’aurais dû adorer, et au final j’ai détesté ! (et j’ai dû lire cette bande dessinée deux fois, parce que la première fois, j’étais complètement dans le schwartz tellement je pigeais rien du tout !) OK pour "La Belle et la Bête", on est clairement dans le symbolisme à la Jean Cocteau : - le roi de méduses cherche un sens à sa vie en se perdant dans des plaisirs charnels bestiaux et violents, avant de se perdre dans un amour platonique pour une jouvencelle proche de la sainteté. - on oppose la figure du sultan Onagre de Laitance qui vous un culte à sa défunte épouse et le tyran Pidal de Canope qui vous un culte aux plaisirs de la chair - pour appâter le souverain des mers on hésite entre deux nonnes vierges, la petite et innocente Bethel et la Cheikha, une cougar obèse nymphomane… Il y a un côté clairement psychanalytique, le conscient de l’auteur Pierre Bettencourt s’incarnant dans la rationalité du loyal conseille-confident du sultan (son sosie et son homonyme), qui est presque le narrateur de l’histoire, son subconscient s’incarnant dans l’irrationalité du roi des méduses qui se perd dans ses fantasmes thanato-érotiques. Alors Thierry Ségur alterne merveilleux et grotesque, pudeur et crudité, et Igor Szalewa alterne tirades poétiques et tirades salaces, scènes platoniques et scènes sadiques. On a quelques dialogues qui lorgnent du côté du porno BDSM, et on développe la thématique la douleur qui mène au plaisir : viols, amputation, castration, éviscération, démembrement, remarques salaces sur les vagins déchirés et les utérus explosés… Non merci ! L’existentialisme à l’aune du sado-maso s’est peut-être tendance dans certains milieux intello d’hier et d’aujourd’hui, mais ce n’est pas pour moi… (à la limite tout ça m’a rappelé un conte philosophique de René Barjavel où on mutilait un prince à répétition pour qu’il comprenne mieux le sens de la vie) Le côté "Don Quichotte" est assez pour ne pas dire très décousu... Donc pour retrouver Lénée, nous suivons par intermittence son père qui suite au rêve de sa cadette Béthel s’en va aux espumas pour engager le chasseur de monstres Remugle qui achète des esclaves femelles dans l’optique dappâter le serial violeur océanique en naviguant à bord du navire d’une « sanglante truie-ogresse »… Et il y le deus ex machina de la Sainte à la Lampe Pigeon, qui apparaît en épiphanie aux deux nonnes vierges avant d’offrir à nos quêteurs une conque magique qui permet de convoquer des sirènes culturistes qui vont attaquer sans merci le Neptune repenti alors que celui-ci a déjà relâché Lénée… Je ne connais pas l’œuvre originale, donc je ne sais pas si c’est l’auteur Pierre Bettencourt ou le scénariste Igor Szalewa qui est incapable de réaliser une narration claire. Ellipses, hiatus, non-dits… oui d’accord, mais passé un cap c’est contre-productif car impossible de suivre l’histoire et encore moins de la comprendre à moins de toute relire 2 à 3 fois pour commencer à comprendre le schmilblick. Faut s’accrocher quand même pour ne pas perdre le fil avec le complot de Pidal pour s’emparer de Laitance, le complot de Baebius pour renverser son maître à Canope, la guerre entre les deux cités, le martyr alienesque de la sotte, laide et décadente Sota-Meguilla au le délire des masques du sultan Onagre et des voiles de la sultane Adèle (WTF ?)… Et pour compliquer encore l’affaire, le naming n’est pas explicite : il faut relire et relire les phylactères pour savoir qui est qui entre les dieux, les lieux et les personnages… Sans parler des personnages qui ne sont jamais nommés en 72 pages ! L’épilogue est bien perché aussi : [masquer]Lénée accorde sa main au sultan, mais pas son cœur qui appartient à son marid, à la fois bourreau et victime, pour mieux le laisser sombrer dans la folie. Bref, la torturée devient la tortionnaire car la Belle a enfermé la Bête dans un cachot aquatique, passant de la mer infinie à un bocal sphérique, plutôt que de lui renvoyer la liberté qu’il lui avait octroyé… Rien que ça c’est glauque et c’est malsain. Mais Lénée est atteinte d’une malédiction de flétrissement (oui, ça sort de nulle part comme ça…), donc son père repart à l’aventure avec Remugle pour trouver un remède à son mal (qui évoquent une amitié qu’on ne nous a guère montrée…), et puis on en remet un couche dans le symbolisme avec la jalousie de Lénée qui est vivante mais vieillissante envers Adèle qui est morte mais désormais éternellement jeune ? Et puis il y a la résolution de la guerre entre Laitance et Canope à l’aide du trésor du roi des méduses échoué sur les plages, avec des remarques cryptiques de Bettencout sur le véritable trésor du maître des abysses… (Soupirs)[/masquer] J’adore les dessins inimitables Thierry Ségur, mais ici avec le côté freaks il n’est pas forcément à la fête, surtout avec le personnage de la maquerelle sado-maso Vorüber. Toutefois les décors restent superbes, avec quelques cases magnifiques à l’esthétique orientalisante, et il se régale à s’inspirer des muses du XIXe siècle pour le charadesign de Lénée/Adèle avant de nous régaler avec un combat entre Onagre et le roi des méduses qui m’a semblé emprunter au "Moby Dick" de Melville. Je suis sévère avec cette bande dessinée, mais il suffisait de lâcher du lest sur le thanatos pour laisser plus de place à l’eros, et à être plus clair et plus explicite dans la narration et les explications pour obtenir quelque chose d’autrement plus accessible et donc d’autrement plus réussi.

LeManegeDePsylook

Le 31/08/2013

J'ai choisi de lire cette bande-dessinée parce que la couverture cadrait bien à mon sens avec ma vision d'un dépaysement vacancier. Et cela trouvait une résonance à mon goût avec ma précédente chronique: l'île au trésor; qui dit mer dit plage, dit chaleur, dit invasion de méduses, etc… un semblant de vacances, une sensation de légèreté ! Il est d'abord bon de préciser que cette bande-dessinée est basée sur une nouvelle de Pierre Bettencourt. Je ne connais pas du tout ce livre, donc je ne pourrai absolument pas comparer les deux. Comme dit plus haut, la couverture m'a beaucoup accroché, mais la quatrième de couverture également: "Toutes les nuits, pour le Roi, les Méduses viennent au rivage ravir des jeunes filles à marier…" Ça m'a interpellé et j'avais envie de découvrir les raisons plus profondes de ces enlèvements, en admettant qu'il y en ait… finalement oui et non ! J'ai beaucoup aimé les dessins, ils peuvent être aussi grotesques que beaux, très onduleux, un peu comme les flots ou les bras péribuccaux et tentacules des méduses. J'ai trouvé les couleurs très chaleureuses, on peut voir beaucoup de détails dans les décors, les masques du sultan, etc… C'est très chargé sans l'être trop en fait, un choix parfait ! En ce qui concerne l'histoire, j'ai eu un peu de mal à rentrer dedans. J'ai trouvé que les scènes manquaient de transition, du coup, c'est la fluidité du récit qui en pâtissait. Je n'ai pas eu le temps de m'accrocher non plus aux personnages: le tyran n'était pas aussi horrible que le disait la population, pas des masses libidineux, enfin, pas plus que cela, égoïste à souhait mais à part ça; le sultan pourrait passer pour un dément obsessionnel, or, ce côté qui aurait été plus qu'intéressant n'est pas assez développé à mon sens: Lénée est sympathique, mais on reste trop loin d'elle et de ses pensées pour vraiment s'y attacher; on sent quelque chose chez le Roi des Méduses qui pourrait en faire un personnage super captivant, mais finalement il est traité trop superficiellement. On sent une certaine pudeur posée sur les personnages et ça gâche un peu. Je ne saurais dire si ça vient de la BD ou du livre dont elle est adaptée en tout cas, c'est vraiment dommage. J'ai quand même passé un bon moment, ça se lit bien, et se plonger dans les fabuleux dessins de Ségur est juste un bonheur ! Mais ça reste sans plus.

Crossroads

Le 20/12/2012

Véritable conte onirique , poétique et aquatique mixant astucieusement les incontournables que furent La Belle et la Bête et Don Quichotte , Le Roi des Méduses pêche cependant par un manque de linéarité dans sa trame . Le trait est précis , les couleurs chatoyantes et la mise en page énergique et cependant , l'on se perd en de multiples récits qui s'entrecroisent régulièrement pour , au final , laisser le lecteur pensif quand au véritable message de cet album magistralement crayonné et encré au demeurant ! Véritable coup de maître pour les uns , bien trop confus pour les autres , il possède le don rare de ne pas laisser indifférent et rien que pour ça , mérite que l'on s'y attarde ! Le Roi des Méduses , saurez-vous résister à l'appel des sirènes... http://www.youtube.com/watch?v=f7h8IccS730

Freakycat

Le 25/07/2012

Un univers féérique mais tout aussi impitoyable... c'est le contraste permanent entre douceur du trait, couleurs vives et la cruauté des personnages... les humains et créatures se confondent en horreur... un sultan obsédé par la mort de sa femme, un tyran libidineux assoiffé de pouvoirs et de conquête, une princesse idiote et pathétique et enfin un roi des profondeurs partagé entre la "bête" en lui et l'amour qu'il pote pour cette jeune femme qui garde toute sa droiture et beauté malgré les épreuves...