Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Qu'est-ce que les Lumières ?

de Emmanuel Kant, Moses Mendelssohn , date de sortie le 30 août 2006
Réponses des deux philosophes allemands, à la question Qu'est-ce que les Lumières ?, posée en 1783 par le pasteur Zöllner à l'occasion d'une controverse sur le mariage civil.
Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le mercredi 03 juin 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Réponses des deux philosophes allemands, à la question Qu'est-ce que les Lumières ?, posée en 1783 par le pasteur Zöllner à l'occasion d'une controverse sur le mariage civil.

Caractéristiques

Titre Qu'est-ce que les Lumières ?
Date de parution 30 août 2006
Nombre de pages 80 pages
Dimensions 15,00 cm x 11,00 cm
Poids 49 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-84205-967-0 - 9782842059675

4/5

Vermeer

Le 04/04/2018

Kant se veut un continuateur de Socrate. Il invite les hommes à s'éveiller à la pensée, à cheminer intérieurement, à se détacher des préjugés, du prêt à penser. "Sapere aude " de Horace est la devise des Lumières kantiennes mais il ne s'agit pas seulement de connaissances accumulées mais de cheminer pour devenir un homme libre, changer intérieurement, devenir "majeur", avoir des pensées et décisions qui ne découlent ni des préjugés, passions ou intéréts. Hélas beaucoup d'hommes restent "mineurs" par confort, paresse, lâcheté, parce que des tuteurs les y ont maintenus. Ainsi les Lumières de Kant supposent donc un cheminement, elles se conquièrent. En attendant, si les hommes peuvent critiquer publiquement les lois, chercher à les améliorer, ils doivent les appliquer à titre individuel en attendant qu'elles évoluent sans quoi, l'Etat de droit serait ruiné et nous reviendrions à l'Etat de Nature. Quelle modernité ce vieux Manu mais il aurait pu faire en effort de clarté dans son style !

Nastasia-B

Le 01/05/2016

Du pain et des jeux ! Ça ne vous rappelle rien ? Ça ne date pas d'hier, pourtant, comme technique pour éteindre, justement, de près ou de loin, toute forme de lumière. Immanuel Kant, nous livre ici en quelques pages (il s'agit d'un tout petit opuscule, à l'origine un article dans le journal Berlinische Monatsschrift) sa définition de ce que sont les lumières et de ce qui peut venir les entraver. Cet article faisait suite à l'article d'un pasteur théologien qui mettait en garde contre les excès de liberté de penser, notamment dans le domaine religieux, conduisant les fidèles à " s'éclairer ". Il posait en substance la question « Qu'est-ce que les lumières ? tout le monde en parle mais on ne m'a encore jamais explicitement dit ce que c'est. » Donc Kant se fait un devoir de répondre (son article s'intitule d'ailleurs " Réponse à la question qu'est-ce que les lumières ") et il ne faut pas trop s'étonner qu'il insiste sur l'aspect religieux au vu d'où émanait la question, mais il ouvre néanmoins la porte à d'autres domaines. Selon lui, la lumière est le fait de réfléchir par soi même et non plus sous la direction de quelqu'un. Dit autrement, c'est l'accession à la majorité. Vous aurez compris que pour lui, celle-ci n'est pas seulement dépendante de l'âge comme c'est le cas dans notre société, mais bien d'un phénomène actif qui peut avoir lieu comme ne jamais avoir lieu. Donc la principale entrave à l'illumination des individus, ce sont souvent les individus eux-mêmes qui, par paresse, par faiblesse, préfèrent faire et penser ce qu'on leur suggère fortement de penser plutôt que de prendre à leur compte le fait de développer un raisonnement propre. La seconde entrave à l'éclairage public (j'aime bien cette formule) peut émaner évidemment des autorités dirigeantes qui ne voient pas forcément d'un bon œil le fait que les masses commencent à questionner tous azimuts, notamment leur politique, qu'on sait être " éminemment orientée vers le bien de l'individu " (le tout étant de savoir ensuite de quels individus on parle, mais là est une autre question à laquelle Immanuel Kant ne donne pas de lumière). Pour celles et ceux qui connaissent Kant d'ordinaire, l'effort de concision est extrême et la clarté au rendez-vous, ce qui est tout de même un préalable quand on se propose de parler de lumières. J'ai vu dans ce minuscule écrit (par la taille et grand par la richesse) nombre de points qui me font questionner la situation actuelle (paresse intellectuelle des gens, rôle occulte des gouvernements...) et ne puis que souscrire à sa vision. Par contre, l'auteur développe aussi une distinction entre usage public et privé de sa liberté de penser à laquelle je n'adhère pas pleinement. Il définit la sphère privée non pas comme nous l'entendons communément mais comme notre environnement de travail. Ainsi, un enseignant dans sa classe est pour lui dans la sphère privée. La sphère publique est celle où, en son nom propre et non plus au nom de l'organisme dont il fait partie, il participe, par ses écrits à la réflexion collective. En somme, un fonctionnaire, un militaire, un employé doit obéir et appliquer les consignes dans l'exercice de ses fonctions et, s'il a des griefs, doit les exposer publiquement et en son nom propre pour faire évoluer les consignes. Ok, je veux bien Monsieur Kant, mais heureusement tout de même que quelques fonctionnaires et quelques militaires n'ont pas appliqué scrupuleusement les directives de leurs chefs, sans quoi, Paris aurait été ravagé par les flammes en 1945 et Vichy aurait fait encore plus de victimes qu'il n'en a déjà fait. Dans l'ensemble, une réflexion très intéressante, (comme devrait toujours l'être la philosophie) que je conseille bien volontiers, notamment aux très jeunes que les gros volumes effraient, du moins c'est mon avis faiblement éclairé, c'est-à-dire, pas grand-chose.

Fx1

Le 20/04/2014

Kant était un fervent défenseur de liberté de pensée . Il va la rechercher dans le cheminement des lumiéres , en recherchant les éléments qui on pu étres des chemins vers le concept de la pensée individuelle . En établissant cela il s'impose comme l'un des remparts principaux contre les totalitaristes qui de tout temps on eu pour seuls objectifs de renier le droit à a pensée . Un livre pertinent , audacieux , qui mérite largement plusqu'un coup d'oeil.