Prêt à feuilleter

L'archipel français : naissance d'une nation multiple et divisée

de Jérôme Fourquet , date de sortie le 07 mars 2019
En quelques décennies, tout a changé. La France, à l'heure des gilets jaunes, n'a plus rien à voir avec cette nation une et indivisible structurée par un référentiel culturel commun. Et lorsque... Lire la suite

En stock en ligne

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

En quelques décennies, tout a changé. La France, à l'heure des gilets jaunes, n'a plus rien à voir avec cette nation une et indivisible structurée par un référentiel culturel commun. Et lorsque l'analyste s'essaie à rendre compte de la dynamique de cette métamorphose, c'est un archipel d'îles s'ignorant les unes les autres qui se dessine sous les yeux fascinés du lecteur.

C'est que le socle de la France d'autrefois, sa matrice catho- républicaine, s'est complètement disloqué. Jérôme Fourquet envisage d'abord les conséquences anthropologiques et culturelles de cette érosion, et il remarque notamment combien notre relation au corps a changé (la diffusion du tatouage et de l'incinération en témoigne) ainsi que notre rapport à l'animalité (le veganisme en donne la mesure). Mais, plus spectaculaire encore, l'effacement progressif de l'ancienne France sous la pression de la France nouvelle induit un effet d' « archipelisation » de la société tout entière : sécession des élites, autonomisation des catégories populaires, formation d'un réduit catholique, instauration d'une société multiculturelle de fait, dislocation des références culturelles communes (comme l'illustre, par exemple, la spectaculaire diversification des prénoms).

À la lumière de ce bouleversement sans précédent, on comprend mieux la crise que traverse notre système politique : dans ce contexte de fragmentation, l'agrégation des intérêts particuliers au sein de coalitions larges est tout simplement devenue impossible. En témoignent, bien sûr, l'élection présidentielle de 2017 et les suites que l'on sait...

Avec de nombreuses cartes, tableaux et graphiques originaux réalisés par Sylvain Manternach, géographe et cartographe.

Caractéristiques

Titre L'archipel français : naissance d'une nation multiple et divisée
Collaborateur Sylvain Manternach
Editeur Seuil
Date de parution 07 mars 2019
Nombre de pages 379 pages
Dimensions 24,00 cm x 16,00 cm
Poids 848 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-02-140602-3 - 9782021406023

5/5

cascasimir

Le 13/03/2019

L'auteur est directeur des études à l'Ifop. Et, si les sondages ethniques sont interdits, il a réussi, par recoupements, à dégager des clivages entre les Français ( différences de classes, d'opinions et de croyances...) Dans ses voeux fin 2017, E.Macron souhaitait la cohésion sociale pour la France, ( on vu la suite...) à travers la victoire des Bleus, l'hommage rendu au colonel Beltram, et même l'adieu à Johnny, à l'église de la Madeleine! J.Fourquet nous parle de la divergence des valeurs, en France. Clivage dans les croyances religieuses: la baisse des baptêmes, et du nombre de prêtres catholiques( moins 47%). Clivage de valeurs: dans les années 80, les personnes sondées déclaraient, face aux enquêteurs, que l'homosexualité était soit une perversion, soit une maladie mentale. En 2013, moins de 5% pense cela! Et leur attitude change envers la PMA. Clivage social : les enfants des classes favorisées vont étudier à l'international, alors que ceux de la France profonde, des banlieues et de la campagne ne maîtrisent pas suffisamment l'anglais. Macron parle couramment l'anglais, à la différence de ses prédécesseurs. Il y a un hiatus entre ses "premiers de cordée" et le reste de la population. Des gagnants et des perdants! Bordeaux est devenu l'épicentre du mouvement des gilets jaunes, car la ville de Juppé a subi une hausse énorme des loyers, en 20 ans.. Clivage culturel: une évolution des prénoms, car Marie n'est plus usitée, au profit des prénoms anglo-saxons, comme Kevin ou Brandon, ou au profit des prénoms arabo-musulmans...L'auteur souligne, que dans le Nord, les prénoms des enfants polonais ont disparu en une génération, et sont devenus des prénoms "catholiques", et communs à la culture de la France. Contrairement à ceux du Moyen Orient, bien que les parents connaissent le racisme et la xénophobie en France. C'est une contre réaction qui affirme ses propres convictions. Hélas, M.Le Pen et ses acolytes se sont empressés de surfer, sur cette différence de valeurs! La cohésion sociale du Catholicisme et du clivage gauche-droite s'est perdue, à travers la montée de ces nouveaux courants. La question se pose: que peuvent faire les hommes politiques, avant que toutes ces différences ne submergent, comme une marée montante, tout l'archipel français ??

Petit-Jean

Le 10/03/2019

Jérôme Fourquet est un intervenant connu de «#8201;C dans l’air#8201;». Il s’attache à comprendre l’évolution d’un pays longtemps perçu comme un pays de cocagne. Les Allemands ne disaient-ils pas «#8201;Heureux comme Dieu en France#8201;»#8201;? J’ai lu avec intérêt cet essai. La France qu’il nous dévoile ressemble à un pays morcelé, fragmenté en sociétés et contre-sociétés qui au mieux s’ignorent, et au pire se détestent. Ce qu’il nomme du doux nom d'Archipel est une réalité dérangeante. Pour l’auteur, la France d’autrefois construite sur une matrice catholique et républicaine s’est complètement disloquée. Il part pour établir ce constat de la réalité (développement de certaines pratiques, consommations, prénoms). La partie la plus intéressante — et la plus polémique — vient du fait que Fourquet donne indirectement raison aux défenseurs de la théorie du grand remplacement. Pour cela#8201;; il analyse l’évolution des prénoms et notamment la croissance impressionnante des prénoms musulmans. La France qu’il dessine ressemble à celle que beaucoup de Français voient depuis longtemps dans le métro ou le RER, aux sorties des écoles. Une France métissée très loin des films de Claude Autant-Lara. Une sorte de grand Liban ou de Yougoslavie d’avant la guerre civile. L’auteur s’arrête à ce constat de fragmentation sans vouloir en dessiner les conséquences possibles. Son discours se fait plus consensuel. L'homme de média est bien placé pour savoir ce que le politiquement correct peut accepter avant de prononcer une excommunication médiatique. Mais le lecteur ne peut que s’interroger sur la suite logique de cette dislocation. Dans cette interrogation, je ne peux m’empêcher de penser au glaçant roman « Demain les barbares, chroniques du grand effondrement» qui m’avait tant marqué. Le "grand effondrement" français, suivra-t-il ce « grand bouleversement » dévoilé par Jérôme Fourquet ? On ferme le livre de Jérôme Fourquet taraudé par cette sourde inquiétude…

jdnahon

Le 08/03/2019

ou comprendre mieux pourquoi j'aime (parfois, quand c'est mérité), la sociologie, et pourquoi je déteste la plupart de ces gilets jaunes et de ces votes d'extrême droite (plus un peu à l'extrême gauche)