Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Tibet, minéral animal : sur les traces de la panthère des neiges...

Date de sortie le 15 novembre 2018
Le photographe présente ses plus belles images prises lors de ses six voyages sur les haut plateaux tibétains.
Lire la suite

Indisponible

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Le photographe présente ses plus belles images prises lors de ses six voyages sur les haut plateaux tibétains.

Caractéristiques

Titre Tibet, minéral animal : sur les traces de la panthère des neiges...
Editeur Kobalann
Date de parution 15 novembre 2018
Nombre de pages 240 pages
Dimensions 25,00 cm x 31,00 cm
Poids 1729 g
Support Relié
ISBN / EAN 978-2-9537389-8-8 - 9782953738988

5/5

Dom59

Le 23/01/2020

Très beau livre de photos sublimées par les textes de Sylvain Tesson

Cancie

Le 04/12/2019

L'ouvrage Tibet, minéral animal que le photographe Vincent Munier et l'écrivain voyageur Sylvain Tesson ont produit ensemble aurait pu s'apparenter à un livre de photographie animalière. En effet, Vincent Munier nous entraîne sur les hauts plateaux tibétains, sur les traces de la panthère des neiges, cette fascinante, énigmatique et légendaire panthère des neiges ! Et, dans l'attente et l'espoir de peut-être pouvoir l'apercevoir, il va rencontrer d'autres habitants de ce majestueux plateau tels que le gypaète barbu, le cerf à museau blanc, le loup gris, le pika à lèvres noirs, le chat de Pallas, le Klang (âne sauvage), le yack sauvage, le renard du Tibet... Ce sont en effet les plus belles photos, soit 160 photos, de six voyages qu'il a faits au Tibet qui sont réunies dans cet ouvrage. le résultat est plus que cela, c'est un authentique ouvrage d'art. Ouvrage d'art magnifié par la poésie des textes de Sylvain Tesson qui l'a accompagné lors de son dernier périple en février 2018 et lui a donc prêté sa plume. Leur talent respectif mis en commun nous offre une oeuvre magnifique. Certaines photos se présentent comme des tableaux, la photographie de la nature rejoint le tableau du peintre (Noces du ciel et de la terre, le ciel voit rouge, Voile pudique, Aphrodite en blanc...). Quant aux nuances toutes en variation entre le blanc et le gris jusqu'au noir profond, et du beige au roux, elles sont le symbole du mimétisme entre le minéral et l'animal, titre de ce prestigieux album. Difficile, la plupart du temps de différencier l'animal du minéral, de repérer l'animal sur les rochers, dans la nature tout simplement. Certaines photos, notamment de yacks sauvages dans la brume m'ont également fait penser à des peintures rupestres. Pour ce qui est des textes qui accompagnent de façon très sobre ces sublimes photos, Sylvain Tesson a su se faire tour à tour philosophe et poète et réussit, comme il a dû le faire lorsqu'il était à l'affût, à "se fondre dans le paysage". Comme il le dit si bien dans « L'oeil ne sait pas ce qu'il voit » : « Elle se tient là, couchée au pied de la falaise, présente et invisible, discrètement dominatrice. Sa robe est mouchetée d'ivoire et de poussière. Taches de nacre, ombres d'obsidiennes, larmes d'or. Le ciel et la terre, le jour et la nuit sont fondus dans son pelage. ... Ce n'est plus la panthère qui est camouflée dans le paysage, mais le monde qui s'est incorporé à elle. » À la fin de l'ouvrage, une page est consacrée à des " Aphorismes dans le froid et autres pensées de l'affût " pour chacun des animaux photographiés. Pour exemple et en conclusion, concernant la gazelle : « Elle fuse comme une pensée dans l'esprit du lieu. » Un magnifique cadeau de Noël à offrir ou à s'offrir !

Unalibellule

Le 18/11/2019

Le talent indéniable du photographe animalier, Vincent Munier associé à la plume poétique de l'aventurier et écrivain, Sylvain Tesson font de ce livre somptueux, une œuvre indispensable pour qui s’émerveille encore de la beauté que réserve la nature. L'ouvrage couvre une période de 2011 à 2018 où Vincent Munier s'est aventuré sur les plateaux du Tibet pour y capter durablement des instants fugaces de vie animale s'exprimant dans un environnement hostile à l'homme. Une patience à l'épreuve du temps pour saisir ces clichés présentés avec une certaine progression dans les tons et les lumières, comme un jour qui se lève et se découvre pleinement. Ainsi, dans des teintes froides tirant vers le bleu acier, apparaissent les silhouettes en ombre chinoise d'un yack, d'un loup gris, d'un aigle royal et d'autres encore. Puis un décor de brume et de lumière tamisée offre à ces espèces la liberté d'évoluer discrètement et sereinement dans un environnement qui leur est familier. Le ciel se dégage dans l'immensité de la steppe tibétaine et surgit dans l'objectif de l'appareil, l'inespérée Panthère des neiges dressée sur les hauteurs des falaises. Des plans resserrés aux cadrages très larges, la patte du photographe est unique et sa palette de couleurs incroyable de nuances et de douceur. Puis, on distingue un paysage minéral, érodé par le temps mais dompté par ces espèces rares, à l'abri pour le moment du passage humain. Plus on avance dans la lecture, plus les photographies donnent à explorer un univers éthéré et cotonneux où l'animal devenu insaisissable s'intègre comme une esquisse dans le tableau vivant de la nature. "Les bêtes sont les notes sur la partition. Que jouent-elles? Le chant du monde" nous dit Sylvain Tesson. Ses textes magnifiques présentant sa lecture du monde minéral et animal devraient résonner en chacun de ceux qui veulent accorder une place à tous les éléments du vivant sans s'arroger le droit d'en être propriétaire ni conduire à sa sa disparition. Je ne chercherais pas à paraphraser plus, il suffit juste de s'attarder sur ces fragments de poésie qui donnent des mots et un ressenti à ce voyage tibétain. Extrait: "Une question de sémantique? L'homme déboula sur la terre, zigouilla les bêtes, fissionna l'atome, traficota le gêne, modifia les organismes, acidifia les sols, plastifia les mers, et barbouilla l'atmosphère. Tout cela en si peu de temps. Quel talent! Et puis, il nomma "nuisibles" Ceux qui ne participaient pas à l'entreprise."