Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Contre-histoire de la philosophie

Volume 2, Le christianisme hédoniste
de Michel Onfray , date de sortie le 01 octobre 2008
Le Christianisme hédoniste

Contre-histoire de la philosophie t.2

Dans cette « contre-histoire » de la philosophie, Michel Onfray a entrepris de réhabiliter - ou, plutôt, de do... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le mardi 21 janvier 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Le Christianisme hédoniste

Contre-histoire de la philosophie t.2

Dans cette « contre-histoire » de la philosophie, Michel Onfray a entrepris de réhabiliter - ou, plutôt, de donner enfin à lire et à méditer - tous les penseurs qui, par une étrange fatalité, ont été exclus, voire bannis, de l'enseignement universitaire.

Ce deuxième volume (le premier était consacré aux « Sagesses antiques »), revisite ainsi, et parfois révèle, les oeuvres « matérialistes » d'auteurs aussi divers que Walter de Hollande, Amaury de Bène, Lorenzo Valla, Marsile Ficin, Érasme ou Montaigne. Ensemble, elles forment ici l'archipel d'un « christianisme hédoniste » qui promet de nobles voyages intellectuels à tout philosophe soucieux de découvrir ce qu'on lui dissimule depuis trop longtemps - à savoir le corps, le plaisir et le bonheur.

Caractéristiques

Titre Contre-histoire de la philosophie - Volume 2, Le christianisme hédoniste
Auteur Michel Onfray
Date de parution 01 octobre 2008
Nombre de pages 373 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 205 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-253-08385-6 - 9782253083856

L'offre du moment

4,3/5

Erveine

Le 27/03/2017

C’est toujours très agréable de retrouver Michel Onfray dans la lumière de ce tome II de la contre-histoire de la philosophie car il possède une écriture savante qui ne manque pas d’être entraînante. On a tout de suite envie d’en savoir plus sur Lorenzo Valla et plus conséquemment sur Montaigne pour n’en citer que deux et pour ce faire, d’explorer des pistes et des auteurs répertoriés en fin d’ouvrage ; puis entrer de plain-pied dans le vif du sujet suivant, le tome III de la contre-histoire.

Fortuna

Le 13/02/2015

Dans ce 2ème tome de la "Contre-histoire de la philosophie", Michel Onfray aborde une période où le christianisme s'est imposé. Le monde antique et la philosophie païenne ont laissé place au règne de la religion monothéiste et de sa haine du corps, du plaisir, du monde d'ici-bas. L'homme est né pour souffrir et se repentir du péché originel, le bonheur est pour une autre vie... A rebours, une pensée hédoniste subsiste, survit, s'affirme malgré les châtiments réservés aux hérésiarques. Michel Onfray nous présente ces philosophes, pour la plupart demeurés inconnus, Simon le magicien, Basilide, Valentin, Carpocrate, et bien d'autres, libertins, licencieux, soucieux de plaisir et de liberté. Nombre d'entre eux le paieront très cher. A partir du Moyen Age, un courant philosophique, le Libre-Esprit, va faire son chemin. Au sein même du christianisme, ses adeptes réinterprètent les Ecritures. On découvre quelques figures peu connues, Amaury de Bène, Jean de Brno, une femme, Heilwige de Bratislava, tous libertins, hédonnistes, épicuriens...D'autres mieux connues comme Marsile Ficin, Erasme, qui est à la recherche d'un christianisme authentique, anticlérical et célèbre le plaisir et la folie. Enfin un bon tiers du livre est consacré à Montaigne. Bien que chrétien, ce dernier est un penseur libre, très en avance sur son temps dans de nombreux domaines : émancipation de la femme, respect des autres cultures, abolition de l'esclavage, égalité des hommes, tolérance religieuse, laïcité...Un très beau texte qui donne envie de se plonger ou de se replonger dans les "Essais"... Un hymne à l'humain, à la présence au monde, au plaisir de vivre loin des prescriptions religieuses de tous bords. Un fois encore on ne peut que noter l'actualité de ces propos face aux tentations de l'obscurantisme qui resurgissent à chaque siècle...

petch

Le 13/09/2014

Parmi les enseignants-chercheurs hantant les couloirs des facultés, une petite guerre oppose l’hémisphère gauche de leur cerveau (disons l’enseignement) de ceux activant leur hémisphère droit (la recherche). L’enseignant-chercheur est un être profondément schizophrène. Une critique récurrente à propos de Michel Onfray consiste à clamer qu’il ne serait pas philosophe au titre qu’il ne développerait pas son propre système de pensée, se contentant avec plus ou moins de talent à ressasser les idées des autres, de manière pas toujours très subtile. Peut-être… Cependant, force est de constater que si l’hémisphère droit de M. Onfray est en sourdine, sa partie gauche est redoutablement efficace. Brillant pédagogue, Onfray sait transmettre ses convictions à son lecteur. Même si on peut ne pas toujours le suivre sur son chemin politiquement très engagé et anti-conformiste, il sait passionner le lecteur et le faire réfléchir sur la pensée dominante existant à chaque recoin des ouvrages de vulgarisation en philosophie. Le deuxième tome de sa contre-histoire consacré aux philosophes et penseurs opposés au christianisme dominant des 17 premiers siècles de notre époque est en tout point passionnant. Michel Onfray commence par nous montrer comment émergea, parmi toutes les nombreuses gnoses des premières centaines d’années, le christianisme officiel. Son catéchisme eu pour effet quasi-immédiat la suppression de toute pensée alternative, bien que plus ou moins chrétienne. De manière très convaincante, Onfray nous explique comment « pour les tenants du Christ, la culpabilité pèse un poids considérable, puisque le péché originel se transmet de génération en génération ; pour les gnostiques, pas question de se sentir coupable d’une faute qu’on n’a pas commise : si le mal existe, il faut s’en prendre au Dieu méchant, concepteur intégral de la prison » (p.47). Au cours des pages, Onfray passe en revue les alternatives de pensée, bridées mais toujours vivantes : de Simon le magicien à Quintin Thierry et la liberté de la chair, en passant par Amaury de Bène, Lorenzo Valla ou encore Jean de Brno, tous ses penseurs ont en commun de lutter contre l’obscurantisme et la pensée unique, tel Zénon le héros de « l’Œuvre au noir » de M. Yourcenar. Certains s’en sont sortis, d’autres – nombreux - n’ont pas eu cette chance. Ce volume s’achève sur un chapitre lumineux de plus de 100 pages, consacré à Montaigne, précurseur des idées de la renaissance puis des lumières, revendiquant sa foi tout en cherchant à contourner les rigidités du système afin de vivre en harmonie avec sa pensée. Au final, un livre de vulgarisation engagé et passionnant qui affute la pensée du lecteur en le rendant aguerri au monde qui l’entoure. Et on se rend compte que finalement, Michel Onfray développe au fil de ses écrits une philosophie qui lui est propre, et fait quand même fonctionner son hémisphère droit…