Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Je me souviendrai de tout : journal mélancomique

Journal mélancomique
de Guy Bedos , date de sortie le 09 septembre 2015
Artiste engagé à la plume bien pendue, Guy Bedos
évoque son passé, les hommes et femmes qu'il a eu la
chance de croiser, de Jacques Prévert à Pierre Desproges
en passant par ... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le vendredi 25 septembre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Artiste engagé à la plume bien pendue, Guy Bedos
évoque son passé, les hommes et femmes qu'il a eu la
chance de croiser, de Jacques Prévert à Pierre Desproges
en passant par Simone Signoret ou Coluche. Entre la vie
qui le rassure et la mort qui le séduit, ce «suicidaire qui
s'attarde» promène sa mélancolie et nous invite dans ses
souvenirs. Il parle de l'amour, des femmes, de sa famille,
de ses enfants avec qui il partage le goût de la scène et de
l'écriture.

Comme il l'a fait pendant un demi-siècle, il ne peut
s'empêcher de passer au crible l'actualité avec un esprit
décapant. Il s'en prend à tous, de la gauche de François
Hollande à la droite de Nicolas Sarkozy, sans oublier la
tribu Le Pen...

Caractéristiques

Titre Je me souviendrai de tout : journal mélancomique - journal mélancomique
Auteur Guy Bedos
Editeur Fayard
Date de parution 09 septembre 2015
Nombre de pages 231 pages
Dimensions 22,00 cm x 14,00 cm
Poids 300 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-213-68605-9 - 9782213686059

3,5/5

Alhice

Le 08/08/2017

Qu'il est bon parfois d'écouter la sagesse, la modestie, la sensibilité, la connaissance d'un artiste engagée, qui n'a pas sa langue dans sa poche et dont les rencontres accumulées forment une expérience de vie fort enviable. Ce texte, écrit sous la forme d'un journal de souvenirs, est sans prétention, ce qui rend la lecture simple et fluide.

Iammle

Le 25/07/2017

Journal de Guy Bedos de 2014/2015: l'actualité, la vie quotidienne de l'artiste, son questionnement sur la mort, ceux qui sont partis....Tout y passe avec de la "mélancomie", de la tendresse, de l'humour, de la tristesse, de l'humour et de la révolte.

MissSherlock

Le 24/08/2016

Je me souviendrai de tout a pour sous-titre « Journal mélancomique » et c'est une bonne formule. Il s'agit bien d'un journal que Guy Bedos a tenu pendant plusieurs mois en 2014/2015 : on y trouve des pensées personnelles sur ses enfants, son épouse, sa carrière, l'actualité, la politique... J'ai vraiment eu le sentiment que Bedos couchait sur le papier les idées qui lui venaient au fur et à mesure, sans chercher à faire de thématique. Si au début ce choix m'a surprise, au final c'est une bonne idée car le texte est vivant et sincère. Et c'est bien mélancomique même s'il y a plus de mélancolie dans ce texte que d'humour. Faute à l'actu désolante de ces dernières années et/ou à la vieillesse qui tape doucement à sa porte, Bedos laisse transparaître une profonde sensibilité et même parfois de la tristesse. Le bougre ne baisse pas les bras, cet anti-raciste convaincu et anti-connerie continue de se battre mais on le sent inquiet pour l'avenir (je ne peux pas le blâmer, je suis moi-même flippée par tout ce qui se passe dans le monde). Pourtant il y a quelques saillies jouissives surtout quand il s'en prend aux politiques, d'Hollande à Sarko en passant par la Le Pen. Ça ne vole pas toujours haut mais la plupart du temps, c'est assez juste. En bref, ce journal est touchant - surtout quand l'auteur déclare son amour à ses enfants - bien écrit et pas prétentieux. Il ne me laissera pas un souvenir impérissable mais je suis heureuse d'avoir découvert une autre facette de cet artiste que j'aime beaucoup.

emeralda

Le 20/01/2016

Je reconnais d'emblée le ton et j'aurais envie de dire la voix également de Guy Bedos. Le style est identique à ce que l'on peut entendre lors de ses diverses interventions radio ou télévisée (puisqu'il a arrêté sa carrière sur scène). C'est piquant, incisif et même un peu corrosif. Il n'a jamais mâché ses mots. Il ne commence pas dans ce livre qu'on se le dise. Beaucoup de politique forcément, avec un engagement qui ne varie pas car Guy Bedos n'est pas du genre girouette. Mais il est aussi question de ses proches (enfants adorés qui font leurs propres chemins artistiques), sa femme Joe, ses amis, des personnes qu'il admire... Ce livre n'est ni gai, ni triste. Il est comme une compilation de billets d'humeur, comme un récit très personnel de ce qu'il peut voir, lire, entendre. Guy Bedos reste à l'affût. On ne change pas sa nature. Ceci dit, il me fait l'effet d'un clown triste. Il en va souvent ainsi avec les êtres hypersensibles, à fleur de peau. Les réactions sont instantanées sauf pour ce qui le touche plus personnellement. Le reste est plus ou moins habilement caché par une carapace. La pudeur prend le relais. Un livre comédie humaine, on rit, on pleure, on est en rage, on est en joie... Pas si surprenant, mais diablement humain