camion
Livraison garantie avant Noël sur tous les produits en stock
nouveau
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Léonard de Vinci

de Sophie Chauveau , date de sortie le 16 octobre 2008
¤ « C'est à tort que les hommes se lamentent sur la fuite du temps, l'accusant d'être trop rapide, sans s'apercevoir que sa durée est suffisante ; mais la bonne mémoire dont la nature nous a dotés... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le vendredi 20 décembre 2019

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

¤ « C'est à tort que les hommes se lamentent sur la fuite du temps, l'accusant d'être trop rapide, sans s'apercevoir que sa durée est suffisante ; mais la bonne mémoire dont la nature nous a dotés fait que les choses depuis longtemps passées nous semblent présentes. »

Visionnaire de génie, séducteur invétéré, esprit mordant, Léonard de Vinci (1452-1519) veut tout connaître du monde. De la physique à la botanique, de la géologie à l'anatomie, en passant par l'astronomie, la musique, les mathématiques, l'architecture, la sculpture, le dessin, la peinture, rien ne doit échapper à son insatiable curiosité. Pourtant, si l'on excepte son goût pour l'organisation de fêtes spectaculaires, nombre de ses travaux restèrent à l'état d'ébauches. Ainsi, à peine une douzaine de tableaux peuvent-ils lui être attribués avec certitude. Et si ce n'étaient les milliers de pages de ses fameux Carnets, l'emploi du temps de l'inépuisable inventeur resterait une énigme que Sophie Chauveau tente ici de percer. En toile de fond : l'Italie de la Renaissance.

Caractéristiques

Titre Léonard de Vinci
Collection Folio. Biographies
Editeur Gallimard
Date de parution 16 octobre 2008
Nombre de pages 279 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 179 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-07-034159-7 - 9782070341597
Rayon Art / Peinture

3,9/5

Flocava1

Le 26/11/2019

Premier livre de cette autrice que je lis présentée comme une biographie de Léonard de Vinci. Autant le dire de suite, je n’ai pas aimé. L’utilisation des points d’exclamation ad nauseum, une écriture facile et démagogique ai je envie de dire, un style faussement moderne... et l’on n’apprend rien de Léonard de Vinci d’Anne d’anecdotes en anecdotes . J’ai lutté pour ne pas arrêter à chaque page. Et non mais je ne réitérerai pas la lecture de Sophie chauveau

kfk1

Le 26/07/2019

Je me suis attaché à Léonard, on est pas pote mais c est pas loin...légendes mystères faux et mensonges entoureront encore longtemps (j espère) ce génie ce touche a tout, a la fois inventeur, peintre, organisateur de fêtes hors norme...en ce début de renaissance, l Italie se fait la guerre, aussi faut il avoir un protecteur haut placé pour exister, subvenir à ces besoins, avoir des commandes..Léonard pourra être considéré comme un opportuniste dans ce jeu de poker menteur, lui qui n a pourtant jamais considéré l argent comme un objectif,non, lui, c est la beauté le présent la découverte l amour la gentillesse l amitié..il n a laissé que très peu d œuvres à la postérité, ne finissant quasiment jamais ce qu il entreprenait..légendes et mystères restent deux mots phares de sa bio, remarquablement écrite par Sophie Chauveau. Un sacré travail pour démêler le vrai du faux, et oser des suppositions intelligentes, construites et sensées..Léonard est d abord un jouisseur de vie, amoureux d un certain Salaï, bien plus jeune que lui, qui aurait servi de modèle à la Joconde...(un petit salopiot en vérité qui s'enfuira lorsque la santé du grand Léonard déclinera)..inventeur, curieux de tout, aux idées nouvelles, à ses nouvelles idées, a la technique également. (On y apprend plein de choses) C est un organisateur hors paire de fêtes, il est appelé par tous pour mettre de la beauté et susciter la surprise et l étonnement lors de multiples agapes.. S il y n a pas été vraiment reconnu en Italie, la France et François 1er lui offriront sur un plateau richesse (l argent n a tjrs été qu un moyen, jamais un objectf) et célébrité, au crépuscule de sa vie..super attachant, fantasque rêveur j ai dû quitter mon pote Leonard, faute de page à mon livre..que se soit pour l Histoire (avec un grand H) pour les autres plus petites, et pour comprendre et apprécier le bonhomme, ces 280 pages sont idéales..et ça se lit comme un roman..

LeDon82

Le 27/03/2019

Personnage incroyable raconté par une écrivaine incroyable

Lesaloes

Le 25/09/2017

Une trilogie couvrant le Quattrocento, l'âge d'or de Florence, notre quinzième siècle, à travers les biographies romancées de trois des représentants de la Renaissance italienne, tous natifs de la République florentine : Fra (frère) Filippo LIPPI, moine libertin et noceur, relevé de ses vœux par le Pape lui-même sur intervention personnelle de Cosme de Médicis, après ses relations sacrilèges avec la nonne Lucrezia - qu'il épousera - et deux des plus grands génies de la peinture universelle, son élève le mélancolique Sandro BOTICELLI, auteur entre autres de fresques de la Sixtine à Rome, des saisissants Printemps et Naissance de Vénus exposés aux Offices et enfin Léonard de VINCI (40 km à l'ouest de la cité) dont les trésors appartiennent au patrimoine de l'humanité. Affirmons-le d'emblée, même si la réalité a pu dépasser la vraisemblance de la fiction romanesque, l'auteure S. CHAUVEAU ne brille pas par la justesse de la psychologie de ses héros : on en retient les tentatives laborieuses et parfois incohérentes de l'exploration des ressorts intimes de leur personnalité et son insistance et parti-pris trop lassants pour développer à longueur de pages les frasques et choix sexuels des protagonistes, prostituées pour Lippi, rapports homosexuels pour Boticelli et Vinci, dans ces milieux qui toléraient alors les nombreux artistes déclarés "invertis". La trilogie vaut cependant par la reconstitution de la vie quotidienne et la chronologie historique de la République florentine, cité-état au sommet de sa puissance débordant des strictes limites de la métropole après l'écrasement de Sienne et de Pise, dominée, hors la parenthèse Savonarole, par les MÉDICIS, richissimes protecteur des arts, avec Machiavel, César Borgia et rois de France en guest stars. On suit Vinci dans le duché de Milan du condottiere Ludovic FORZA le Maure, plus de quinze ans de vie, où il peindra la célébrissime fresque de la Cène du réfectoire du couvent des Dominicains. Le meilleur de ces récits, l'effervescence artistique. Au sein de ces villes stimulées par leur émulation, on demeure impressionnés par les communautés quasi familiales des ateliers de cette génération de génies, les rivalités et progrès de maîtres s'affranchissant à mesure des figures religieuses imposées pour transmettre leurs innovations à leurs pairs et disciples. Et surtout par la genèse des chefs-d'œuvre ou la révélation des rapports entretenus par les peintres avec leurs modèles lors de leurs longs tête-à-tête créatifs : Lippi et Lucrezia en multiples Madones ; Boticelli, Simonetta Vespucci, la plus belle femme de Florence (morte à 23 ans) et Sandra Lippi Le Printemps et La naissance de Vénus ; Vinci et les favorites de Forza La Belle Ferronnière et La Femme à l'Hermine et bien sûr la Mona Lisa de la Joconde. Sur les traces de géants, une trilogie pour sentir, le temps de leur vie, le souffle d'un siècle foisonnant et respirer l'air éthéré des cimes.

annelyon

Le 14/08/2015

Bio très accessible. On comprend mieux le contexte social et les difficultés des artistes de l'époque, que ce soit De Vinci ou Michel Ange. L'homme est raconté comme tel et non comme le mythe. Très intéressant.