Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Sur la brièveté de la vie

de Sénèque , date de sortie le 25 mars 1998
Au travers de son expérience exceptionnelle, Sénèque cherche comment prolonger la vie humaine en la débarrassant des mille futilités qui l'encombrent sans lui apporter de richesse supplémentaire. Il nous... Lire la suite

Livraison estimée le vendredi 19 juin 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Au travers de son expérience exceptionnelle, Sénèque cherche comment prolonger la vie humaine en la débarrassant des mille futilités qui l'encombrent sans lui apporter de richesse supplémentaire. Il nous aide ainsi à évaluer ce qu'est une vie vraiment vécue.

Caractéristiques

Titre Sur la brièveté de la vie
Auteur Sénèque
Traducteur Xavier Bordes
Date de parution 25 mars 1998
Nombre de pages 64 pages
Dimensions 15,00 cm x 11,00 cm
Poids 50 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-84205-325-7 - 9782842053253

4/5

Deslivresalire

Le 14/05/2018

"Personne n'apprécie le temps à sa véritable valeur" dit Sénèque dans ce rapide traité sur la brièveté de la vie, qu'il adresse à son beau-père Paulinus. Nous n'avons pas véritablement une existence courte, mais nous en gaspillons une part considérable. Il s'applique alors à démontrer, souvent par l'absurde, que finalement, nous disposons d'un temps suffisant, mais que la vie nous parait plus ou moins courte selon ce que nous en faisons. Ainsi, "la vie la plus courte et la plus remuante échoit à ceux qui oublient leur passé, négligent leur présent, redoutent l'avenir : quand la dernière extrémité est venue, ces malheureux comprennent trop tard qu'ils ont cru tout le temps, alors qu'ils ne faisaient rien, avoir été occupés". Il nous amène alors à considérer que ceux qui veulent fréquenter quotidiennement les philosophes n'émietteront plus les années de leur existence et apprendront à mourir. A mon avis : Sénèque est un philosophe stoïcien (courant dont la finalité est le bonheur individuel, qui s'appuie sur l'acceptation de ce qui ne dépend pas de nous pour se concentrer sur ce que nous pouvons modifier). Il naquit entre -4 et -1 avant J-C (encore que J-C ne soit pas né en l'an zéro, mais sans doute 7 ans plus tôt... mais c'est un autre débat !) pour mourir en 65. Autant dire que l'étayement de sa philosophie repose sur un environnement qui nous est parfaitement étranger. Et pourtant, quelle modernité dans le propos ! Un traité plein de bon sens et d'exemples concrets, qui permettent une compréhension facile de son contenu, lu rapidement et trop bref à mon goût (cela s'expliquant par le fait qu'il s'agit d'une correspondance avec son beau-père). Attention néanmoins à quelques contresens possibles sur des mots dont la signification a pu être légèrement modifiée avec le temps ou qui ressortent d'une définition philosophique (exemple : "l'oisiveté" relève plus de la pratique de la sagesse, les "occupés" étant ceux qui ne la pratiquent pas). Bref, un traité instructif qui démontre que certaines problématiques d'aujourd'hui... ne datent pas d'aujourd'hui. Retrouvez d'autres avis sur d'autres lectures sur mon blog : https://blogdeslivresalire.blogspot.com/

Vermeer

Le 29/11/2017

Bonne nouvelle : la vie n'est pas courte, elle est longue si on sait la vivre, utiliser le temps qui nous est donné à bon escient. Réflexions d'une grande modernité, ce qui est logique puisque le sujet abordé est intemporel. Les hommes courent après la gloire, les honneurs, gaspillent leur temps en activités inutiles, vivent comme s'ils avaient l'éternité devant eux. "Vous vivez comme si vous étiez destinés à vivre toujours". Inutile de se demander ce que l'on fera à la retraite, à cinquante ou soixante ans puisque nous ne sommes pas sûrs d'atteindre cet âge, vivons le présent et ne le gaspillons pas."Le plus grand obstacle à la vie est l'attente qui espère demain et néglige aujourd'hui". Beaucoup d'hommes n'ont pas longtemps vécu mais ont longtemps été, n'ont pas été dans la vie mais dans le temps "ce n'est pas de la vie mais du temps". Pour éviter de perdre sa vie, mobilisons nos ressources intérieures, les seules qui restent durables.