Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

La mille et unième nuit

de Etienne Le Roux , date de sortie le 25 octobre 2017
- Ce pèlerin égaré ira quérir les troupeaux, qui serviront de rançon.

- Il se tient là humblement, j'en conclus que c'est un érudit, un sage, un maître. C'est donc lui que je vais gar... Lire la suite

Livraison estimée le mercredi 30 septembre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

- Ce pèlerin égaré ira quérir les troupeaux, qui serviront de rançon.

- Il se tient là humblement, j'en conclus que c'est un érudit, un sage, un maître. C'est donc lui que je vais garder en otage pendant que vous irez chercher la rançon.

Je vous laisse onze lunes pour rassembler les troupeaux. Après cela, les otages seront servis à ma table...

Venez ! Approchez-vous ! Prenez le temps de vous asseoir confortablement. Maintenant, regardez vers l'Orient.

Entre le désert et les montagnes se dissimule la cité de Rum.

Caractéristiques

Titre La mille et unième nuit
Collection Métamorphose
Editeur Soleil
Date de parution 25 octobre 2017
Nombre de pages 82 pages
Dimensions 32,00 cm x 25,00 cm
Poids 802 g
Support Cartonné
ISBN / EAN 978-2-302-06393-8 - 9782302063938

4,2/5

mimouski

Le 12/10/2019

Charmée par cette superbe couverture, l'univers oriental m'a de suite emballée. Tout au long du volume, nous naviguons dans un monde onirique avec des djinns, tapis volants et aventures désertiques. C'est très envoûtant et mystique. Les couleurs pastels exacerbent l'ambiance. Mais la fin a brisé le sortilège créé par le duo d'auteurs.

Mistylit

Le 15/08/2019

Je n'ai pas réussi à m'imerger dans l'histoire autant que je l'aurai voulu. Cela mérite peut être une deuxième lecture. Ceci dit, les dessins et les couleurs sont magnifiques et évoquent un songe tout du long. Rien que pour le plaisir des yeux, de dénicher chaque détail de chaque planche, je recommencerai cette lecture ! :)

LaMarielit

Le 21/09/2018

Entre palais, tapis volant et djinns, "La mille et unième nuit" est un joli conte oriental où le merveilleux affleure chaque mot et chaque image. On flotte dans une ambiance de songe, porté par la plume d’Etienne Le Roux qui manie avec merveille tous les éléments du conte oriental. Quant au dessin, celui de Vincent Froissard revêt les couleurs du désert alliant la douceur du vent à la clarté du soleil ou aux courbes des arabesques orientales. "La mille et unième nui"t est un écrin qui libère le merveilleux avec poésie et douceur.

Catilina38

Le 14/08/2018

Attention chef d’œuvre! Je croyais que la claque du printemps Il faut flinguer Ramirez était un objet rare, pourtant quelques mois plus tôt Étienne Le Roux et Vincent Froissard avaient sorti un album dont la couverture et le thème (les mille et une nuits) m'avait attiré... mais comme on ne peut pas tout lire j'ai laissé passer le temps! Le sujet donne lieu à des essais réguliers, pas toujours réussis. La sortie de l'album dans la très prestigieuse collection Métamorphose était un bon signe... totalement confirmé en devenant l'une des pièces maîtresses de la très graphique collection de Soleil. Cette collection me plait par-ce qu'elle est l'une des rares à mettre autant d'importance à l'aspect matériel de ses albums et à ses finitions. Cela a son revers, l'absence systématique d'infos sur les auteurs et de bonus. La série Nils d'Antoine Carion s'était faite remarquer par son esthétique générale mais également par ses couvertures et maquette absolument sublimes. Sur La mille et unième nuit on est dans le même standard, qui vous fait pleurer les yeux avant d'ouvrir l'album avec une couverture et une tranche gaufrées et dorées, ceci étant harmonieusement accompagné par des cadres ouvragés revenant sur un certain nombre de pages de l'album. Le dernier album dont le travail de fabrication m'avait autant marqué c’était Les Ogres-Dieux. Mais contrairement à ce dernier l'album de Le Roux nous propose une histoire impressionnante de simplicité, de fluidité et qui nous transporte littéralement au pays des Djinn. La bonne idée est d'imaginer une fin aux mille et une nuits mais de ne prendre finalement que le cadre (les personnages du Sultan Shéhérazade et sa sœur Dinarzad) pour partir sur une histoire libre mais totalement influencée par les contes orientaux. Ainsi il sera question de marchand voyant sa caravane prise dans une tempête pas si naturelle que cela, du roi des Djinn et du roi des lions, de fléaux naturels, de duplicité et de transformations... Ces bonnes idées scénaristiques sont accompagnées par une voulez de détails rigolos et diablement esthétiques comme ces tapis volants aussi courants que des dromadaires. L'illustrateur a adopté une technique que je n'arrive pas à définir et qui semble utiliser un papier non lissé qui donne un relief incroyable aux planches. On a un mélange de crayon et de craie je pense mais je me demande s'il n'y a pas une retouche numérique (comme Chloé Cruchaudet sur Groenland-Manhattan) pour donner cet effet flou qui donne une folle classe a chaque case. J'ai passé un temps déraisonnable a lire cet album tant il n'y a pas une seule case banale! Les joyaux sont souvent simples et se laissent contempler a l'envi. C'est le cas avec ce magnifique album qui habille une histoire qui aurait pu faire partie du recueil des Mille et une nuit. De quoi hésiter à le ranger banalement au milieu de sa bdtheque...

cameleon_curieux

Le 15/05/2018

Résumé : Le Sultan Shariar gouverne en imposant ses vues à la ville de Rum. Marié à Scheherazade, une conteuse qui tient le peuple éveillé, il accepte un pari fou lancé par le lion roi, Baali’m : lequel d’entre eux sera jugé le meilleur roi ? Leur juge sera un vieil homme dont la femme et le fils ont été respectivement transformés en âne et en singe par Lilith, la femme de Salomon, dans d’étonnantes circonstances… L’univers enchanteur : En parcourant les pages, on est rapidement absorbé par la magie de l’histoire. Sur la première page, on nous réexplique l’histoire des Milles et une Nuit : » Dans le palais qui domine la ville réside celui qui garantit cette vie paisible, le sultan Shahriar. Roi sage et prudent, il n’a qu’un seul défaut : depuis la trahison de sa première femme, il s’est juré d’épouser, chaque soir, une jeune fille différente et de la faire étrangler au matin. Ainsi en fut-il fait, et ces jeunes femmes se raréfiaient jusqu’à ce que la fille de son grand vizir, Shéhérazade, entrât dans sa couche. Le sultan a succombé autant à ses charmes qu’à l’exotisme de ses histoires. « Mais ce passage ne nous mène pas à écouter une des merveilleuses histoires de la princesse. Dans ce livre, on va plutôt se concentrer sur les personnes qui gravitent autour d’elle : sa soeur et son mari. Dinarzade, qui en a assez de « tenir la chandelle » entre Shéhérazade et Shahriar, décide de partir à l’aventure en dehors du palais et de rencontrer de nouvelles personnes. Son mari, lui, part à la chasse au lion… Mais tout ne se passe pas comme prévu… On se retrouve alors piégé entre les stratagèmes d’un roi, les plaintes d’une soeur en quête d’aventures, ainsi que de mythes et magie de l’Orient. C’est un enchantement. Le dessin : La première de couverture en dit longue sur le dessin et l’histoire que l’on s’apprête à lire. Comme vous pouvez le voir ci-dessus, les dessins sont splendides. La couverture est ornée de dorures du contour du livre jusqu’au palais du Sultan. On observe alors un beau mélange entre le doré et les différentes nuances de bleu. Au cours de l’aventure, on remarquera l’audacieux mélange entre les couleurs chaudes de la journée et froide de la nuit pour peindre un Orient magique. À ces couleurs se mélangent les arabesques en bordure de certaines bulles et les personnages au trait particulier. À première vue, le trait de crayon de Vincent Froissart semble dur et froid, mais il donne à ses personnages une émotion particulière. Aussi, il met en avant une multitude de détails dans les paysages et les architectures, ce qui nous laisse seul face à toute cette splendeur inconnue… Seul point négatif : Le seul point négatif avec ce livre, n’est pas l’histoire. C’est le livre en lui-même, et plus particulièrement la quatrième de couverture. Le résumé ne colle pas avec l’histoire. En fait, ce n’est pas un résumé, mais des extraits de l’histoire. Ceux-ci ne nous servent pas à grand-chose dans la mesure où, on ne connaît pas encore les personnages et la situation initiale. C’est dommage et je pense que ce n’est pas quelque chose qui doit pousser à l’achat (lorsqu’on ne connaît pas du tout le livre et qu’on se base sur le résumé). Pour ma part, c’est le Bouquineur qui m’a offert ce magnifique livre, il savait qu’il me plairait. Je tiens donc simplement à préciser, qu’il ne faut pas ce fier à la couverture, mais à la première page ou aux illustrations qui sont splendides ! #128521; Point positif : Tout comme ce fut le cas pour La Grande Ourse par Elsa Bordier et Sanoe, qui est aussi un livre de la collection Métamorphose de chez Soleil, le livre est vraiment magnifique ! Le livre est soigné à tous les points de vue, la première est quatrième de couverture est tout aussi magnifique que la tranche du livre ! Je me répète, mais les dessins sont très beaux, les dorures parsemées sur les dessins les rendent magiques. On se croirait dans un monde merveilleux. Aussi, je trouve que cette édition ressemble, part ses dorures et la couleur bleutée de la couverture, à une ancienne édition des contes des Mille et Une Nuits, c’est fabuleux ! #128578; Mon avis : J’ai beaucoup aimé ce livre, il est juste magnifique. En le lisant j’ai eu l’impression de me retrouver quelques années plus tôt. C’était lorsque j’adorai lire ou écouter de beaux contes avant d’aller dormir, l’esprit rêveur, ou, lorsque j’essayais de me préparer au plus vite, avant d’aller à l’école, pour pouvoir regarder le dessin animé Princesse Shéhérazade. Ce fut pour moi, donc un grand plaisir de plonger dans cet univers magique et dépaysant. Ensuite, je trouve que cette revisite du classique a été une bonne idée. Bien que l’histoire ne ressemble pas aux contes habituels, la rencontre avec ses personnages, les esprits et les légendes furent un bon moment. J’ai juste trouvé la fin étrange, car elle est assez inhabituelle, mais je n’ai pas été déçue.