Prêt à feuilleter

Utopies réalistes : en finir avec la pauvreté, un monde sans frontières, la semaine de travail de 15 heures

de Rutger Bregman , date de sortie le 04 octobre 2018
Utopies réalistes

Ouvrir grand les frontières, établir une semaine de travail de quinze heures ou le revenu universel de base. Des idées naïves et dépassées ou bien la force de l'utopie r... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le lundi 21 octobre 2019

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Utopies réalistes

Ouvrir grand les frontières, établir une semaine de travail de quinze heures ou le revenu universel de base. Des idées naïves et dépassées ou bien la force de l'utopie renouvelée ? Résolument anti-décliniste, Utopies réalistes tombe à pic et nous explique comment construire un monde idéal aujourd'hui et ne pas désespérer ! D'une ville canadienne qui a totalement éradiqué la pauvreté à l'histoire d'un revenu de base pour des millions d'Américains sous Richard Nixon, Bregman nous emmène dans un voyage à travers l'histoire et défend des idées qui s'imposent par la force même de l'exemple et le sérieux de la démarche historique.

À la fois pédagogique et percutant, à contre- courant du pessimisme ambiant, cet essai brillant a rencontré un formidable succès mondial.

Caractéristiques

Titre Utopies réalistes : en finir avec la pauvreté, un monde sans frontières, la semaine de travail de 15 heures
Traducteur Jelia Amrali
Collection Points. Essais
Editeur Points
Date de parution 04 octobre 2018
Nombre de pages 329 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 174 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-7578-7409-7 - 9782757874097

4,5/5

Dixie39

Le 25/11/2018

- Tu y crois à ça ? - A quoi ? - Bah, à ton bouquin-là ! Tu crois que c'est possible : le revenu universel, l'indice de bien être économique durable, le partage du travail... ? - C'est réalisable et cela a été réalisé dans certains pays à titre d'expérimentation ou de façon durable. Les résultats sont sans appel : non seulement la situation personnelle des gens s'en est trouvée grandement améliorée mais cela a été créateur de richesses pour la société entière. Et pour un coût moindre que toutes les politiques sociales existantes. - J'ai pas tout lu, mais j'ai parcouru, ça a l'air de se tenir. Mais il reste un problème essentiel dans cette idée humaniste : Si on donne aux pauvres le moyen de subvenir à leurs besoins élémentaires, qui ira faire les boulots pourris auxquels la précarité les contraint ? Tu crois qu'ils iront tous demain ramasser nos poubelles et nos merdes ? Tu crois qu'ils iront pointés à l'usine pour souder, découper, assembler toujours les mêmes choses dans le bruit et des cadences infernales ? Et je ne te parle même pas de ce qui se passe ailleurs, tous ces pays qui fabriquent nos fringues, nos iPhones et tous ces gadgets qu'on nous vend un fric dingue alors qu'on paye des ouvriers-esclaves une misère pour les réaliser dans des conditions sanitaires exécrables. - Bien sûr que non ! C'est évident ! Toi comme moi savons bien qu'on échangerait jamais nos jobs pour un de ceux-là. Mais, posons le problème autrement : Demain, personne n'est plus contraint par la nécessité à exercer une activité qu'il n'a pas choisie, un boulot de merde pour parler clairement. Et entre nous, il y a aussi beaucoup de boulots à la con en haut de la pyramide et avec des salaires confortables à la clef. Combien d'ingénieurs ou de cadres sup', qui exploitent ou empoisonnent le monde, partent avec leur pécule pour cultiver du bio en Ardèche et regarder pousser leurs mômes ? Enfin, c'est encore un autre problème... Je reprends là où j'en étais : Demain, on ne trouve plus personne pour faire ces boulots. Que se passera-t-il ? 1) On fera le tri rapidement entre les activités réellement nécessaires et utiles à notre société et celles qui ne le sont pas. 2) On sera dans l'obligation de rendre attractives les activités nécessaires à nos besoins fondamentaux. Peut-être tout simplement en faisant enfin coïncider le montant des salaires avec les véritables valeurs ? Nettoyer les rues, ramasser les poubelles, nourrir le monde sainement, éduquer la jeunesse, soigner et assurer la protection et la garantie des libertés de chacun (et non plus seulement des biens), ... la liste est longue. Tous ces métiers devront être rétribués à la hauteur du service rendu à la collectivité. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Si demain, il est plus rémunérateur de recycler les déchets, d'enseigner ou de soigner que de courir après un ballon ou de fermer une entreprise pour augmenter le profit de ses actionnaires, les volontaires se bousculeront au portillon. Et non pas seulement pour le salaire, mais aussi parce que tous ces métiers dépréciés et méprisés aujourd'hui seront porteurs de valeurs et de reconnaissance... - ça y est, Liza, tu recommences avec les Bisounours. Tu crois réellement que nos politiques, culs et chemises avec les sbires de la finance, véritables dirigeants et décideurs de ce monde, laisseront faire cela ? - Bien sûr que non, ils ne nous laisseront pas faire ! Cela fait des années que nos politiques ont enterré le Bien Commun sans fleur ni couronne et qu'ils nous engluent petit à petit dans un système qui nous contraint à l'acceptation, tu sais le TINA de Thatcher ! There is no alternative ! Ce bouquin, comme tu dis, il nous en donne des alternatives et des pistes pour y arriver. Rutger Bregman nous prouve qu'une autre réalité peut être possible. Il suffit peut-être seulement de la vouloir et de s'organiser pour la faire advenir ? "Si nous voulons changer le monde, il nous faut être irréalistes, déraisonnables et impossibles. Rappeler-vous : ceux qui appelaient à l'abolition de l'esclavage, au droit de vote des femmes et au mariage pour tous, eux aussi étaient traités de fous. Jusqu'à ce que l'histoire leur donne raison." - A qui l'histoire donnera-t-elle raison, Liza ? - Commence par lire ce livre et on en reparle juste après...

Junie

Le 05/11/2017

Françaises, Français! Européens, Européennes! Citoyens du monde! Le temps est venu de faire la peau aux néo-libéraux. Aux fanatiques de l'économie de marché, plus dogmatiques et sectaires que des intégristes raëliens. Depuis l'effondrement idéologique et politique des pays d'obédience communiste, le Capitalisme triomphe partout. Il n'a jamais été aussi arrogant, écrasant, dominant. Il délocalise, il précarise, il paupérise, il tire les ficelles de l'économie mondiale pour le plus grand profit de quelques richissimes multinationales qui additionnent les milliards pendant que d'autres survivent avec trois cacahuètes. Le Capitalisme se nourrit de la misère. Il s'est nourri du sang des esclaves dans les colonies, de la chair des enfants dans les mines et les usines, de la sueur des travailleurs à la chaine, de la faim des paysans exploités, de la peur des pauvres, de la honte des chômeurs, du désespoir des sans logis. Les profits ne sont jamais redistribués. Ils échappent à l'impôt, se cachent dans les "niches fiscales"; se faufilent dans les "paradis fiscaux"; se dissimulent dans des sociétés offshore, disparaissent comme par enchantement au fond des coffres de banques bien discrètes. Rien de plus facile si on est un poil astucieux, et surtout absolument pas scrupuleux. Pendant ce temps, des économistes bardés de diplômes nous persuadent "qu'il n'y a pas d'alternative". Ils sont les augures qui président à notre destinée. Ils se prosternent devant le Veau d'Or, et propagent le mythe du PIB, instrument de l'infaillibilité de leurs prophéties. Pendant ce temps, les quelques socialistes encore animés d'un souffle de vie essaient vainement de grappiller quelques miettes de subventions, d'empêcher des fermetures d'usine, et font des discours pour défendre les exclus et les déshérités. Pendant ce temps, on voit affluer les migrants, on ouvre des gymnases pour héberger des SDF, on distribue des repas, on collecte des dons, on verse des allocations misérables et on attend la prochaine crise mondiale. Qu'est-ce qu'on attend pour prendre l'argent là où il est? Pour taxer les transactions des spéculateurs? Pour récupérer les milliards de l'évasion fiscale? Pour faire des lois qui réglementent le Marché, plutôt que de laisser le Marché faire la loi? Avant 1789, la République était une Utopie. Avant 1848, l'abolition de l'esclavage était une Utopie. Avant 1881, l'école gratuite pour tous était une Utopie. Avant 1958, le suffrage (vraiment) universel était une Utopie. Aujourd'hui le Revenu Universel et la libre circulation des personnes sont des Utopies. Les Utopies sont d'abord des idées neuves. Elles ne font que préparer le Monde de demain.