Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Nos ancêtres les Gaulois : et autres fadaises : l'histoire de France sans les clichés

Et autres fadaises
de François Reynaert , date de sortie le 04 janvier 2012
Nous avons tous appris que Clovis était
le premier roi de France. En Allemagne,
pourtant, il est considéré comme
un roi allemand. De Saint Louis,
on garde l'image du souverain ... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le vendredi 29 mai 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Nous avons tous appris que Clovis était
le premier roi de France. En Allemagne,
pourtant, il est considéré comme
un roi allemand. De Saint Louis,
on garde l'image du souverain rendant
la justice sous son chêne. On ignore
qu'il imposa aux Juifs de porter
l'équivalent de l'étoile jaune. Jeanne d'Arc
est la grande héroïne du Moyen Âge.
Pourquoi a-t-on oublié toutes les autres ?
Nombreux sont les Français qui s'intéressent
à notre passé, nombreux aussi ceux
qui se désolent de mal le connaître.
Pour s'adresser aux uns et aux autres,
il fallait un esprit libre, celui de François
Reynaert.

Caractéristiques

Titre Nos ancêtres les Gaulois : et autres fadaises : l'histoire de France sans les clichés - et autres fadaises
Collection Le Livre de poche
Date de parution 04 janvier 2012
Nombre de pages 687 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 342 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-253-16282-7 - 9782253162827

4/5

Luniver

Le 22/08/2013

Les vainqueurs réécrivent l'histoire, c'est bien connu. Et chaque nouvelle doctrine explore le passé à la recherche de précurseurs qui la rendent éternelle et immuable. L'histoire de France n'échappe pas à la règle : avec l'émergence du concept de nation, il a bien fallu classer tous les personnages importants de l'histoire en bons patriotes ou en traîtres (qui se révèlent être systématiquement les perdants). Reynaert reprend l'histoire telle qu'elle est enseignée et tente de la présenter débarrassée de ses clichés et de ses récupérations dogmatiques. On se rend rapidement compte qu'exposer simplement le contexte social de l'époque, ses institutions et ses mœurs permet déjà d'abattre un paquet de légendes. L'auteur rétablit également les portraits des grands personnages, en décrivant les côtés sombres de la personnalité ou de la politique des dirigeants habituellement encensés, ou les bons côtés de ceux qui se sont retrouvés dans le mauvais camp. Alors c'est vrai qu'un peuple qui résiste depuis 1500 ans aux assauts de ses ennemis, ça a plus de cachet qu'une série de confrontations entre plusieurs camps uniformément soutenus, dans lesquelles la victoire de l'un ne tient souvent pas à grand chose. Mais ça ne rend pas l'histoire moins palpitante, bien au contraire.

latina

Le 05/05/2013

Je ne suis pas experte en Histoire, ce n’est pas moi qui vais débattre pendant des heures de la Guerre de Cent ans, du partage de l’Empire carolingien, des guerres napoléoniennes ou du siècle de Louis XIV... Mais j’aime l’Histoire, et particulièrement l’Histoire de France. J’aime visiter les châteaux, ceux de la Loire, ceux du Périgord... J’aime écouter les guides me relater les faits, me resituer les anecdotes dans la grande Histoire. J’aime me promener sur des remparts, comme ceux de Carcassonne, où sont accrochées de très vieilles petites maisons, et m’imaginer la vie de ces gens...J’aime entrer dans de petites églises romanes ou dans des grandes abbayes et me laisser pénétrer par le passé. J’aime les vestiges des grandes batailles, où je me laisse submerger par l’émotion, comme à Verdun, par exemple. Les religions et leur cortège d’atrocités et de sublime me transportent...Les cathédrales comme les châteaux cathares, les petits moulins comme les anciennes cités industrielles, les demeures des écrivains comme les plus humbles chaumières...Oui, tout cela me passionne. C’est pourquoi le livre de François Reynaert, qui retrace 2000 ans d’histoire, m’a vraiment intéressée. N’attendez pas que je vous cite tel ou tel fait, j’en serais incapable à l’instant. Je devrais fouiller dans ce gros livre pour ne pas dire de bêtises. Je préfère vous certifier que l’honnêteté intellectuelle avec laquelle l’auteur s’est livré pour raconter l’Histoire est appréciable ! Tous les clichés, les phrases toutes faites, tous les mythes que chacun peut entendre depuis qu’il est petit, à l’école, dans la rue, dans les réunions « mondaines », sont mis à mal ici. L’auteur nous force à voir les choses sous un autre aspect. Il nous force à nous défaire de nos anachronismes, à nous questionner, nous qui voyons l’Histoire du haut de notre 21e siècle souvent influencé par les historiens du 19e, très nationalistes. Il nous oblige à nous mettre du point de vue du « petit peuple », qui s’en fichait complètement des conquêtes du territoire de la France. La France ! Le beau pays de France ! Cette notion, l’auteur en démonte tous les rouages ! Un tout petit regret quand même : pour moi qui suis belge, je me suis sentie un peu exclue quand l’auteur parle de « notre pays »...alors que la Belgique, enfin, le territoire qui correspond à la Belgique actuelle, est très souvent lié à l’histoire de France. Mais bon, ce n’est pas trop grave, peut-être qu’un jour, un auteur belge se penchera sur l’histoire de notre si petit pays mais qui a connu tant de belles et monstrueuses choses, lui aussi... En attendant, je continuerai à visiter tous les recoins de la France et à m’y sentir bien, entourée de ces fantômes du passé qui me semblent maintenant un peu plus proches, grâce à François Reynaert...

Walktapus

Le 16/04/2011

"Le patriotisme populaire allait trouver sa parfaite expression dans Jeanne d'Arc. Certaines de ses réponses aux questions des juges du procès de Rouen mettent en relief ce qu'il y avait en elle de paysan, et paysan de chez nous : l'habile simplicité, le parler narquois abondant en proverbes". Le fils de paysan "de chez nous" rigole bien en lisant ces lignes d'un manuel d'histoire de France d'entre deux guerres, alors que la République venait de récupérer l'Alsace Lorraine. L'histoire dite de France a de tous temps été manipulée, réécrite, récupérée par les différents courants politiques religieux, royalistes ou nationalistes, qui en avaient un besoin idéologique. Ce phénomène se poursuit aujourd'hui. Et il reste bien des traces des manipulations passées. Les Gaulois qui ouvrent le livre, découverts au XIXème siècle et inventés nos ancêtres dans un temps de nationalisme anti allemand, nous ont été transmis sous la forme "gaulliste" d'Asterix, et aujourd'hui, si tout le monde croit savoir qui étaient les Gaulois, combien en ont une idée à peu près juste ? Lutter contre ces "clichés nationalistes" est le programme que se donne ce livre. Inutile d'y chercher une bibliographie. L'auteur est journaliste, éclairé en histoire. Ses connaissances sont très étendues et - même si j'ai trouvé à redire à plusieurs choses - solides. Le livre suit un plan chronologique, des Gaulois à la cinquième république, sur 500 pages écrites grand. Le style est vivant et se lit très bien à haute voix. J'ai perçu une évolution dans le livre. Au début, il abat les mythes, comme nos ancêtres les Gaulois, la fin de l'empire romain, le baptême de la France ou la bataille de Poitiers, et c'est très facile et "scientifique". En passant au moyen-âge, l'auteur s'amuse avec une ironie savoureuse à montrer l'absurdité de vouloir interpréter l'histoire de l'époque en fonction des valeurs nationalistes des 19e et 20e siècles. Avec les temps modernes, on s'étend vers des opinions et des mises en perspective de plus en plus personnelles de l'auteur. Au final, un livre agréable et en grande partie salutaire, mais qui déplaira forcément aux adeptes d'une conception fantasmatique étriquée de la France. L'appel fait dans le livre à plusieurs reprises aux conceptions historico-nationalistes d'autres pays, notamment, est très utile. Une histoire de l'Europe vue par le prisme des discours nationalistes de différents pays pourrait être un livre passionnant.