Prêt à feuilleter

Katanga

Volume 3, Dispersion
de Fabien Nury , date de sortie le 25 janvier 2019
- Charlie ?

- Tout va bien, petite soeur. Tout va très bien... Tu te souviens de ce que je t'ai dit, au sujet du gigot d'antilope et des hyènes ?

- Oui. Je m'en souviens...<... Lire la suite

En stock en ligne

 RETRAIT GRATUIT
en magasin E.Leclerc

Livraison gratuite à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

- Charlie ?

- Tout va bien, petite soeur. Tout va très bien... Tu te souviens de ce que je t'ai dit, au sujet du gigot d'antilope et des hyènes ?

- Oui. Je m'en souviens...

- Eh bien, il ne reste qu'une seule hyène avec moi... Et si tu veux mon avis, je crois que je suis plus rapide qu'elle.

Caractéristiques

Titre Katanga - Volume 3, Dispersion
Auteur Fabien Nury
Série Katanga
Editeur Dargaud
Date de parution 25 janvier 2019
Nombre de pages 65 pages
Dimensions 32,00 cm x 25,00 cm
Poids 677 g
Support Cartonné
ISBN / EAN 978-2-205-07794-0 - 9782205077940

4/5

SdImag

Le 03/03/2019

Porté par une narration parfaitement maîtrisée, des personnages remarquablement bien écrits et des dialogues percutants, Dispersion apporte un point final à ce récit choral incroyablement rythmé et finement orchestré par un Fabien Nury comme de coutume très inspiré… Politiques corrompus, hommes d’affaires sans scrupules et barbouzes au passé troubles s’invitent tels des charognards dans ce récit qui porte un regard cynique et peu reluisant sur la nature humaine… Superbement mis en image par le trait semi-réaliste de Sylvain Vallée, ce récit glaçant marquera durablement les lecteurs et leur donnera sans doute envie d’en savoir plus sur cette période post-colonialiste peu reluisante… C’était il y a plus d’un demi-siècle… Mais depuis lors, les choses ont-elles vraiment changée?

Catilina38

Le 20/02/2019

Ce troisième et dernier tome de la série Katanga poursuit dans la continuité de ses prédécesseurs. Je rappelle les points forts de cette plutôt bonne série, que j'avais évoqué sur les précédents billets: un dessin un peu cartoon mais très propre et à l'encrage qui donne envie de le lire en édition spéciale, la colorisation absolument parfaite (comme d'habitude) de Bastide, le réalisme historique du contexte et un montage parfaitement huilé. On n'est pas surpris, Nury fait partie des vieux briscards du scénario franco-belge qui imprime sa patte sombre en incarnant l'anti grand-public. L'historien renforce dans ce troisième tome le côté historique avec le sort fait à Patrice Lumumba, qui fait monter d'un cran, en une scène d'une rare violence, la tension et la noirceur de cette série que seule la conclusion dépasse en nihilisme. J'avais émis des réserves sur une vision des africains qui pouvait flirter avec le racisme tout en notant le traitement non préférable fait aux blancs. Et c'est au final ce qui m'a dérangé, cette absence totale d'espoir, de lumière, le seul être surnageant un peu, Alicia, étant une prostituée calculatrice... Quel est le message de cette série hormis dénoncer le système de la françafrique et de la colonisation? Il est certain que j'ai pris du plaisir à la lecture de cette trilogie très travaillée et parfaitement fabriquée, mais quand Il était une fois en France intéressait par son ambiguïté et ses zones grises, Katanga ne propose que du noir. Trop pour moi. C'est dommage car il y a un vrai talent et en introduisant un héros et un peu plus de sens historique cela aurait pu être une très grande série.

mikaelunvoas

Le 11/02/2019

J'attendais ce troisième tome avec impatience, c'est le final, la conclusion. Bien noire si on peut se permettre. Le mot de la fin : "le Katanga a été inventé par les mercenaires". Et il ne peut en découler qu'une histoire assez moche. Le talent de Nury et Vallée est d'avoir pu montrer le coté obscur de l'Afrique où l'éclat des pierres précieuses et des ressources naturelles attirent des hommes dénués de scrupules et avides. On comprend l'expression des "diamants de sang" en terminant cette trilogie dramatique mais tellement vraie.

bibiouest

Le 28/01/2019

Fin de cette trilogie, une fin sans concessions, des mercenaires sans fois ni loi, des hommes politiques corrompus mais un humour noir qui fait passer le tout. Les dessins sont formidables, les personnages ont des «tronches» à faire pâlir les meilleurs acteurs des films des années 50. Alors c'est vrai il faut oublier le politiquement correct, on ne trouve aucun personnage pour racheter l'autre. Les personnages manquent d'humanité à part Alicia mais le contexte se prête malheureusement à cela. J'ai adoré cette série qui restera dans mon panthéon personnel de la BD.