Prêt à feuilleter

La blessure

de Jean-Baptiste Naudet , date de sortie le 29 août 2018
1960. Il a tout juste vingt ans. Alors qu'il patrouille dans le djebel algérien, le sergent Robert Sipière est tué d'une seule balle. À Paris, Danièle, sa fiancée, est dévastée. Toute sa vie, elle... Lire la suite

En stock en ligne

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

1960. Il a tout juste vingt ans. Alors qu'il patrouille dans le djebel algérien, le sergent Robert Sipière est tué d'une seule balle. À Paris, Danièle, sa fiancée, est dévastée. Toute sa vie, elle gardera sur son coeur les lettres d'Algérie. Et sombrera dans la folie.

Des années plus tard, son fils, Jean-Baptiste, devient reporter de guerre. Pourquoi affronte-t-il lui aussi l'horreur des conflits ? À tant fixer la mort, la folie le guette à son tour. Jusqu'au jour où il découvre la correspondance entre sa mère et un jeune sergent mobilisé en Algérie, son premier fiancé. Il commence à comprendre qu'il est prisonnier d'un destin qui n'est pas le sien.

De ces trois vies sacrifiées, Jean-Baptiste Naudet tresse une même blessure. Et livre un grand récit sur la guerre, la filiation, l'amour.

Caractéristiques

Titre La blessure
Editeur l'Iconoclaste
Date de parution 29 août 2018
Nombre de pages 299 pages
Dimensions 19,00 cm x 14,00 cm
Poids 290 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-37880-024-6 - 9782378800246

Les membres de la Communauté Espace Culturel ont reçu ces livres / CD / DVD gracieusement.

Plus de détail sur www.communauteculture.leclerc

4,5/5

Hermes0376

Le 02/10/2018

Émouvant . Réaliste . Violent

On trouve dans ce roman quelques passages difficiles à lire liés à des descriptions de scènes de guerre. L'histoire est cependant magnifique et très émouvante.

caro76

Le 02/10/2018

Captivant

A mi-chemin entre récit autobiographique et fiction historique sur fond de guerre d'Algérie. Un très beau récit.

don emilio

Le 29/09/2018

Bouleversant . Captivant . Passionnant

Tout d'abord je remercie la communauté Leclerc de m'avoir adressé ce livre, je l'ai adoré. Très touchant et bouleversant qui fait découvrir l'horreur de la guerre d'Algérie. L'amour entre Danielle et Robert, et un fils qui devient reporter et voit sa mère devenir folle. Un échange de lettres entre deux amoureux. C'est un livre poignant, je le conseille. A lire

GéradP

Le 25/09/2018

Bouleversant . Émouvant . Captivant

... Bonjour la Communauté et merci pour cet ouvrage absolument captivant qui nous entraine, dans le cycle infernal de ces guerres qui n'osent pas dire leur nom et qui ne sont pas pour le moins toutes aussi affreuses les unes que les autres. Dans ce noir tumulte, un drame de l'amour, la filiation d'un fils qui cherche à comprendre la folie dans laquelle s'est enfermée la mère. Des questions auxquelles le lecteur peut faire l'analyse, à travers le récit. Le livre de Jean-Baptiste Naudet est une aventure humaine, certes un roman, mais qui pose la question sur ces drames dont notre Histoire est faite. Très bien écrit, très émouvant, le lecteur appréciera certainement ce très bon roman.

Nathie CS

Le 23/09/2018

Bouleversant . Passionnant

Un récit qui m’a profondément marquée, un réquisitoire contre la guerre né d’une blessure, celle de la mort de Robert, jeune appelé durant la guerre d’Algérie. Celui-ci était le fiancé de la mère de l’auteur, Danièle. Une blessure qui se transforme en folie lorsque les souvenirs de sa mère sont insurmontables. Jean-Baptiste NAUDET subira cette blessure de plein fouet et partira sur des zones de guerre en reportage, frôlant la mort, narguant le danger, spectateur de tueries d’une sauvagerie inouïe. Il affrontera sa propre folie, interné à son tour pour affronter ses démons. Pour remonter le temps et comprendre l’origine de ce gâchis, l’auteur publie les lettres échangées entre sa mère et Robert. Pour une fois, le conflit algérien est vécu de l’intérieur, et donne la parole à un jeune appelé, sacrifié comme beaucoup d’autres dans une guerre absurde et perdue d’avance. J’ai rarement lu de telles pages, pas seulement émouvantes mais aussi terriblement lucides. Dans ses lettres à Danièle, Robert s’interroge et ses doutes résonnent en chacun de nous. D’un côté, il déborde d’amour pour Danièle, un amour qui le fait tenir. Mais il fait aussi le douloureux constat qu’il est capable lui aussi de tuer par peur, par réflexe, pour sauver ses camarades. La guerre peut transformer chacun d’entre nous en tortionnaire ou une sorte de héros prêt à se sacrifier pour les autres. Seul bémol à ce récit : à un moment, j’ai vraiment eu un trop plein de cadavres, de putréfaction, de tripes à l’air, de sang et de massacres, la lecture est devenue alors très éprouvante. Pourtant, je n’ai pas envisagé d’abandonner tant cette lecture est nécessaire. Hasard du calendrier, j’ai commencé ce livre le jour même où le Président de la République reconnaissait la responsabilité de l’Etat français dans l’usage de la torture en Algérie ; une amorce d’excuses au peuple algérien qui permettra un travail de mémoire et de réconciliation. Les derniers mots sont ceux du père de l’auteur ; ils résonnent fort comme une mise en garde adressée aux nouvelles générations pour les inciter à réfléchir sur la politique, les encourageant à protester à temps et résister à toute forme de barbarie. Un texte remarquable tant les intervenants sont lucides et humains.